lundi 27 mai 2024

Scandale à la FFF : ils ont sali le foot français, ils doivent tous partir avec Noël Le Graët !

À lire

Alors que les jours de Noël Le Graët sont comptés, comment envisager que le COMEX, qui a toujours soutenu son président dans ses dérives, reste en place ? Une révolution s’impose à la tête de la fédération française de football.

Cette fois, la cause de Noël Le Graët est entendu : on ne reverra plus jamais l’ancien maire de Guingamp à la tête de la Fédération française de football. Le rapport final de l’audit sur la gouvernance de la FFF est terrible. Il confirme ce que disait le pré-rapport : Noël Le Graët est « illégitime » pour gérer le football français, notamment en raison de son comportement. Mais ce n’est pas tout, le rapport épingle « des prises de position publiques incompatibles avec l’exigence d’exemplarité attendue d’un président de fédération sportive bénéficiaire  d’un contrat de délégation avec l’Etat ».

Le COMEX, qui avait prononcé la mise à l’écart de Noël Le Graët le temps de « l’audit » (que l’on pourrait aussi appeler « enquête ») va maintenant se réunir pour tirer les conséquences des accusations reportées et sans aucun doute écarter définitivement celui qui était arrivé à la tête de la 3F en 2011 (on parle du 28 février). La logique voudra que Philippe Diallo, qui fait office de président intérimaire depuis le 11 janvier, soit nommé officiellement, jusqu’aux prochaines élections, en mars 2024.

A LIRE AUSSI : FFF, COMEX, assemblée Fédérale, comment ça marche

Si le rapport dénonce la « légitimité » de Le Graët, on peut toutefois s’interroger sur celle du COMEX. En effet, c’est ce dernier qui a mis en place Noël Le Graët et qui l’a toujours soutenu. « Ce qui se passe est honteux », souligne Michel Moulin, candidat malheureux à la présidence en 2021 et anti Le Graët notoire. « Ils étaient tous au courant de ce qui se passe et je n’en ai vu aucun démissionner. Qu’est-ce qui va se passer aujourd’hui ? Ils vont se battre entre eux pour être président et rien ne va bouger pendant deux ans ». Pour Michel Moulin, le COMEX est complice et « ce que font les Diallo, Sandjak, Aulas… est inadmissible . C’est une honte ! ».

Michel Moulin : « Ce qui se passe est honteux ! Il faudrait un vrai management de transition »

On a du mal à comprendre en effet comment toute l’équipe de Noël Le Graët pourraitt rester en place, en faisant uniquement porter le chapeau à Florence Ardouin, directrice de la FFF, actuellement mise à pied, dans l’attente de son rendez-vous préalable à un licenciement.

« Ce qu’il faudrait, c’est vrai management de transition », estime Michel Moulin auquel on ne peut pas donner tort. Pour schématiser, on dira que Noël Le Graët n’était autre que la « tête de liste » du COMEX, qui a été élu par l’Assemblée Fédérale. On y trouve donc les soutiens les plus proches de Le Graët. Ceux qui partagent ses idées et ses valeurs. Et surtout, ceux qui ne l’ont jamais remis en question.

Les 13 membres du COMEX

Noël Le Graët (président de la FFF), Philippe Diallo (Vice-président), Laura Georges (Secrétaire générale), Aline Riera (Trésorière générale)

Les membres :

Jean-Michel Aulas (président de l’Olympique Lyonnais), Eric Borghini (Président de la Ligue Méditerranée), Albert Gemmrich (président de la Ligue Grand Est), Hélène Schrub (directrice générale du FC Metz), Marc Keller (président du RC Strasbourg Alsace), Philippe Lafrique (ancien président du district de la Creuse), Pascal Parent (Président de la Ligue Auvergne Rhône-Alpes), Jamel Sandjak (président de la Ligue Paris Île-de-France), Vincent Nolorgues (président de la Ligue du football amateur), Vincent Labrune (président de la Ligue de Football professionnel)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi