mardi 4 octobre 2022

Pro D2 : comment Agen s’est réinventé pour rêver de TOP 14

À lire

Au bord du gouffre, Agen n’a pas réellement réussi à sortir la tête hors de l’eau. Le club a multiplié les contre-performances enchaînant sept défaites consécutives lors des sept premières journées du championnat.

Arrivé en cours de saison, Bernard Goutta a stoppé l’hémorragie et sonné la révolte alors que le club sortait d’une saison tristement historique en Top 14 à zéro victoire.

« Il fallait redonner de la confiance aux joueurs et redonner une dynamique positive. On a commencé une étape dans notre construction et maintenant on a du confort, on a du temps pour travailler sans pression notre rugby. »

L’année dernière, le staff qui était en place n’a eu que trois semaines pour remettre en forme physiquement l’équipe. Et l’entraîneur arrivé en cours de saison n’a eu que quelques jours de préparation avant son premier match. « On est en train de construire notre histoire sur les neuf semaines de préparation sachant qu’on a débuté au mois de janvier ».

Agen va bénéficier d’une préparation en bonne et du forme, pas comme la saison passée due à la relégation. Cela va permettre au groupe de retrouver de la cohésion et de travailler sur des axes importants.

« Le staff n’a pas le spectre de ces deux années »

Pour retrouver les bons résultats, il faut refermer cette cicatrice. « La saison va représenter le travail que l’on fait en ce moment, il y a eu aussi du renouveau dans le staff, qui arrive frais et qui n’a pas le spectre des deux années qui se sont écoulés. Ils travaillent fort et j’en suis réellement satisfait. » Pour le coach si l’on veut passer à autre chose, il faut changer tout à la racine.

D’autant plus que la Pro D2 est un championnat très dur dont les coachs et joueurs ne cessent de louer le mérite d’année en année. Les budgets augmentent et il n’y a pratiquement plus de petites équipes. Retrouver un bon niveau va demander du travail et beaucoup de hargne, le coach en est conscient :

« Il y a des moments où ce travail de construction pour obtenir des résultats va plus vite et il y a des moments où c’est un peu plus long. A Perpignan, au bout de deux ans, on est champion, à Colomiers il m’a fallu trois ans pour accéder à une demi-finale […] les résultats peuvent arriver cette année comme l’année prochaine. »

Agen a réalisé un recrutement stratégique

Avec une quinzaine de départs et plus d’une dizaine d’arrivées, le recrutement était nécessaire pour entamer un nouveau cycle. Des joueurs d’expérience plutôt âgés, mais avec une expérience incroyable sont arrivés comme Richard Barrington qui a gagné trois Coupes d’Europe avec les Saracens. « Ces joueurs-là vont transmettre aux jeunes qui ont déjà un très bon niveau et l’équilibre sera parfait ».

Contrairement à la saison passée, Agen préfère reconstruire pour mieux repartir : « Notre objectif est d’être dans les 6 premiers » histoire de replacer Agen (un peu plus), qui évoluera cette saison dans un stade Armandie refait à neuf, à sa place sur l’échiquier du rugby français.

La recrue : Barrington, 3 Coupes d’Europe dans la besace !

Avec le départ de Malino Vanaï pour Brive, Agen a recruté l’expérimenté Richard Barrington. L’Anglais de 32 ans débarque des Saracens où il a joue pas moins de 212 rencontres et y a gagné 3 Coupes d’Europe et 4 titres de champion d’Angleterre depuis qu’il a rejoint le club en 2013. Après 9 saisons passés là-bas, le challenge français lui donne envie. Il veut découvrir un nouveau championnat. Dans son nouveau club, le pilier gauche offrira une jolie concurrence dans la mêlée avec Florent Guion.

Louis Douchin

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi