vendredi 19 août 2022

RETRO TOUR DE FRANCE : 2019, quand Alaphilippe perd le Tour sans pouvoir se défendre

À lire

Le 26 juillet 2019 a eu lieu une étape qui restera dans les mémoires. Entre abandons, difficultés climatiques et attaques surprises dans le col de l’Iseran, cette 19ème étape particulièrement atypique entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes est entrée dans la légende.

Une chose est sûre, les coureurs ne pouvaient pas s’attendre au coup de théâtre qui allait marquer ce 26 juillet 2019. Dès le début de l’étape, une tension se faisait déjà ressentir, via une succession d’attaques entre Geraint Thomas, Steven Kruijswijk, Simon Yates, Egan Bernal et Julian Alaphilippe.

Et ce, avant même que le premier drame frappe la course. Thibaut Pinot, 5ème du général à 1 min 50 d’Alaphilippe, présente des difficultés à avancer. Après avoir concédé jusqu’à deux minutes de retard, le coureur français s’écroule à 42 km du départ, incapable d’aller plus loin. On apprendra rapidement qu’il souffrait d’une déchirure musculaire a la cuisse gauche. Contraint d’abandonner, le Français est abattu, il s’agissait là de son 4ème abandon sur le Tour (2013, 2016, 2017, 2019), lui qui était monté sur le podium en 2014.

Alors que l’une des figures françaises de la course venait de tirer sa révérence, tout ne se passait pas au mieux non plus du côté de Julian Alaphilippe qui vivait, sans le savoir encore, son dernier jour en  jaune.

Le leader de la Quick step franchit l’Iseran avec 2 min 10 de retard sur Egan Bernal.. Le Colombien a donc le champ libre devant lui pour remporter un premier tour de France… Ce qui aurait très bien pu se produire, sans compter un retournement de situation inattendu.

> Vendredi 22 juillet (19ème étape) : Castelnau-Magnoac – Cahors

A 16 heures s’abat sur le val d’Isère un énorme orage de grêlons, à 20 km de la ligne d’arrivée alors que de nombreux coureurs ont entamé la descente de l’Iseran, la route est totalement impraticable. L’orage a duré un quart d’heure, mais il a été très violent. A la sortie de Val d’Isère, une coulée de boue et de rochers, d’une cinquantaine de centimètres de hauteur, vient de couvrir la route. Dans les minutes suivantes, de nouvelles coulées rendront le barrage naturel définitivement infranchissable. Quarante minutes après est prise la décision d’arrêter la course, les directeurs sportifs des coureurs iront même jusqu’à stopper leurs coureurs en voiture !

La fin est rude pour Julian Alaphilippe, qui en pleine descente à toute vitesse pour rattraper son retard prend connaissance de la situation, il rentre dépité, il sait qu’il vient de perdre le Tour de France.

Car, s’il n’y a pas de vainqueur d’étape, les temps pris au sommet de l’Iseran sont assimilés au classement général, permettant à Egan Bernal de devenir le nouveau maillot jaune pour 48 secondes d’avance sur Alaphilippe…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi