mardi 5 mars 2024

Roland-Garros : Parry, Paquet… ces inconnus aux belles histoires

À lire

Tout le monde connaît Nadal, Djokovic ou Federer. Mais qui connaît vraiment O’Connell, Paquet, Minnen, Parry (photo) ou Fratangelo ?

Quand on est 200e mondial, les médias ne parlent pas de vous. Mais dès que l’on s’appelle Novak Djokovic tout le monde accoure. Aujourd’hui, le Quotidien du Sport a décidé de présenter quelques joueurs inconnus du grand public, à travers une anecdote ou une histoire.

Christopher O’Connell, l’Australien installé en Serbie

Christopher O’Connell est un Australien né en 1994, mais ne vit plus en Océanie depuis plusieurs années. C’est l’unique étranger invité par la Fédération française de tennis à Roland-Garros, dans le cadre d’un partenariat entre la France et l’Australie. Un accord qui permet également à un Français d’être invité à l’Open d’Australie.

Sur les conseils de l’un de ses meilleurs amis, il a déménagé il y a quelques temps en Serbie, après avoir remporté de nombreux tournois australiens. La présence sur le continent européen lui permet d’être plus facilement sur les tournois Challengers européens, mais il est obligé de retourner régulièrement en Serbie car il n’était pas autorisé à rester plus de 90 jours dans l’UE, et la Serbie n’en fait pas partie.

Bjorn Frantagelo, en hommage à Borg…

Vainqueur de Roland-Garros juniors en 2011, Bjorn Frantagelo était fait pour s’exprimer au mieux sur la terre battue. En effet, ses parents l’ont prénommé ainsi en hommage à l’illustre Bjorn Borg, vainqueur à 6 reprises du tournoi parisien.

Un prénom connu dans le monde du tennis, mais un Américain quasi inconnu dans le monde professionnel, lui qui est 197e mondial au début de cette édition 2021.

Greet Minnen, amoureuse de son adversaire

Greet Minnen est une Belge classée à la 125e place mondiale. Cette année, elle a dû passer par les qualifications pour intégrer le tableau principal.

Elle est meilleure en double, où elle joue avec sa compagne dans la vie, Alison Van Uytvanck. Elles sont régulièrement mises en avant par la WTA, encore plus depuis que leur idylle a explosé au grand jour à l’été 2019 quand elles ont joué l’une contre l’autre au tournoi de Karlsruhe et que la poignée de mains ou le bisou classique d’après match s’est transformé en une embrassade sur la bouche.

Elle confie d’ailleurs : « C’est tout simplement incroyable que nous puissions partager la même passion, jouer en double et simplement être partenaires sur et en dehors du terrain ».

Chloé Paquet en voisine

Pour les Parisiens, la ville de Suresnes doit sûrement vous dire quelque chose. En effet, c’est tout proche de la Porte d’Auteuil, et c’est là qu’habite Chloé Paquet, 248e mondiale. Pratique pour se rendre chaque jour à Roland, le trajet ne se compte qu’en minutes.

Suiveuse assidue du Paris Saint-Germain, elle est une fan de Javier Pastore. Elle confie son amour pour le club parisien :« J’adore Paris, je ne loupe pas un match. Je vais au Parc dès que je peux, dès que je ne suis pas en tournoi.»

Diane Parry, l’enfant de Roland Garros

Est-ce que grandir en face des terrains Roland-Garros ça peut donner des idées pour ce que l’on veut faire plus tard ? Visiblement, pour Diane Parry, oui.

A l’école élémentaire Dupanloup de Boulogne-Billancourt, la jeune Diane était à juste 50m du court Philippe-Chatrier. De quoi donner de l’inspiration lorsqu’on va dans la cour de récréation… Elle voyait un jeune Espagnol du nom de Nadal remporter titre après titre, elle espère désormais le même destin. Peut-être pas dès cette année, mais pourquoi pas l’an prochain ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi