samedi 13 avril 2024

Russell, Mercedes dans le rétro mais en mission pour Williams

À lire

George Russell vit certainement ses derniers mois chez Williams. Avant de rejoindre peut-être Mercedes la saison prochaine, le Britannique veut faire de nouveau briller l’écurie britannique coincée en fond de grille depuis trop longtemps.

Considéré comme un grand espoir du sport automobile britannique, George Russell est pour l’instant dans l’ombre de Lewis Hamilton de l’autre côté de la Manche.

Mais, la saison prochaine, il prendra peut-être sa place chez Mercedes si le septuple champion du monde décide de se retirer. Sinon il existe une autre option, il pourrait prendre la place de Valtteri Bottas. Si ca ne se fait pas en 2022, ça se fera plus tard, Russell et Mercedes, un mariage pour bientôt.

Au sein de Mercedes, l’écurie qui l’a pris sous son aile il y a quatre ans, on croit beaucoup en lui. Dans le cadre d’un accord, George Russell a rejoint Williams à partir de 2019 afin qu’il se fasse une expérience et en attendant qu’un volant se libère. Quoi qu’il en soit, son arrivée chez Mercedes n’est certainement qu’une question de mois car le jeune homme a bien progressé depuis son arrivée chez Williams où il devrait vivre sa 3ème et dernière saison.

Russell tape dans l’œil de Mercedes

Mercedes prépare son pilote depuis plusieurs années, les dirigeants l’ont fait signer comme pilote essayeur en 2017, il leur a rapidement montré qu’ils avaient raison de lui faire confiance en gagnant les titres en GP3 et en F2.

En 2020, il a fait une infidélité à Williams pour rejoindre Mercedes le temps d’une course. Au GP de Sakhir il a, en effet, remplacé Lewis Hamilton, atteint du COVID-19 et il rivalisera avec son coéquipier d’un weekend, Valtteri Bottas ; une performance qui confirmera les propos dithyrambique de Toto Wolff, le directeur d’équipe chez Mercedes :

« Nous avons cru en George parce qu’il n’y a pas beaucoup de pilotes qui ont remporté des titres en formules de promotion en tant que rookie, surtout dans les très compétitifs championnats de GP3 et F2 ». Toto Wolff a aussi expliqué pourquoi il ne conduisait pas encore une Mercedes comme pilote titulaire : « Mercedes attend un tel niveau de performance constant. C’est pourquoi il faut laisser le temps aux jeunes pilotes. Ils sont rapidement critiqués quand ils commettent des erreurs dans un environnement à haute pression comme celui d’une top team. Il est très important qu’on puisse former un pilote afin qu’il apprenne la régularité au plus haut niveau. »

Briller avec Williams

 S’il n’est pas encore prêt, le jeune britannique a crevé l’écran quand il a remplacé Hamilton, le tout dans des conditions difficiles. Il a découvert une voiture où il était mal installé car il mesure 11 cm de plus que Lewis Hamilton, mais cela ne l’a pas empêché de disputer avec hargne la pole position à son coéquipier Bottas qui ne la conservera que pour 26 millièmes.

Pendant la course, il était impressionnant de maîtrise avant que les mécaniciens ne gâchent tout avec une double bourde. Ils ont d’abord appelé aux stands les deux pilotes en même temps puis ils ont monté les pneus de Bottas sur la voiture de Russell, une faute grave aux stands. Il aura été cependant le seul rookie du week-end au GP de Sakhir à se montrer au niveau de son coéquipier.

Il finira la course en remportant trois points : « Mercedes ne fait rien au hasard, tout est calculé chez eux. Ils se trompent rarement surtout quand ils choisissent leurs jeunes pilotes. Russell a été impressionnant sur la course qu’il a courue avec la voiture d’Hamilton. C’est un jeune pilote qui n’a pas peur de prendre des risques, malgré sa jeunesse il n’est pas impressionné par ses coéquipiers. C’est un futur grand je pense et je l’espère pour Williams aussi » analyse Henri Pescarolo.

Russell a remplacé avec brio Hamilton le temps d’un Grand Prix

Avant de faire des rêves de Mercedes, George Russell a une saison à faire avec Williams. Il aura, bien évidemment, des objectifs plus raisonnables que s’il était avec Mercedes. George Russell va essayer de faire progresser la voiture avec ses mécaniciens pour la faire remonter sur la grille et abandonner cette dernière place du championnat du monde des constructeurs :

« Le talent n’a pas d’âge. Dans la difficulté, Williams a confié une de ses voitures à un jeune pilote, c’est bien. L’expérience accumulée, le stress lui permettra de progresser. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose de confier le leadership à un jeune même dans la difficulté » ajoute Pescarolo. Russell aura cette année encore comme coéquipier un Nicholas Latifi qui a du mal à le concurrencer. Ce dernier est plus talentueux et plus jeune, il ira certainement plus haut.

Ne manquez pas LE GUIDE DE LA SAISON 2021 du magazine Le Sport, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi