mardi 18 juin 2024

Rétro : 1985, le record du Chaudron est tombé…

À lire

Ce n’est pas banal. L’ASSE était en D2 lorsque fut établi le record d’affluence de Geoffroy-Guichard dit le Chaudron. Le 11 mai 1985, 47 747 spectateurs assistaient à la réception de Lille en quarts de finale de la Coupe de France. Le paradoxe dit beaucoup de la fidélité des supporteurs stéphanois à leur équipe.

On vous parle d’un temps où la capacité du Chaudron était de 48 274 places. Un match où il fut rempli à 98% pour établir un record qui n’est pas prêt d’être battu. Puisque le stade des Verts ne peut accueillir depuis 2016 que 42 000 spectateurs.

Mais qu’est-ce qui avait pu pousser autant de supporteurs vers la rue Pierre et Paul Guichard alors que le club n’était plus au sommet du football français ? Mais bien à batailler en D2 pour essayer de remonter ?

Certains vous diront que c’est la magie de la coupe, les plus lucides attribueront cet engouement exceptionnel à l’amour indéfectible que portaient encore le peuple vert à un

club qui l’avait tant fait rêver. Après être descendus la saison précédente, les joueurs du nouveau coach, Henryk Kasperczak, avaient été suffisamment dignes de leurs glorieux aînés, dans leur engagement et débauche d’énergie, pour entretenir l’espoir d’un retour rapide dans l’élite, que le Chaudron s’était remis à bouillir comme aux plus belles heures européennes.

47 747 spectateurs avec la fièvre verte au Chaudron

Avec une nouvelle génération prometteuse (Daniel, Ribar, Oleksiak, Ferri, Primard, les frères Clavelloux ou Peycelon), encadrés par les aînés (Castaneda, Bellus, Moizan, Sanchez et surtout Roger Milla), en éliminant Tours, Nice et surtout Lens, pensionnaire de D1, ils avaient donné à la Coupe de France des airs d’épopée européenne. Sous la pluie, la réception de Lille en quarts de finale s’an nonçait épique.

Elle le fut dans l’ambiance, électrique, qui permit à Roger Milla d’offrir une victoire pleine de promesse. D’une tête plongeante à la réception d’un coup franc de Ferri. Une victoire qui eut pu être plus large si, dans la même position, Carlos Duarte avait, lui, réussi à cadrer sa tête à quelques minutes de la fin. Dans ce contexte, à 33 ans, l’international camerounais fit preuve d’un enthousiasme de débutant, meilleur buteur du club avec 26 buts.

Leader technique et charismatique d’un groupe qui allait échouer en barrage d’accession face à Rennes à la fin de la saison, il redevenait le Lion Indomptable l’espace d’un match entré dans la légende. Si au retour, Savic brisa le rêve à la 90ème minute (0-2) d’un match où le Verts ont tenu leur qualification pendant 84 minutes, l’élimination n’avait pas empêché les 47 747 spectateurs d’attraper de nouveau la fièvre verte. Alors qu’on croyait le virus définitivement éradiqué…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi