samedi 26 novembre 2022

Rugby : Coupe du monde des clubs, la compétition de trop ?

À lire

Après des années de discussions, de nombreux obstacles à franchir, tout semble en place et, en 2025, le rugby devrait accueillir une nouvelle compétition : la Coupe du monde des clubs. C’est le journal anglais The Telegraph qui a sorti l’information qui a été confirmée à demi-mots par l’EPCR dans un communiqué assez explicite, laissant peu de place au doute : « Des discussions positives sont en cours entre toutes les parties prenantes à propos de la Coupe du monde des clubs ». Un projet bien avancé dont les contours commencent à se dessiner même s’il reste beaucoup de zones d’ombre.

Dans le même esprit que la Coupe du monde des Nations qui a vu le jour il y a 38 ans, elle aurait lieu tous les quatre ans et afin de ne pas rajouter une compétition à un calendrier déjà surchargé elle remplacerait cette année-là les phases finales de Coupe d’Europe et le Super Rugby, les deux compétitions phares des deux hémisphères.

Après les championnats nationaux, les Coupes d’Europe, les tests-matches, les rencontres internationales des sélections nationales, les matches des Barbarians britanniques, etc., le rugby aurait une nouvelle compétition qui rendra son calendrier encore plus illisible que maintenant car tous les quatre ans il n’y aura pas de Champion d’Europe ni de vainqueur du Super Rugby. Pour des compétitions qui se disputent chaque année, le palmarès sera tronqué avec des phases finales supprimées tous les quatre ans. Les différents protagonistes ne veulent pas trop s’exprimer tant que la compétition n’est pas définitivement mise en place, mais on connait d’autres critères.

Cette Coupe du monde des clubs réunirait 16 équipes réparties ainsi : 8 de l’hémisphère Nord et 7 de l’hémisphère Sud plus 1 équipe japonaise. Elles seraient choisies au mérite et réparties dans quatre poules, les premiers de chaque poule se qualifiant pour les demi-finales.

Une coupe du Monde des clubs qui divise

Cette compétition qui se déroulerait au printemps aura quelques spécificités qui font grincer quelques dents, notamment le fait que les franchises sud-africaines qui participeront à la Coupe d’Europe dès cette saison (les Stormers, les Bulls et les Sharks seront en Champions Cup, les Lions et les Cheetahs en Challenge Européen) seront considérées comme des équipes de l’hémisphère Nord ! Les critères de sélection des équipes ne sont pas encore clairement définis, mais on a aussi quelques pistes de ce côté-là.

Pour le Nord, les équipes qui termineront dans les huit meilleures formations de la phase de poules de Champions Cup seraient qualifiées. L’équipe japonaise sera le vainqueur du championnat national. Pour les équipes de l’hémisphère Sud, on ne connait pas encore clairement les critères de sélection. Une chose est sûre, il n’y aura pas de quotas comme c’est aujourd’hui le cas de la Coupe d’Europe avec un nombre défini d’équipes françaises, anglaises ou celtes.

Une première édition en 2025

La première édition de la compétition aurait lieu en Europe en 2025, les autres seraient organisées dans un seul pays qui restera à déterminer. Lors d’un point presse, Bill Sweeney, le secrétaire général de la Fédération anglaise de rugby, s’est montré enthousiaste malgré le pessimisme ambiant et les interrogations qui entourent ce Mondial des clubs :

« Il reste beaucoup de chemin à parcourir. L’affaire n’est pas totalement bouclée, mais c’est une très bonne idée car cette compétition permettra enfin de répondre à une question que se posent régulièrement les supporteurs des différents clubs : qui a les meilleurs clubs du monde, le Nord ou le Sud ? »

Ce projet est vraiment loin de faire l’unanimité auprès des suiveurs et des supporteurs. Le passage au professionnalisme avait déjà été un coup dur pour le grand public, les amateurs de rugby avaient peur que leur sport favori perde ses valeurs, la multiplication des compétitions les inquiète encore plus.

Tous les quatre ans, les compétitions nationales seront impactées, la finale du championnat anglais serait avancée début mai et le Top 14 sera lui aussi perturbé. Le projet est loin d’être viable, avec une Coupe du monde des Nations et une Coupe du monde des clubs, il risque d’y avoir une incompréhension pour le grand public. La Coupe du monde a mis du temps à s’installer, pas sûr que celle des clubs y arrive plus rapidement.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi