mardi 16 juillet 2024

Saison 2023/2024 : Ils n’ont pas plus de 21 ans mais ont déjà prouvé qu’il fallait compter avec eux

À lire

Aucun n’a plus de 21 ans, tous ont déjà marqué suffisamment leur temps pour être considérés comme les stars de demain. Ce listing non exhaustif de la Next Generation est une projection sur la planète foot du futur. Parmi eux, certains ont déjà imposé leur talent, d’autres vous étonneront en 2024.

Jude BELLINGHAM (Real Madrid)

La saison 2023/2024 pourrait être celle de la consécration pour le prodige du foot anglais. Après trois saisons pleines au Borussia Dortmund, et une Bundesliga qui lui a échappé lors de la dernière journée, l’international anglais a rejoint le Real Madrid qui en avait fait une priorité pour assurer l’après Benzema.

Très convaincant avec les Three Lions lors de sa première Coupe du monde, l’Euro 2024 peut lui permettre de franchir un cap supplémentaire dans la hiérarchie des meilleurs joueurs de la planète.

Jamal MUSIALA (Bayern Munich)

Depuis ses débuts en Bundesliga en 2020, il ne cesse de monter en régime, de prendre de l’ampleur au sein d’un Bayern qui lui doit le titre cette saison. Son influence grandissante est apparue au grand jour lors du dernier Mondial où il fut la seule satisfaction d’une Mannschaft décevante.

Avec 12 buts et 12 passes décisives en championnat, il a montré qu’il avait un registre complet dans la finition et la construction du jeu. Il a tout pour devenir rapidement le nouveau Kaiser du foot allemand.

PEDRI (FC Barcelone)

Avec son compère Gavi, le duo n’est évidemment pas sans rappeler un autre duo catalan de légende, Iniesta-Xavi, avec Pedri dans le rôle d’Iniesta, impayable métronome et déjà assis sur un palmarès étoffé cette saison d’une première Liga, après la Coupe d’Espagne en 2021. C’est désormais en Ligue des Champions qu’on attend le petit prodige arrivé de Las Palmas en 2020, et avec une Roja où il a encore tout à faire.

Xavi SIMONS (PSV Eindhoven)

Sa première sélection avec les Orange l’hiver dernier lors des 8èmes de finale de la Coupe du monde face aux Etats-Unis récompensait un début de saison canon avec le PSV Eindhoven et annonçait une seconde partie de championnat toute aussi remarquable. En terminant meilleur buteur d’Eredivisie (19 buts), l’ancien milieu que le PSG avait réussi à chiper au Barça, où il a été formé, a confirmé qu’il était bien plus qu’un simple buteur avec 12 passes décisives, bien plus qu’un espoir dans sa manière d’assumer le leadership d’une équipe qualifiée pour la Ligue des Champions.

Pour le coup, son choix de quitter le PSG où il ne jouait pas assez s’est révélé pertinent et lui ouvre aujourd’hui toutes les perspectives. Sous contrat jusqu’en 2027, il a de grandes chances de quitter les Pays-Bas. Même s’il a la possibilité de revenir au PSG (selon une clause de 12 M€ qu’il peut activer), son avenir semble s’écrire plutôt en Premier League où Arsenal s’est déjà positionné.

Warren ZAIRE-EMERY (PSG)

Plus jeune joueur de l’histoire du PSG à disputer un match professionnel (6 août 2022, à 16 ans et 5 mois) l’enfant de Montreuil a depuis largement confirmé ses capacités hors norme à encaisser la pression du très haut niveau, en Ligue 1 comme en Ligue des Champions.

Dans un registre de milieu relayeur très actif, son abattage s’est déjà avéré précieux, sa disponibilité démontrant qu’il n’avait pas peur de prendre ses responsabilités. La suite de sa progression passe désormais vers l’enchaînement de matches pour lui permettre de gagner en confiance et d’être encore plus impactant offensivement, ce qui, à son poste fait souvent la différence entre un joueur lambda et un joueur hors norme.

Youssoufa MOUKOKO (Borussia Dortmund)

Il n’a que 18 ans, mais semble déjà faire partie des meubles du Borussia depuis qu’il est devenu en 2020 le plus jeune joueur de l’histoire de la Bundesliga et de la Ligue des Champions à 16 ans et quelques jours… Deux ans et demi après, si sa progression s’est normalement stabilisée, elle en fait un international allemand en puissance, une des principales raisons qui pousse encore les supporteurs à croire en leur Mannschaft à l’aube d’un Euro 2024 qui se disputera sur leurs terres.

Le n°18 du Borussia demeure une cible des plus grands, du Barça au Bayern. Prolongé cet hiver jusqu’en 2026, sa valeur estimée (30 M€) ne serait pas un obstacle à un transfert estival.

GAVI (FC Barcelone)

Il n’est plus vraiment à découvrir, mais son jeune âge le place forcément dans le cercle des joueurs encore en devenir. De son côté, même s’il a déjà gagné la Liga et été finaliste de la Ligue des Nations avec la Roja, les attentes autour de lui sont immenses en Espagne où on le place au niveau d’un Xavi. Saura-t-il gérer la pression ? Premier élément de réponse en Ligue des Champions la saison prochaine.

Eliesse BEN SEGHIR (Monaco)

Ses 19 premiers matches de Ligue 1, ses 4 buts et sa passe décisive en ont fait l’une des principales révélations de la saison. Le milieu offensif monégasque né à Saint-Tropez il y a 18 ans « fait partie de ces rares joueurs qui créent des émotions » témoignait Lilian Thuram le jour de la cérémonie des Trophées UNFP. Sa capacité d’élimination et au-delà de création avec le ballon dans les pieds le rendent déjà souvent irrésistible à l’approche des buts. Son petit gabarit (1m74), sa vitesse d’exécution et un mental complètement décomplexé lui ont déjà permis de s’imposer dans l’entre-jeu monégasque et de frapper à la porte des Bleuets.

Une première étape vers les A à l’horizon 2026 pour une première Coupe du monde dans le viseur. A 21 ans, il ne sera certainement plus à Monaco (où il est en fin de contrat en 2025) et formera peut-être déjà un duo de feu chez les Bleus avec Mbappé, un autre ancien pensionnaire du centre de formation de l’ASM.

Eduardo CAMAVINGA (Real Madrid)

La manière avec laquelle il est désormais perçu par les observateurs témoigne du fantastique destin de l’ancien rennais. Quand on fustige surtout ses absences dans le onze type d’Ancelotti, on oublie évidemment qu’il est arrivé dans le plus grand club européen de ces dix dernières années à seulement 18 ans et qu’il a réussi à s’y faire une place de choix dans un registre polyvalent un peu étonnant, mais significatif de ses ressources physiques et mentales hors du commun.

Utilisé à 59 reprises cette saison, il est plus que jamais l’avenir de la Maison Blanche… et des Bleus qui ne vont plus pouvoir se passer de sa capacité à se projeter vers l’avant, qu’il parte du milieu ou du poste de défenseur latéral.

Valentin CARBONI (Inter Milan)

Le fils d’Ezequiel, ancien joueur de Salzbourg devenu entraîneur, a rejoint l’Inter en 2021 à 16 ans, pour faire ses débuts en Serie A en octobre et en Ligue des Champions en novembre en entrant en jeu dans un match de poule face au Bayern Munich.

D’abord international italien U17, il est appelé par Mascherano avec les U20 argentins avant d’être également convoqué, sans entrer en jeu, avec l’Albiceleste en compagnie de son… frère, Franco, défenseur latéral gauche de 20 ans évoluant à Monza. Peut-être l’émergence d’une nouvelle fratrie au sommet du foot argentin…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi