samedi 13 avril 2024

Ricardo Pepi, la pépite américaine de la Bundesliga

À lire

13 buts inscrits en 31 matches de MLS avec le FC Dallas ont suffi pour permettre à un jeune américain de 19 ans de débarquer en Bundesliga. Pour 16 M€, le FC Augsburg a chipé Ricardo Pepi au Bayern et à Woflsburg.

« Pepi is here ! »  C’est ainsi que le club bavarois s’est félicité de l’arrivée du joueur de Team USA (7 sélections, 3 buts), au Mercato d’hiver pour un contrat de trois ans et demi avec une année supplémentaire en option. Et le FC Augsburg de poursuivre, par son directeur sportif, l’ancien joueur de Dortmund, de la Juve et du Bayern, Stefan Reuter : « Dès que nous avons senti que nous avions une chance, nous avons mis les gaz ! »

Symbole de la nouvelle génération de jeunes joueurs formés en MLS, avec le Canadien Alphonso Davies au Bayern (ex-Whitecaps de Vancouver), l’Américain Brenden Aaronson (ex-Philadelphie) au RB Salzbourg, Pepi vient du FC Dallas, le même club qu’un autre prestigieux représentant US, le milieu de la Juventus, Weston McKennie.

Longtemps dépendante du travail réalisé dans les universités, où les joueurs restaient jusqu’à 22 ou 23 ans, la formation américaine a changé son fusil d’épaule en créant en parallèle des académies qui commencent à sortir leurs premiers produits « made in USA ».

Sous l’impulsion de plusieurs formateurs français, très présents outre-Atlantique, une nouvelle ligue réservée aux plus jeunes a vu le jour, MLS Next qui brasse 133 académies des U13 aux U19 et offre un terrain d’expression inédit et de nouveaux débouchés aux meilleurs talents.

Objectif Qatar avec Weah, Dest, de la Torre, Mckennie…

Outre Pepi, Valentin Castellanos, jeune argentin du FC New York, a aussi été à deux doigts de rejoindre l’Europe. Intéressé par son profil de buteur, l’OM ne manquera pas d’observer la manière avec laquelle

Pepi va s’adapter à un football européen beaucoup plus exigeant. D’El Paso, où il est né, à Augsburg, où il s’est rapproché de son idole, Robert Lewandowski, l’attaquant d’origine mexicaine a un profil technique très fin et un potentiel physique affirmé (1m85) qui en fait un danger également dans le jeu aérien.

Mentalement, il va devoir supporter le statut du plus gros transfert de l’histoire d’un club qui va lutter jusqu’à la fin de saison pour se maintenir « C’est un gros investissement, à coup sûr, mais je ne ressens pas la pression parce que je suis prêt à être patient pour me mettre au niveau d’un des meilleurs championnats du monde où le niveau technique des joueurs et bien supérieur. »  

D’autres clubs plus prestigieux étaient pourtant prêts à l’engager, mais sans lui promettre le même temps de jeu. A 19 ans, Pepi ne veut pas brûler les étapes. Il fait surtout confiance en sa bonne étoile et rêve de rebondir le plus vite possible vers son rêve ultime : disputer la Ligue des Champions.

Au-delà de la Bundesliga, il compte aussi sur la prochaine Coupe du monde… que les Etats-Unis, candidats à son organisation, ont dû se résoudre à voir s’envoler vers le Qatar (8 voix contre 14).

Décisif lors de la phase de qualification (3 buts face au Honduras et un doublé face à la Jamaïque), il n’avait pas tardé à devenir un des leaders techniques des Stars and Stripes, aux côtés de ceux qui l’ont précédé en Europe, les plus expérimentés Dest (Barcelone), Weah (Lille), Mc Kennie (Juve) ou De La Torre (OM). Des aînés qu’il rêve d’imiter.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi