mardi 23 juillet 2024

Remco Evenepoel sur le Tour ?  Il est déjà l’homme à abattre !

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Il est devenu l’homme à battre avec son maillot de champion du monde. Remco Evenepoel confirme qu’il est un talent hors norme à l’image de Liège-Bastogne-Liège qu’il a remportée pour la deuxième fois de suite. De quoi offrir de beaux duels dans les prochains mois face notamment à Tadej Pogacar*. Entretien pour Cyclisme magazine et Le Quotidien Du Sport.

Comment avez-vous vécu ce début de saison ?

Il a été chargé, mais j’ai réussi à plutôt faire de bonnes choses que ce soit l’UAE Tour remporté ou le Tour de Catalogne où je remporte des étapes avant de finir 2ème. Après, on avait choisi de faire un break avant de penser à la suite et notamment Liège-Bastogne-Liège et le Giro.

Avez-vous été surpris de voir le niveau affiché par la concurrence durant votre absence et notamment Tadej Pogacar, vainqueur de l’Amstel et la Flèche Wallonne ?

C’est fort ce qu’il a réalisé. Ce n’est jamais simple de remporter des courses comme il l’a fait sur des périodes courtes. C’est un grand champion et un vrai talent. Quand il se lance dans une course, c’est pour aller au bout. Il a gagné mon respect depuis longtemps.

Comment appréhendez-vous les courses avec le maillot arc-en-ciel, notamment en Belgique ?

Cela fait plaisir forcément, mais ce n’est pas simple. Au départ, il y a forcément du stress et de la pression. Mais j’aime venir courir chez moi. Ce sont mes routes d’entraînement. En plus, j’ai la chance de le faire cette année avec le maillot de champion du monde. C’est spécial. Ça va me donner de la motivation pour la suite de la saison où j’ai toujours l’ambition de gagner à chaque course.

Remco Evenepoel réalise un début de saison prolifique

Pourquoi avoir changé votre préparation avant le Giro ?

J’ai connu deux préparations différentes. Surtout si on me compare à Tadej Pogacar qui a enchaîné les courses avec succès alors que moi j’étais en stage. Mais j’étais focus sur le Giro. Liège devait me servir de tremplin pour être prêt sur le grand Tour qui est mon objectif de la saison. A l’image de San Sébastian pour la Vuelta l’année dernière.

Cela m’avait plutôt réussi. Mais j’avais envie de réussir sur ce Monument que j’affectionne pour l’avoir gagné l’an passé. On avance par étapes et je pense qu’on a réussi de bonnes choses pour que je continue de monter en pression dans les prochains mois. Les jambes ont été bonnes. Cela s’est vu (sourire).

Sur Liège-Bastogne-Liège, vous avez encore réalisé un grand numéro pour aller remporter la Doyenne…

(Sourire) C’était une course difficile. Il n’apasfaitchaudetilyaeulapluiesur les dernières deux heures. Ce n’était pas chouette. Les routes étaient assez glissantes en plus. Quand j’ai voulu attaquer dans la Redoute, ma roue a glissé. Un peu comme l’année passée. Mais je dois vraiment dire merci à mon équipe. Ils ont fait un gros travail.

Ce n’était pas facile avec les attaques assez précoces de Jumbo-Visma. On a su gérer et garder notre plan initial. Je voulais attaquer sur la deu-xième partie de course et La Redoute. J’ai vu que ce n’était pas passé. J’ai attendu la côte d’après pour pousser à fond pour lâcher tout le monde. C’est là-bas que j’ai fait la différence. C’est une sensation incroyable que de gagner cette course mythique deux années de suite.

« J’ai toujours l’ambition de gagner à chaque course »

Avez-vous pu profiter et savourer cette victoire ?

C’est une grande fierté pour moi de gagner Liège-Bastogne-Liège à la base. Mais le faire, en plus, avec ce beau maillot arc-en-ciel, c’est magique. Quand je venais sur Liège, j’adorais accrocher la photo pour la chambre. Je pense encore la garder précieusement celle-là.

Tout le monde parlait du duel avec Tadej Pogacar. Etes-vous déçu qu’il n’a pas eu lieu à cause de sa chute ?

J’ai surtout entendu un bruit horrible. On ne veut jamais que quelqu’un tombe et se fasse mal. Je lui ai fait part de tout mon soutien pour qu’il puisse récupérer vite et que l’on remette cela rapidement. C’est la compétition et la loi de la course. Je suis passé par là aussi.

* Depuis son retrait du Giro pour cause de Covid, Remco Evenepoel pourrait changer ses plans et participer au Tour de France cet été.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi