dimanche 2 octobre 2022

RETRO TOUR DE FRANCE : 1991, l’exploit de Thierry Marie

À lire

Cette 6ème étape du Tour de France 1991 entre Arras et Le Havre est marquée par un grand exploit, celui de Thierry Marie qui inscrit son nom dans le livre des records.

Personne en jaune au départ

Fait assez rare pour le souligner, durant l’étape du 11 juillet 1991, personne n’endossait le maillot jaune. Suite à l’abandon de Sörensen, victime d’une chute à un rond point la veille qui l’a obligé à abandonner à l’issue de l’étape à cause d’une clavicule cassée, c’est Greg Lemond qui aurait dû hériter de la tunique jaune. L’américain a préféré, comme l’avait fait Ocana en 1971 et Hinault en 1980, ne pas accepté le maillot.

Thierry Marie, quel exploit !

À 28 ans, le normand a réalisé un exploit de grande envergure. Après 25 petits kilomètres d’étape, l’originaire de Bénouville décide de prendre la fuite, en solitaire. Après 234 kilomètres d’échappée, il se saisit d’une victoire pas comme les autres. Passé par une phase plus compliquée à 127 kilomètres de l’arrivée il ne comptait plus que 22 secondes d’avance. Fort de caractère, Thierry Marie a su mettre le coup de pédale supplémentaire pour passer la ligne d’arrivée avec 1min54 d’avance sur le peloton. Tout simplement énorme !

> Jeudi 7 juillet (6ème étape) : Binche – Longwy

Un accompagnement précieux

Celui qui a accompagné Thierry Marie durant ce long périple n’est pas le directeur sportif des Castorama à savoir Cyrille Guimard mais son adjoint Bernard Quilfen qui a réalisé ce même type d’exploit. Une aide forcément précieuse qui a rassuré le coureur.

Doublé bien mérité

Après avoir remporté le prologue de ce Tour de France et donc maillot jaune lors de la 1ère étape, le français ne comptait pas s’arrêter là. Son extraordinaire épopée lui permet d’endosser à nouveau ce maillot qui lui est si cher avec plus d’1 minute d’avance sur son dauphin Sean Kelly.

2ème échappée en solitaire la plus longue

Sa performance est loin de passer inaperçue puisque Thierry Marie grave son nom à la 2ème place de l’échappée en solitaire la plus longue de l’histoire du Tour de France derrière Albert Bourdon et ses 19 kilomètres de plus qui porte à un total de 253 kilomètres entre Carcassonne et Luchon en 1947. Ces 2 premières places sont toujours d’actualité aujourd’hui. 

Un effort à un certain coût

Cyrille Guimard ne s’est pas trompé lorsqu’il affirmait qu’il faut 3 jours pour récupérer de ce type d’effort. 2 jours après son exploit, le normand cède son si beau maillot à Greg Lemond après un contre-la-montre par équipe où il perd 5min25 sur les 73 kilomètres de parcours.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi