jeudi 29 septembre 2022

Rugby : ces talents sortis directement de la Fédérale 1

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Quelques noms illustres sur la planète rugby sont passés par ce 4ème échelon où ils ont pu faire leurs armes. La Fédérale se révèle comme une division du rugby qui forme des talents.

Certaines réussites laissent bouche bée. Certains rugbymen sont ainsi passés de la Fédérale 1 aux Bleus ! On pense au Rochelais Grégory Alldritt (31 sélections), passé par Auch, ou à Anthony Bouthier (8 sélections), le Montpelliérain passé par Vannes.

« Cela ouvre des portes à pleins de jeunes. Ils voient qu’il n’y a pas qu’un seul parcours pour y arriver. Le principal est de ne pas baisser les bras et d’y croire. Cela montre aussi que dans des petits clubs, des petits comités, on peut aussi sortir » rappelle Alldritt. Que dire de l’évolution des Gabin Villière (12 sélections) et Wilfrid Hounkpatin (1 sélection), les anciens Rouennais ! Fabien Vincent, revenu au club en 2013, a quasiment tout connu avec Rouen. Il se souvient.

« Wilfrid Hounkpatin avait signé à Narbonne (en 2013/2014, Ndlr) en sortant de Montpellier. Il n’avait pas été conservé. Au MHR, on avait fait une saison ensemble. Rouen recherchait un pilier droit, le club devenait ambitieux. Cela pouvait lui permettre d’avoir du temps de jeu et de progresser. J’avais transmis ses coordonnées à Olivier Barthaux, le directeur sportif actuel. Ils s’étaient mis d’accord sur un contrat.

Cette Fédérale 1 permet aux jeunes joueurs de s’aguerrir et de progresser plutôt que d’attendre et d’être le 3ème ou 4ème choix à son poste en Pro D2 ou en Top 14 et de jouer donc très peu. Cela permet d’enchaîner les matches, de s’étoffer physiquement avec une exigence importante ». Le 3ème ligne du RNR enchaîne sur le cas atypique Villière :

« Cette fédérale 1 permet aux jeunes de s’aguerrir et de progresser »

« J’ai joué aussi avec Gabin. Il est arrivé à Rouen à 17 ans. Il avait passé des tests un peu partout en France. Il n’avait pas été pris. A l’époque, il jouait n°9. En 2017, en Fédérale 1, un joueur se blesse. Gabin enchaîne alors les matches. Il marque une flopée d’essais (26 essais en 23 apparitions, Ndlr). Jouer une trentaine de matches en Fédérale 1 quand on a 20 ans, c’est une bonne chose. C’était mieux qu’il se trouve-là plutôt que d’être n°3 ou 4 dans un autre club, à l’aile, où il n’aurait pas joué ». Wilfrid et Gabin, deux étoiles programmées pour être au firmament ? « Avec ses capacités physiques, je sentais que Wilfrid réussirait. ».

« Je savais qu’il évoluerait dans un club bourré d’ambitions. Gabin, c’était un peu à part. Il a un physique un peu à la Monsieur tout le monde. Mais sa force de caractère et sa détermination font qu’il en est là aujourd’hui. L’un comme l’autre n’oublient pas Rouen. Un club qui leur a servi de tremplin pour les amener au plus haut niveau international ». Zack Henry a également fait du chemin. Il défend aujourd’hui les couleurs de Pau comme ouvreur. « C’est un autre bel exemple de réussite. Il est arrivé à Rouen (en 2016, Ndlr) en provenance d’une université anglaise (Bath, Ndlr). Lui-aussi a enchaîné de bons matches avec l’équipe première en Fédérale 1. Dans la foulée, Zack a signé à Nevers, puis à Leicester et Pau ».

Un rugby puissant et formateur

En Pro D2 cette saison le Fidjien Kolinio Ramoka fait sensation. Une vraie fusée ! Sa vitesse et ses courses ont fait le bonheur du SUA. Rappelons que ce centre hyper puissant de 28 ans, auteur de 9 essais, a évolué en Fédérale 1 avant, à la Seyne et à Cognac. Maewen Sao, lui, a également franchi un cap important cette année (14 essais). Ce poison du bord de touche à Mâcon espère poursuivre sur sa lancée la saison prochaine avec son nouveau club (Chambéry) en Nationale. Du talent en France il y en a partout. Du Top 14 jusqu’en Fédérale 1.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi