vendredi 14 juin 2024

Rugby : on s’arrache Antoine Dupont !

À lire

Encore amplifiée par la conquête du Grand Chelem, avec la manière, la cote d’Antoine Dupont explose. Au point de pulvériser la notoriété des Chabal, Michalak ou Rives pour devenir l’icône du beau rugby qui gagne.

Le talent d’Antoine Dupont est reconnu dans le monde du rugby. Son titre de meilleur joueur du monde n’a souffert d’aucune contestation. Cette distinction peut lui permettre d’avoir un rayonnement plus important, hors du cercle des initiés de ce sport, à l’instar d’un Sébastien Chabal ou d’un Frédéric Michalak avant lui.

Le rugby français est en plein renouveau avec une équipe de France qui séduit de nouveau, qui bat des records d’au- dience. Une aubaine à un an de la Coupe du monde qu’elle disputera à domicile. Cet âge d’or attire forcément les marques surtout avec une figure de proue comme Antoine Dupont, capitaine des Bleus et meilleur joueur du monde. Le rugby a eu à différentes époques de son histoire des têtes d’affiche qui ont fait connaitre leur sport auprès du grand public : Jean-Pierre Rives, Serge Blanco, Frédéric Michalak ou Sébastien Chabal.

Aujourd’hui, les marques surfent de nouveau sur la popularité  des Bleus et s’arrachent Antoine Dupont qui est en Une de la jaquette du jeu Rugby 22 du studio français Eko Software. Parmi elles, Casino a signé en début d’année un contrat de deux ans avec le demi de mêlée toulousain élu personnalité rugby de l’année 2021 par le syndicat de la presse britannique spécialisée.

La couverture de GQ, un superbe coup marketing pour Antoine Dupont

Directrice générale de Géant Casino, Tina Schuler explique le choix de la marque : « Leader Price avait signé un contrat avec Zinédine Zidane en 1998 avant la Coupe du monde, Antoine est le premier joueur de rugby qui as- socie son image à Casino. Nous sommes très implantés dans les territoires, dans le monde rural au plus près des habitants et Antoine partage les mêmes valeurs. Les nôtres sont le collectif, la cohésion de groupe, le combat, la solidarité, ce sont les siennes aussi. C’est un garçon très simple qui nous a raconté que, quand il allait chez ses grands-parents, il faisait toujours ses courses dans le Casino d’à côté. Il est capitaine et incarne aussi les va- leurs du management. C’était un choix évident. On axe tout sur lui, nous n’avons pas prévu de collaborer avec d’autres joueurs. On a le meilleur. »

Ces dernières semaines, il était partout, dans des émissions ou des publications qui ne s’intéressent pas au rugby normalement. Il était invité de l’émission C’est à Vous sur France 5, il a fait la couverture de GQ simple- ment habillé d’un immense peignoir jaune.

« Le phénomène va s’accentuer »

La stratégie de communication autour de lui est de plus en plus importante, mais il n’a pas encore atteint le niveau de popularité des Chabal, Blanco, Rives ou Michalak : « Je trouve qu’il a une bonne notoriété déjà. Nous avons fait un petit sondage auprès de nos équipes, tout le monde le connait. Son titre de meilleur joueur du monde lui offre une nouvelle visibilité. Il apparait dans des magazines généralistes, il a participé à des émissions non sportives et je pense que le phénomène va s’accentuer », ajoute Tina Schuler.

S’il apporte à la France son premier titre de champion du monde, sa popularité explosera certainement et atteindra un niveau similaire aux autres. Son image de jeune homme simple, qui a les pieds sur terre va plaire et il aura réussi là où les Chabal, Michalak, Blanco ou Rives ont échoué.

Ne manquez-pas, Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux.

1 COMMENTAIRE

  1. et lui au moins , à la différence de chabal, il sait jouer au rugby…et ne se transforme pas en homme sandwich

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi