jeudi 23 mai 2024

Rétro : que sont devenus les légendes de l’OM 1993 ?

À lire

Trente ans après, seulement deux des treize acteurs de la finale ont passé la soixantaine. Du benjamin, Barthez (51 ans), à l’aîné, Völler (62 ans), presque tous sont restés dans le milieu du football. Seuls Thomas et Boksic ont rapidement pris un autre chemin…

Deschamps, toujours la gagne

54 ans Le titre européen de 1993 n’était que le premier d’une longue série que le Basque a perpétué bien au-delà de sa carrière de joueur, achevée à Valence en 2001. Car sur le banc (cinq ans à Monaco, une saison à la Juventus, trois à l’OM jusqu’à l’équipe de France depuis 2012), le capitaine de Munich a multiplié les victoires, champion de France à Marseille en 2010, quatre fois vainqueur de la Coupe de la Ligue, finaliste de la Ligue des Champions et surtout champion du monde en 2018, finaliste de l’Euro 2016, vainqueur de la Ligue des Nations 2021, la baraka ne l’ayant abandonné que lors du dernier Euro et une élimination prématurée par la Suisse en 8èmes de finale. Au Qatar, il sera le premier sélectionneur français à vivre trois Coupes du monde (2014, 2018, 2022). Il est déjà le seul à l’avoir gagné comme joueur et comme sélectionneur.

Pelé, le polyvalent

58 ans Abedi Pelé ne regarde plus ses fils jouer, trop de stress et d’émotion pour l’ancien gaucher de l’OM qui se contente désormais d’extraits de matches quand André, à Swansea, ou Jordan, à Crystal Palace, marquent des buts, quand son troisième, Rahim, se distingue en Belgique : « Je les ai vus tant de fois jouer… je n’aime plus les regarder, car je ne veux pas les voir perdre, ni se blesser, ce genre de peur me met dans une situation émotionnelle trop difficile. » Il n’en demeure pas moins encore et toujours leur agent tout en étant président, entraîneur, sponsor… et relation publique du Nania FC (du nom du village de son père dans le nord du pays), club qu’il a fait monter en D2 ghanéenne. Egalement co-propriétaire d’une banque de micro-crédit et de deux casinos, le triple Ballon d’Or africain vit à Accra où il s’investit beaucoup dans son club avec l’ambition de créer une académie.

Eydelie, un coach à prendre

56 ans Il n’est resté qu’une saison à Marseille, assez pour être marqué à vie. Condamné à un an de prison avec sursis suite à l’affaire VA-OM, le milieu formé à Nantes a terminé sa carrière à Beaucaire en 2003 avant d’entamer un parcours de coach qui a débuté à Limoges et Angoulême, chez lui, pour se poursuivre en Afrique, en Côte d’Ivoire (Africa Sports) et au Burundi (Messager FC de Ngozi). Depuis 2018, il s’est lancé dans une activité de consulting dans les clubs de foot, entreprises, écoles ou universités, commente quelques matches de National sur National TV… toujours en quête d’un club à entraîner.

Barthez, pied au plancher

51 ans Après avoir accompagné l’OM en D2, le divin chauve signe à Monaco puis à Manchester United tout en étant sacré champion du monde en 1998 et d’Europe en 2000. Son retour à l’OM entre 2004 et 2006 lui permet d’accrocher une nouvelle finale européenne (UEFA, perdue face à Valence) et de rejoindre son compère toulousain Elie Baup à Nantes pour finir sa carrière à 36 ans. Ephémère consultant sur TF1 pendant la Coupe du Monde 2010, il se dirige vers la course automobile pour participer aux championnats de France FFSA GT (et les gagner en 2013), au Trophée Andros et même aux 24h du Mans. Un temps dirigeant du Luzenac AP jusqu’à la liquidation du club, il est intervenu brièvement dans le staff des Bleus de Laurent Blanc et du TFC auprès des gardiens.

Sauzée, le consultant

57ans Une fois les crampons raccrochés, huit ans après Munich du côté d’Hibernian, en Ecosse, le meilleur buteur marseillais de cette saison en Ligue des Champions s’est retiré en Provence, à Aix plus précisément, son camp de base depuis 2002. Et d’effectuer la navette avec Paris pour assurer son rôle de consultant, à la télé pour Canal +, Orange Sports, à la radio pour RTL et Europe 1, tout en prêtant sa voix pour le commentaire des versions françaises du jeu vidéo FIFA avec Hervé Mathoux. Sans contrat après avoir fait partie de l’éphémère aventure Médiapro, sa dernière collaboration remonte à l’Euro 2021 pour L’Equipe TV.

Desailly, le businessman

54 ans Il a arrêté sa carrière au Qatar en 2006, enchaînant avec un poste de recruteur pour le Milan AC, plus particulièrement pour les jeunes joueurs issus du continent africain. Ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF, il a fait partie du comité d’organisation de la CAN 2008 dans son pays d’origine, le Ghana. Lui aussi a monnayé sa notoriété en collaborant avec TPS Star, Canal +, Europe 1 ou la BBC et plus récemment BeIN Sports. Sous contrat avec l’opérateur SFR, Adidas, Lu ou Ubisoft et Betlic, il apparait régulièrement dans des publicités qui renforcent son image d’homme d’affaires.

Boli, l’ambassadeur

55 ans C’est au Japon, en 1997, qu’il a raccroché les crampons et qu’il s’est lancé avec plus ou moins de bonheur en politique (aux côtés de Nicolas Sarkozy), et dans les affaires sur le continent africain (dans le cadre de son association Entreprendre et diriger en Afrique). Un temps soupçonné d’abus de confiance et de recel d’abus de confiance, il sera finalement relaxé. Nommé conseiller du président de l’AJ Auxerre en 2004, il revient à l’OM en 2015 à l’initiative de Vincent Labrune pour devenir ambassadeur chargé du développement des partenariats. Poste qu’il occupe toujours aujourd’hui au moment de sortir un livre sur ses années OM : « Mémoires d’hOMmes ».

Eric Di Meco, la grande gueule

59 ans Son retour comme manager de l’OM en 2000 n’ayant pas été concluant, et après s’être impliqué dans la vie politique marseillaise dans la majorité municipale comme adjoint aux sports entre 2001 et 2007, il a bifurqué vers les médias, sur RMC en participant au Moscato Show puis à Team Duga, dans l’équipe des Grandes Gueules du sport depuis 2012, sur M6 en intervenant sur 100% Foot. Consultant pour SFR sport, sur BeIN Sports, sur BFM TV, il a commenté les dernières finales de Ligue des Champions.

Angloma, et les Gwada Boys

57 ans Le Guadeloupéen a prolongé le plaisir jusqu’à 41 ans, terminant sa carrière chez lui, à l’Etoile Morne à l’Eau où il a de suite intégré le staff, comme entraîneur (entre 2009 et 2015), tout en s’investissant aussi au sein de la Ligue de Guadeloupe, jusqu’à devenir, en 2017, l’entraîneur d’une sélection qui dispute la Ligue des Nations de la Concacaf, qualifiée pour la première fois depuis 11 ans pour la phase finale de la Gold Cup en 2021 aux USA, battue de peu par la Jamaïque (1-2), le Costa Rica (13) et le Suriname (1-2) en phase de groupes.

Boksic, tous les chemins mènent à Rome

52 ans L’attaquant croate a fini sa carrière en Angleterre, à Middlesbrough, en 2003, à 33 ans, après avoir marqué la Serie A de son talent à la Lazio et à la Juve. Ephémère coach adjoint du sélectionneur croate en 2012/2013, Boksic s’est complètement retiré des choses du football depuis, et il vit entre Makarska, sa ville natale en Dalmatie, et Rome où il a joué cinq saisons et gardé un gros réseau relationnel.

Völler, jeune retraité

62 ans Le plus âgé des champions d’Europe marseillais n’a jamais quitté le monde du football, revenant à Leverkusen terminer sa carrière en quittant l’OM en 1994, s’asseyant sur le banc du Bayer à plusieurs reprises, sélectionneur de la Mannschaft entre 2001 et 2004, jusqu’en finale de la Coupe du monde en Corée du Sud (2002). Après un passage éclair sur le banc de l’AS Roma, il est retourné à Leverkusen où il fut directeur sportif pendant 15 ans avant de mettre fin à ses activités à la fin de la saison dernière pour profiter de sa retraite.

Durand, expert en recrutement

62 ans L’élégant milieu de terrain international fut avec Barthez et Casoni l’un des trois champions d’Europe à rester à l’OM malgré la descente en D2. Et d’y assurer ensuite sa reconversion à différents postes. D’abord dans l’administratif et la communication, rapidement dans le staff technique, comme responsable du recrutement jusqu’en 2017. Il assume aujourd’hui une fonction similaire au sein de l’Eintracht Francfort… récent vainqueur de l’OM au Vélodrome en Ligue des Champions, référent pour la France où il a notamment recruté Kolo-Muani à Nantes.

Casoni, le globe-trotter

61 ans Lui aussi a fini sa carrière à l’OM, à 35 ans, avant d’intégrer l’organigramme sportif du club phocéen, en charge des jeunes puis de la réserve, avant de succéder à Rolland Courbis en 1999 et d’éviter la relégation en 2000. Depuis 22 ans, il sillonne l’Europe et l’Afrique du Nord, de l’Etoile du Sahel en Tunisie à Tanger, au Maroc, où il a posé ses valises la saison passée, en passant par la Hongrie (Videoton), la sélection d’Arménie, la Corse (Bastia), Valenciennes, Lorient, Auxerre ou Evian-Thonon qu’il fit monterenL2etenL1etoùilfutélu meilleur entraîneur de L2 en 2011.

Thomas, le gîte et le couvert

58 ans Après l’OM, il a rebondi à Rennes pour finir à Saint-Etienne, passer ses diplômes d’entraîneur (DEF) en 2002… et finalement bifurquer vers l’exploitation viticole familiale en Bourgogne. Dirigeant à la Ligue de football de Bourgogne, à la tête d’une société de négoce de vins, il gère aussi un gîte touristique en Côte d’Or, à Puligny Montrachet, le Hameau de Blagny… où il accueille de nombreux supporteurs de l’OM qui ne manquent pas de lui rappeler qu’il fut lui aussi un acteur de cette finale historique.

Ferreri ne lâche pas le micro

59 ans Même s’il a terminé sa carrière sur Paris (Saint Denis Saint Leu), après Toulon et Zurich, le milieu formé par Guy Roux à Auxerre ne s’est jamais éloigné de Marseille où il s’est rapidement installé. Dès 1998, pour la Coupe du monde, il a commenté ses premiers matches sur France Télévisions, avant de faire carrière dans différents groupes, sur TPS Star, Eurosport, OMTV, M6 (avec Denis Balbir), ou W9 aujourd’hui où il commente les matches de Ligue Europa et de Ligue Europa Conférence avec Xavier Domergue… le fils de Jean-François, ancien international olympien des années 80.

Et aussi :

A 57 ans, Rafael MARTIN VAZQUEZ est entraîneur des juniors du Real Madrid (après avoir été quelques mois sur le banc d’Extramadura), consultant pour la chaîne espagnole TVE. Le milieu russe Igor DOBROLOVSKI (55 ans) est entraîneur depuis 2005 dans plusieurs clubs de Moldavie où il fut sélectionneur à deux reprises (2005-2009 et 2015-2018). Jusqu’en décembre 2021, il était entraîneur du Dinamo Auto Tiraspol…

A 48 ans, le Marseillais Jean-Christophe MARQUET a fini sa carrière à Endoume. Il est aujourd’hui et depuis 2010 dans l’événementiel sur Marseille à la tête de sa société, l’Agence Marqueteam. Sa parenthèse télé réalité refermée (La ferme célébrités, Fort Boyard, Ninja Warrior…), Pascal OLMETA est à 61 ans un retraité très actif qui se démène depuis la Corse pour faire vivre son association pour aider les enfants malades et leur famille, « Un sourire, un espoir pour la vie »…

Tout en accompagnant la carrière de son fils, Lissandru, gardien également, chez les U18 de l’AS Monaco. Enfin, François OMAN-BIYIK (56 ans) est devenu entraîneur, il est adjoint du sélectionneur du Cameroun depuis 2010.

Les coachs

Jean Fernandez

Jeannot a fêté ses 68 ans loin du milieu du football depuis sa dernière expérience au Qatar, à Al Gharafa en 2017. Il était revenu à l’OM en 2005/2006 dans les pas de Ribéry et avait ensuite coaché Auxerre pendant cinq ans, Nancy pendant une saison et demi, Montpellier pendant six mois.

Raymond Goethals

Décédé le 6 décembre 2004 à l’âge de 83 ans. Contrairement à ce qu’il avait décidé le soir de Munich, l’OM n’a pas été son dernier club. De retour en Belgique, Raymond la science n’a pas pu résister à la tentation de revenir faire une pige du côté d’Anderlecht, la saison suivante, conseiller sportif proche de Jan Boskamp, le coach, avant de tout arrêter en 1995 pour se contenter de quelques collaborations avec la télé belge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi