dimanche 21 avril 2024

Présentation : Yannis Lagha, la dernière pépite de l’OL

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

Entraîneur-adjoint des U19 de l’Olympique Lyonnais, Pierre Chavrondier nous dresse le portrait de Yannis Lagha, une des plus belles promesses du centre de formation des Gones.

Que pouvez-nous dire au sujet de Yannis Lagha ?

C’est un U19 première année. Il évoluait en U17 la saison passée. Yannis a réussi un très bon début de saison. Il a marqué des buts, mais je dirais qu’il a surtout évolué favorablement dans son jeu et dans son état d’esprit.

C’est-à-dire ?

En U17, même s’il avait quand même scoré moins, il était globalement un peu moins performant, notamment en terme d’efficacité devant le but. Aujourd’hui, c’est un garçon qui ne se pose pas trop de questions, il est décisif. Il n’a plus de geste superflu.

Au contraire, comme il a l’instinct du buteur, il sait être instantané dans la surface. Avant, il avait parfois une touche de trop. Ce qui passait en U17 ne passe plus en U19. S’il faut frapper en une touche, il faut le faire. Il sait désormais le faire car il a gagné en vitesse d’exécution. Avant, il était en effet capable de marquer des buts, mais aussi d’en louper quelques-uns.

Quel est son meilleur poste ?

A la pointe d’un 4-3-3. Il est plus à l’aise dans l’axe, mais il peut aussi jouer le côté. Il est performant dans un couloir, mais on le préfère dans l’axe. Yannis est généreux dans les efforts, il est capable de faire de très bons appels. Il s’affirme aussi dans le jeu dos au but. Et, devant le but, il sait être au bon endroit au bon moment.

« Yanis Lagha sait être au bon endroit au bon moment »

Quelles sont ses autres qualités ?

C’est un droitier doté d’un bon jeu de tête. Il est puissant, il effectue de grandes courses qui embête les défenseurs. Il étire bien les lignes. Ses courses nous font du bien car il fait mal à l’adversaire quand on part en contre-attaque. Même quand il va presser défensivement, il harcèle les défenseurs et est capable de gratter des ballons. Désormais, si le jeu l’exige, il est aussi capable de servir ses partenaires.

Que pouvez-vous dire à propos de sa mentalité ?

C’est un bon mec. D’ailleurs, on l’avait nommé capitaine avant qu’il ait un accroc avec le coach Eric Hély. S’il a eu le brassard, c’est qu’il le méritait à un moment donné. Idem lorsque nous lui avons retiré. Il faut être vigilant car il y a beaucoup d’articles à son sujet et il y a une certaine crainte que cela l’emporte sur lui.

Pour l’instant, on limite au maximum ses interviews, mais cela ne l’empêche pas de lire tout ce qu’il se passe… Mais l’entourage va faire le nécessaire et le cadrer rapidement. Je pense que c’est quelqu’un d’assez facile à recadrer et à remettre dans le droit chemin. A cet âge, la médiatisation peut monter un peu à la tête.

On le sent ambitieux.

Il a envie de réussir. Comme tous les attaquants, il est un peu individualiste, mais il ne l’est pas trop. Malgré tout, c’est un buteur donc il est obsédé par le but. Il a une entente assez forte avec certains joueurs du groupe. Ce qui fait sa force est son ambition de réussir au haut niveau : il la traduit par des entraînements en permanence à haute intensité.

Quel est son contrat ?

Pour l’instant, il est aspirant professionnel. On a prévu de rencontrer une première fois ses parents en milieu de saison avant de faire un bilan à la fin du championnat.

Ne manquez-pas, Le Foot Lyon, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi