vendredi 14 juin 2024

Rolland Courbis critique l’OM : « Tudor n’a pas de plan B »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Devenu depuis plusieurs saisons l’un des meilleurs consultants de France, sur RMC, Rolland Courbis ne manque pas de suivre la progression de l’Olympique de Marseille. Avec l’arrivée d’Igor Tudor, l’ancien entraîneur olympien, entre 1997 et 1999, veut se donner le temps de croire au renouveau de l’OM au plus haut niveau européen.

Comment jugez-vous le début de saison de l’Olympique de Marseille qui joue les premiers rôles en championnat ?

C’est un début de saison qui ne m’empêche pas de regarder, avec tout le respect que je peux avoir, le niveau des adversaires que l’OM a eu la chance de rencontrer. Car ils ont bénéficié d’un bon calendrier. Il suffit de regarder les adversaires pour s’en convaincre. Reims qui était venu sans réelles intentions à Marseille (4-1). Brest qui n’arrivait à battre personne et qui était en grandes difficultés (1-1).

Nantes avec un scénario miracle (2-1), une expulsion (Gigot) et un but contre son camp. Nice qui avait joué trois jours avant une prolongation dans les éliminatoires de la Ligue Europa Conférence (contre le Maccabi Tel Aviv, Ndlr). L’OM a su profiter de cet avantage pour gagner 3-0. Il faut être objectif au maximum. Clermont au Vélodrome, c’était magnifique. Une formation qui était venue perdre seulement 1-0.

Auxerre, un promu, qui prend un but minimum tous les matches et qui aurait pu tirer profit du scénario (2-0). Lille, un bon match de l’OM et une victoire 2-1 après que Lille avait ouvert le score. Un match sympa à voir. Puis avant la trêve internationale de septembre, on parle d’un bon résultat contre Rennes (1-1). Je ne le pense pas face à une équipe bretonne déséquilibrée sans milieux défensifs.

Marseille aurait pu en profiter, mais ils laissent filer deux points face à une équipe qui avait joué le jeudi. Mais on est encore loin des 25 points perdus à domicile la saison passée. Le constat que l’on peut faire, c’est simple : la meilleure équipe que l’OM a affrontée en premier en L1, par rapport au calendrier et au classement, c’est Rennes, et il n’y a pas eu de victoire.

Rolland Courbis inquiet pour la charnière centrale de l’OM

Comment expliquez-vous la différence entre la réussite en Ligue 1 et la frustration en Ligue des Champions qui voit l’OM ne pas réussir à gagner autant de rencontres ?

En Ligue des Champions, face à Tottenham (0-2), Marseille réalise une bonne première période et un tacle malheureux (de Chancel Mbemba, Ndlr) vient fausser les choses. Contre Francfort (0-1), l’OM confirme que sur le secteur des défenseurs centraux, pour le moment, le club n’a pas remplacé Saliba, Peres, Catela-Car et Kamara.

Mais il suffit de voir la valeur des adversaires pour voir que les équipes présentes sont meilleures que celles affrontées en Ligue 1. Il n’y a pas photo entre Tottenham, Francfort et le Sporting Portugal. Marseille n’a pas réussi à gagner un seul match contre les trois équipes les plus fortes qu’il a eu à affronter.

Que peut-on attendre de la suite de la saison de l’OM ?

Avant de penser à Paris, Angers et Ajaccio ne seront pas de ce niveau. L’OM va profiter de bien s’installer au classement en rencontrant des équipes moyennes. Cela va les aider avant de penser à attaquer un calendrier plus sérieux avec Paris, Lens, Strasbourg, Lyon, Monaco et Toulouse pour finir l’année. Montpellier sera déjà en 2023 avant de finir la phase aller avec Troyes et Lorient. Ce ne seront pas des adversaires faciles, mais ce ne sont pas Tottenham et Francfort.

« Un Mercato réussi sauf dans le secteur défensif »

Peut-on mettre au crédit de Pablo Longoria la gestion de cet été qui a vu le départ de Jorge Sampaoli, l’arrivée d’Igor Tudor et un groupe olympien qui a connu de nombreux mouvements dans le sens des départs et des arrivées ?

Je trouve globalement que Pablo Longoria s’en est bien sorti avec un Mercato d’été réussi, sauf dans le secteur défensif. Remplacer William Saliba, Boubacar Kamara, Luan Peres et Duje Caleta-Car, ce n’est pas simple. Pour le moment, sans des progrès indispensables, le niveau des joueurs présents dans ce secteur est inférieur à celui de l’an passé.

Tudor a-t-il le profil d’un entraîneur qui peut réussir rapidement à l’OM ?

Pourquoi pas. Ces habitudes sont celles de faire un an dans un club. Il peut très bien réussir une année à l’OM. Le problème est que je ne suis pas d’accord dans ce que l’on appelle réussir. Un exemple. La saison dernière a été considérée comme une réussite en ne retenant que le championnat.

C’était important, mais j’ai ma façon de voir les choses. Je ne sais pas si c’est la bonne, mais c’est la mienne. La saison dernière, on ne retient que le championnat.

C’est important, mais le parcours de la saison dernière est bon avec beaucoup de regrets. En Ligue Europa, on se plante dans un groupe qui n’était pas le groupe de la mort avec la Lazio Rome qui n’a pas fini dans le Top 5 de la Serie A, Galatasaray qui a fini dans le Top 10 du championnat turc et le Lokomotiv Moscou. Ensuite, il y a eu la Ligue Europa Conférence qui était la consolante de la consolante.

La véritable Coupe d’Europe, ça reste la Ligue des Champions. La Ligue Europa est la consolante et n’a rien à voir avec la Coupe de l’UEFA que j’ai connue. Et la Ligue Europa Conférence ne peut pas être mieux. C’est un peu la Ligue des Nations pour les sélections. En Coupe de France, tout était réuni pour aller au bout.

Malheureusement, il y a eu Nice sur le parcours de l’OM et une lourde défaite 4-1 alors que Marseille alignait quatre centraux. C’est un échec. Ça me paraissait une bonne opportunité, d’autant plus que le PSG avait été sorti. Quand on est supporteur de l’OM, on pense être le 12ème homme, mais on voit son équipe perdre 25 points à domicile.

C’est une anomalie. A l’image de l’entraîneur bizarre qu’est Sampaoli. Il y a eu trop de rendez-vous indispensables manqués pour les supporteurs comme les défaites face à Lyon et le PSG. Si c’était une saison réussie, je m’interroge quand même. Je reste un peu plus difficile que la moyenne.

Courbi sévère avec l’OM de Sampaoli

N’est-on pas assez exigeant avec l’OM ?

Par moments, je trouve que l’on est trop sévère avec l’OM. Mais également je trouve qu’on ne l’est pas assez et que l’on est trop indulgent. Si c’est la saison rêvée pour l’OM qui n’est pas capable d’aller en finale de Ligue Europa Conférence et qu’en Ligue Europa c’est Francfort qui gagne, je pense que Marseille vaut autant que ces équipes qui sont allées au bout. Quand je vois en championnat que l’on arrive à la 2ème place à la dernière minute grâce à Lens contre Monaco… Et je n’ai pas oublié les échecs en Coupe de France et dans les différentes coupes d’Europe.

L’OM est-elle dans l’obligation de faire mieux en Ligue des Champions ?
Quand je vois les finales passées de Ligue Europa avec Francfort et les Rangers, j’ai les boules. Feyenoord contre l’AS Roma en Ligue Europa Conférence également. On ne peut qu’avoir des regrets.

Faut-il encore attendre avant de juger du réel niveau de l’Olympique de Marseille cette saison ?

Marseille a profité d’un bon calendrier et il faut savoir dire bravo. Il faut aussi profiter de cette situation pour continuer sur cet élan face à de grosses équipes. Il y a de bonnes performances de l’OM, mais je ne vois aucun exploit.

« Tudor n’a pas de plan B dans son système »

Igor Tudor doit-il gagner encore en crédit avant de juger de son impact sur l’OM et son équipe ?

On a pu voir qu’il a mis en place une organisation en 3-4-2-1 et qu’il n’en change pas. Quelle que soit la situation, les blessures, les expulsions ou autres évènements de jeu, il reste avec trois arrières centraux. Il a fait l’exploit de mettre Nuno Tavares arrière central gauche. Il y a des évènements qui peuvent vous faire terminer avec deux centraux.

Il n’y a aucun règlement qui l’interdit. On n’est pas obligé de finir avec trois centraux. C’est un entraîneur qui fait des changements de joueurs, mais jamais de système. C’est toujours la même chose. J’ai toujours habitué mes équipes à deux systèmes. Le plan A et le plan B. Ceux qui n’ont qu’un plan A, ils devraient se pencher sur l’alphabet qui possède 25 autres lettres après le B. Certains coachs ne sont intéressés que par le plan A.

Ils ne sont pas au courant peut-être. Cela touche même les meilleurs, que ce soit Didier Deschamps ou Christophe Galtier. On attend toujours de savoir quel système il va mettre en place, on devrait plutôt se demander quels joueurs il va mettre dans son système. C’est un constat. Il faut donc être patient et on jugera avec le temps. La saison est encore longue et n’a pas encore livré toutes ses vérités à Igor Tudor et l’Olympique de Marseille.

NDLR : Entretien réalisé avant la double confrontation contre le Sporting et le classico

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi