mercredi 5 octobre 2022

Rien n’a changé à Lyon : Bosz et Aulas doivent-ils partir ?

À lire

Pascal Auchet
Pascal Auchet
Journaliste

Battu à Lorient, l’OLympique Lyonnais voit de nouveau ressurgir les fantômes de son passé récent. Malgré les beaux discours, rien n’a changé.

C’est la défaite qui tue. Alors que l’OL avait les moyens de rejoindre le PSG et l’OM en tête du classement, continuant d’entretenir l’image d’une révolution positive affichée depuis la fin du mois de mai, servie par les retours de Lacazette et Tolisso, exposés en étendard d’une ambition nouvelle.

Bruno Cheyrou aurait mieux fait de se taire

Personne n’a oublié l’intervention lunaire de Bruno Cheyrou en conférence de presse, ironisant sur le départ de Jorge Sampaoli de l’OM, en expliquant que c’était une réaction par rapport au recrutement lyonnais. Aujourd’hui, l’intervention du directeur du recrutement de l’OL, fait plus rire les supporters marseillais que Jean-Michel Aulas, qui avait apprécié l’humour de son bras droit.

Deux mois plus tard, le constat est terrible pour l’OL. Si Tolisso et Lacazette restent des renforts certains, leur apport est limité. Car dans le même temps, Jean-Michel Aulas a vendu Lucas Paqueta à West Ham, pendant que Moussa Dembélé montre dans le peu de temps de jeu que lui donne Bosz (une centaine en 6 matchs) qu’il reste efficace (2 buts).

L’OL humilié à Lorient

Le pire, c’est la nature de l’adversaire qui a infligé la première défaite de la saison aux Gones. Avec un budget 5 fois inférieur à l’OL, Lorient ne joue pas dans la même catégorie. Si les Gones veulent rester dans les pas du club de la capitale le plus longtemps possible, ils n’ont pas le droit de s’incliner face à une équipe qui vient de terminer deux fois 16ème de Ligue 1 depuis son retour dans l’élite.

« Il y a des choses qui vont changer, pas seulement sur l’effectif, pour être beaucoup mieux la saison prochaine. Pas un petit peu, mais beaucoup mieux », annonçait pourtant Peter Bosz lors de la reprise.  Finalement, rien n’a vraiment changé. En dehors du large succès face à Angers, équipe en grand difficulté cette saison, l’OL n’a jamais donné l’impression de dominer vraiment son sujet.

Surtout qu’en dehors de Lorient (désormais 4ème, à égalité avec le même nombre de points), l’OL n’a rencontré que des équipes de la deuxième moitié de tableau, dont les deux promus, à domicile.

Peter Bosz viré avant la trêve internationale ?

Alors forcément, alors que s’annonce un déplacement à Monaco (dimanche, 20h45), la réception du PSG et un déplacement à Lens, il y a de quoi s’inquiéter.

Avec cette question qui revient de plus en plus : Jean-Michel Aulas est-il toujours l’homme de la situation ? Les dernières évènements (départ de Juninho à qui il fait porter le chapeau de l’échec de la dernière saison, maintien de Peter Bosz, recrutement 2021 calamiteux, départ de Paqueta…) ne plaident pas en la faveur de l’emblématique président de l’OL.

Selon nos informations, Peter Bosz a bien une épée de Damocles au dessus de la tête, avec l’obligation de prendre au moins 4 points avant la trêve internationale (à Monaco et contre le PSG au Groupama Stadium). Sous peine de se faire débarquer. Avec une certitude : le Lyon de Lorient n’y arrivera pas.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi