lundi 4 mars 2024

Rafaël Nadal : un retour brillant, un avenir dans le brouillard

À lire

La blessure musculaire de l’Espagnol, après deux matchs parfaitement réussis, est une grosse tuile, qui laisse planer le doute sur son année 2024.

C’est une image qui semblait rassurer tout le monde. Même les fans qui adorent Djokoivc, Federer ou Alcaraz, le retour d’un champion absolu sur terre battu. Rafael Nadal semblait dans les meilleures dispositions pour mettre en place un come-back historique. S’inspirant d’un certain Roger Federer en 2017, l’Espagnol a pris son temps pour ne pas bousculer les étapes.

Son calendrier est en tout cas très clair. Nadal veut disputer les 4 tournois du Grand Chelem, un ou deux Masters 1000 dont celui de Madrid et venir à Paris pour les JO. En plus de cela, sur sa surface favorite, reste à savoir s’il en aura les moyens.

Ces trois premiers matchs à Brisbane avait levé le doute sur sa fraîcheur physique et ses dispositions techniques. Avant son retour à la compétition, l’Espagnol fustige d’ailleurs le manque de considération tactique de son sport.

À LIRE AUSSI : le trio du siècle dans la légende

3 matchs presque parfait pour Nadal en 2024

Son coup droit de légende a refait surface au meilleur moment. Pour son retour à Brisbane, l’Espagnol n’a rien perdu de sa technique. En se préparant pour le tournoi, le recordman de titres à Roland Garros avait croisé la route d’Andy Murray et de son ami Richard Gasquet. Nadal avait convié deux profils différents avec deux styles opposés pour se remettre dans le bain.

L’un avec un revers à deux main à plat et un coup droit très fidèle dans la diagonale. Même si Andy Murray est lui aussi proche de raccrocher il a savouré son moment avec l’Espagnol. Richard Gasquet n’a pas refusé non plus la main tendu de l’Espagnol dans son académie.

Gasquet et Nadal se connaissent depuis les juniors et ont toujours eu une très belle relation. Gasquet présente un choix de jeu radicalement différent avec un revers à une main qui faisait sa légende.

Nadal avait toutes les cartes en mains pour réussir son retour à la compétition. Un retour idéal avec deux matchs plein et une troisième rencontre plus laborieuse. Même s’il disposait de 3 balles de match. Il a laissé passer sa chance et perdu gros avant l’Open d’Australie.

Une blessure au psoas inquiétante

Il y a un an, le psoas lui faisait le plus grand mal à l’Open d’Australie. Il était contraint d’abandonner et de se mettre en retrait du circuit. Un an plus tard, une douleur moins contraignante au même endroit lui oblige un temps de repos. À deux semaines des débuts de l’Open d’Australie, c’est une mauvaise nouvelle pour le clan Nadal.

Rest à savoir s’il aura les ressources pour se tenir prêt et affronter dès le premier tour un cador du circuit. Classé 672ème mondial, Nadal peut affronter Djokovic dès le premier tour de la compétition.

Nadal admiratif de Federer et de son style

Dans une interview fleuve à El Pais, Nadal n’a pas caché son admiration pour son ancien rival et ami Roger Federer. L’Espagnol reste un grand nostalgique des confrontations avec le Suisse. S’il admet l’erreur de Federer sur l’aspect tactique de son revers à une main face à lui, il remarque que le style de l’Helvète est incomparable.

« Federer était la perfection au niveau esthétique, au niveau de l’élégance, au niveau technique. J’ai une très bonne technique, beaucoup de technique, mais la technique n’est pas la même chose que l’esthétique. Ce sont deux choses différentes. Il avait une technique incroyable, il faisait de très belles choses avec une telle élégance, c’était impressionnant. »

« D’aussi loin que je me souvienne, c’est le joueur qui m’a le plus impressionné, qui m’a le plus amusé, qui m’a le plus ému. J’ai été plus enthousiaste à l’idée de voir jouer Federer que Djokovic, et en fin de compte, le tennis, c’est de l’émotion, et l’émotion est ce qui vous attire vers lui. ».

À LIRE AUSSI : quand Federer est admiratif d’Alcaraz

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi