jeudi 29 septembre 2022

Quand Dimitri Payet va, c’est l’OM qui va

Monaco - OM (21h)

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Habitué aux montagnes russes depuis de nombreuses saisons, le maître à jouer de l’OM, Dimitri Payet a démarré le championnat pied au plancher. S’il maintient ce niveau, tous les espoirs sont permis.

Si l’on s’en tient purement au terrain, on a vu un Dimitri Payet très épanoui et performant depuis le début de saison. Au regard de ses premières prestations, il a vraiment été placé sous le feu des projecteurs. Et pour cause !

Payet a été flamboyant contre Montpellier dès la 1ère journée le 8 août. Le Réunionnais a fait sombrer Montpellier en marquant un doublé (3-2), puis en marquant une autre fois contre Bordeaux la journée d’après (2-2). En bonne forme physique, il a montré toute l’étendue de son talent.

En véritable chef d’orchestre, repositionné au cœur du jeu porté vers l’avant, on a revu un Payet des grands jours. L’ancien Nantais, Stéphanois et Lillois, à l’heure où nous écrivons ces lignes, en était à 90 buts en L1.

Payet en chef d’orchestre de l’OM de Sampaoli

Il s’est fixé comme double objectif cette saison d’atteindre la barre des 100 buts pour 100 passes décisives :

« 100 buts et 100 passes décisives en L1 c’est l’objectif, a annoncé le joueur dans Téléfoot. Personne ne l’a encore fait. Si je peux laisser cette trace, cela montrera une régularité ». Une régularité qui lui a justement tant fait défaut tout au long de sa carrière. L’ancien marseillais (de 1989 à 1993 puis en 1995/1996) Manuel Amoros constate la transformation et essaie de trouver des explications à cette embellie :

« La saison dernière, Dimitri a pas mal déçu. Je ne sais pas si sa préparation avait été d’aussi bonne facture que celle qu’il a faite aujourd’hui. Est-ce que Jorge Sampaoli lui parle beaucoup et le met en confiance aussi ?

Il manœuvre très bien au milieu de terrain derrière les attaquants. Depuis le début du championnat, il a même pas mal reculé pour venir chercher les ballons et pour organiser le jeu. La saison passée, son positionnement était différent et son rendement s’en ressentait. Il évoluait davantage sur les côtés. Ses qualités intrinsèques n’étaient alors pas utilisées à leur maximum. Il pouvait beaucoup moins prendre de vitesse.

Il a actuellement clairement un autre rendement au milieu de terrain. C’est un joueur qui est doté de grandes qualités techniques. Ses qualités de passe et de centre sont également très bonnes.

Il faut savoir l’utiliser dans une zone de jeu où il peut déployer tout son éventail technique, et là où il est le plus fort et où il peut rendre le plus de services à son équipe. S’il a pas mal été effacé la saison dernière, cette saison on retrouve un Dimitri Payet avec les aptitudes qu’on lui connaît. On peut établir un lien sur son rendement quand Marcelo Bielsa demeurait au club (en 2014/2015, Ndlr).

Sampaoli et Payet, une idylle dans le temps long ?

Quand cet autre entraîneur argentin se trouvait à l’OM, Payet jouait aussi très bien. On peut faire la même remarque avec Jorge Sampaoli. Dimitri a démarré très fort la saison. A lui de montrer qu’à 34 ans il peut être très costaud et mener l’OM aux objectifs que le club souhaite atteindre ».

Le joueur en question se sent si bien qu’il se verrait bien continuer dans le club de la cité phocéenne

Même au-delà de la fin de son bail : « Je sais que, dans ma tête, si mon contrat s’arrête en 2024, je ne suis pas certain de stopper à ce moment-là. Je profite à fond de ces moments. Je suis peut-être celui qui a souffert le plus de jouer dans un stade vide pendant un an et demi. J’ai la sensation d’avoir perdu un an et demi dans ma carrière. C’est vrai que cela m’a fait prendre conscience de la chance que j’ai d’effectuer ce métier. Même si je suis plus proche de la fin que du début ».

« Il reste ce joueur capable de débloquer des matches »

Si Mathieu Valbuena pointe chez Dimitri Payet une forme d’instabilité sportive chronique, il tient aussi à prendre sa défense :

« Dimitri, on le connaît (sourire). Il est ce joueur capable de débloquer des matches. Mais il manque souvent cruellement de régularité aussi. Il peut apporter énormément de choses à son équipe et de la lumière. Il a montré qu’il était capable de faire six, sept matches extraordinaires, puis de se retrouver davantage dans l’ombre ensuite.

N’oublions surtout pas non plus que pendant quatre, cinq mois, il a été ce joueur moqué, décrié. A l’OM, cela peut être tout ou rien. Dimitri peut être vu comme le meilleur et le plus beau, et ensuite on peut s’acharner sur lui via les réseaux sociaux. Il a subi des moqueries qui sont allées trop loin à mon goût. Désormais, on le porte aux nues.

Mais il y a quelques mois personne n’en voulait. Après, peut-être aussi que certaines de ses prestations n’étaient pas à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre de lui. Il a souffert d’inconstance. C’est Dimitri Payet. Il faut donc rester sur ses gardes avec lui et ne pas s’enflammer.

J’aimerais moins le voir faire trois matches hors normes, mais le remarquer davantage dans la constance. Attendons octobre, novembre… Car, à l’OM, il faut répondre présent toute une saison et pas trois, quatre mois. Et ce même si se louper sur quelques matches, c’est humain. Et si son irrégularité a souvent animé les débats, il reste ce joueur très talentueux ».

Valbuena le défend reproche son manque de rigueur

L’ancien joueur marseillais (de 2006 à 2014) de sous-entendre à quel point Payet peut fonctionner à l’affectif :

« Les performances personnelles ont aussi beaucoup à voir avec la confiance que l’entraîneur vous accorde. S’il vous parle au quotidien, s’il vous renvoie beaucoup d’affection, s’il vous fait sentir que vous êtes important, cela se répercute sur le degré de performance sur un terrain. Dimitri peut évoluer à plusieurs postes.

Je ne le vois pas en 9 non plus. Quand Milik reviendra, il jouera. En 9 et demi avec pas mal de liberté, Dimitri est pas mal. Actuellement, on le voit beaucoup plus affûté. A lui de continuer dans cette direction et pas que sur quelques matches ».

Payet s’éclate et cela se voit. Pourvu que ça dure !

Ne manquez pas le dernier numéro du Foot Marseille, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi