jeudi 25 avril 2024

Romain Bardet (Team dsm-firmenich PostNL) entre plaisir et doutes

À lire

Présent depuis 2012 dans le peloton, Romain Bardet aborde cette saison 2024 avant l’envie de se faire plaisir. Avant de prendre sa retraite ?

2024 sera une année particulière pour Romain Bardet. En fin de contrat avec le Team dsm-firmenich PostNL, le Français s’interroge sur la suite à donner à sa carrière. Depuis 2021 et ses débuts chez AG2R La Mondiale, le natif de Brioude est devenu un coureur reconnu. Mais, à 33 ans, il se donne le droit à penser à un avenir en dehors du peloton. Même si, de son propre aveu sur le site de son équipe, il continue à aimer rouler.

« Je trouve du plaisir non seulement dans l’entraînement lui-même et dans la compétition contre les autres coureurs, mais j’aime aussi que l’on puisse combiner cela avec le simple plaisir d’être à l’extérieur, de faire du sport et de se sentir bien. »

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans son intégralité dans vos mags

Bardet, au crépuscule de la retraite ?

S’il a déjà un programme bien fourni avec notamment Paris-Nice, le Tour d’Italie et le Tour de France voire les Mondiaux, Bardet veut clairement savourer chaque instant, sans pression. L’ancien 2ème du Tour 2016 et meilleur grimpeur du Tour 2019 a déjà clairement ouvert la porte à une possible retraite.

Mais rien n’est décidé. D’autant plus que son équipe ne serait pas contre l’idée de continuer avec lui. Un brin philosophe, Romain Bardet continue d’avoir envie de se dépasser, mais il sait très bien que ses meilleures années sont, peut-être, derrière lui. « Il faut aussi profiter de l’instant présent, car le temps passe vite… » avant d’ajouter :

« Je m’engage à fond dans le projet 2024 et je me laisse jusqu’au milieu d’année pour voir comment je gère tout ça, les sacrifices, les voyages, les stages, etc. » Si son directeur sportif, Rudi Kemma, « ne (sent) pas que c’est sa dernière année », Romain lui semble déjà se projeter sur l’après carrière avec la volonté de rester dans le vélo pour s’investir et le faire évoluer pour « amener de belles entreprises à s’y intéresser, un peu comme dans le rugby. »

À LIRE AUSSI : DSM, le dernier challenge du Français ? 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi