vendredi 19 août 2022

Quentin Pacher (Groupama FDJ) : « Décrocher ma première victoire en pro »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Nouvelle recrue de la Groupama-FDJ, Quentin Pacher souhaite confirmer tout son talent sous ses nouvelles couleurs.

Comment allez-vous ?

La condition revient rapidement. Le volume de travail s’allonge. Ça fait du bien. La coupure a permis de souffler. J’ai fait 75 jours de course en 2021. Une saison complète. J’avais besoin d’un bon break pour faire les sacrifices d’une bonne préparation.

D’autant plus que vous changez d’équipe… (Sourire) C’est avec beaucoup d’envie que je rejoins la Groupama-FDJ. Pendant l’hiver, j’ai pu m’adapter aux nouveaux changements. J’ai eu ma prise de contact avec le staff, les techniciens et tout l’encadrement. Il fallait prendre ses marques au sein de la structure avant de basculer sur une nouvelle saison. J’ai bon espoir pour la suite.

Pensez-vous que c’était le bon moment pour basculer sur une nouvelle aventure à 30 ans ?

J’ai eu une progression linéaire. Je suis arrivé dans une équipe continentale (Armée de Terre), puis dans une Conti Pro à Marseille (Delko) pendant deux ans et dans une autre pendant quatre ans, chez B&B Hotels avec qui j’ai pu découvrir le Tour de France sur ces deux dernières années. C’est monté crescendo pour moi. La suite logique était d’intégrer une équipe qui participe aux plus belles courses du calendrier de façon régulière.

C’était la suite logique d’intégrer une équipe du World Tour. Au-delà de ça, je voulais intégrer une équipe de haut niveau et continuer à courir les plus grandes courses. Il y avait aussi l’envie de travailler ensemble sur les prochaines années. C’était réciproque. On avait la même vision de l’objectif et de mon rôle dans l’équipe.

« Aider mes leaders »

Quel sera votre rôle dans l’équipe ?

Pour en avoir discuté avec Yvon Madiot, j’aurais un rôle dans le groupe des grimpeurs avec Thibaut Pinot et David Gaudu. Je vais être avec eux pour les aider sur les grands évènements. Parfois, j’aurai aussi des opportunités. Mais je devrais être avec eux sur les plus belles courses. Sentez-vous que vous arrivez au bon moment chez Groupama-FDJ ?

Il y a  une sacrée dynamique.C’est assez distinct avec la partie classique et la partie montagne. Ils sont venus me chercher car j’avais un profil intéressant pour eux. Ils aimaient ma façon de courir. Je n’ai aucun doute que je peux matcher avec le reste de l’équipe.

Espérez-vous basculer de l’image de Quentin Pacher qui tente des coups à celui qui réussit ses coups ?

(Rires) Je l’espère. J’aurais toujours le même esprit offensif. C’est ma façon de courir. Dans le foot, on dit qu’il faut du réalisme pour marquer des buts. C’est un peu la même chose. Je devrai être un peu plus réaliste dans ma façon de courir. C’est ma nature première. Dès que j’aurai le feu vert, je me lancerai à l’offensive, de manière plus pragmatique.

Que peut-on vous souhaitez pour 2022 ?

J’espère que je pourrai être avec Thibaut et David sur les plus grandes courses de l’année. J’ai envie de participer aux Ardennaises. J’espère lever une première fois les bras en pro et découvrir peut-être un autre grand Tour que le Tour. Mais je dois d’abord faire mes preuves.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi