dimanche 26 mai 2024

Rugby : Limoges (N2) ne veut pas tout gâcher

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Avec l’arrivée d’un nouvel investisseur et de renforts de premier plan, l’USA Limoges espère bien valider son maintien en Nationale 2 pour s’offrir un avenir ambitieux.

C’est une saison pas comme les autres que l’USA Limoges est en train de vivre. Deux ans après son accession en Nationale 2, le club limougeaud n’est pas au mieux en championnat, mais l’arrivée de Romain Détré aux côtés de Michel Bernardaud, dans un rôle de vice-président, en charge du Nationale 2 est venue offrir un nouvel élan d’espoir à la formation de Mirco Bergamasco.

« C’est une saison compliquée, souffle le talonneur Lucas Vieira. On avait d’autres objectifs à la base. On espérait se qualifier pour les phases finales. Maintenant, on va tout faire pour maintenir le club en Nationale 2. Dès le premier match, on perd à la maison. On part sur une mauvaise dynamique. On a tout fait pour relever la tête, mais c’était plus compliqué qu’on le pensait. On a pris un gros coup au moral. »

Avec un budget de 2 M€, il est évident que l’objectif de Limoges n’était pas de rester en queue de classement. Bien au contraire. « J’étais à Béziers, explique le talonneur arrivé en 2021, en Fédérale 1. Je suis parti pour me frotter au niveau Seniors. Je comptais évoluer et faire évoluer le club avec moi. J’ai vu le club monter en Nationale 2 avec la victoire à Mauléon. En étant capitaine, l’objectif était de continuer à regarder en haut. » Dans cette saison difficile, Limoges a dû réagir pour aller pour tenter de sauver la situation en allant chercher des renforts de premier plan pour un club de Nationale 2.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby dans votre mag

« Ça nous a fait du bien d’avoir des cadres pour nous faire relever la tête dans les moments durs »

Sous l’impulsion de Romain Détré, ce sont le demi de mêlée irlandais, James Hart (32 ans, ex-FC Grenoble, Racing 92, Munster, Biarritz, UBB, Stade Montois) et le centre international français, Noa Nakaitaci (33 ans, ex-Clermont, Lyon, Toulon), qui ont ouvert la voie en rejoignant le stade municipal de Beaublanc l’hiver dernier. Ils ont ensuite été rejoint par le talonneur international tongien, Paul Ngauamo (34 ans, ex-Canterbury, West Harbour, US Oyonnax, Stade Montois, SU Agen, Castres) puis l’ailier international fidjien, Kini Murimurivalu (34 ans, Clermont, La Rochelle, Leicester Tigers).

Un recrutement XXL qui a fait du bien à Limoges de l’aveu-même de Lucas Vieira. « Ils ont apporté un bol d’air frais. On avait une équipe assez jeune sur le papier avec une moyenne de 24 ans. Ça nous a fait du bien d’avoir des cadres pour nous faire relever la tête dans les moments durs. » Le club a conscience qu’il est à un tournant de son histoire et de ses ambitions de grandeur.

« Le maintien est primordial pour le projet du club, insiste Lucas Vieira. On est au point de départ. Le projet de Romain Détré qui a été mis en place peut être intéressant. Ça mettrait Limoges dans quelque chose de grand. Le sport a une belle place à Limoges. La ville a un grand potentiel. Il faut tout mettre dans le bon ordre pour exploiter ce potentiel. » Nul ne doute que le soulagement sera total à Limoges si l’objectif est atteint. Et avant de penser à faire de l’USA Limoges le nouvel Eldorado du Nationale 2, il faudra tout faire pour sortir de la zone rouge pour de nouveau regarder vers les étoiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi