mardi 23 juillet 2024

Sélestat dans la course à la montée pour afficher ses ambitions

À lire

Sélestat a été une place forte du handball français. Aujourd’hui, le club alsacien évolue en Proligue et, depuis sa descente, chez les hommes, le Nord-Est souffre avec seulement Nancy en Starligue. Sélestat peut-il rêver d’un retour dans l’élite et ainsi redonner des couleurs au handball de la région ?

Si Metz est le porte-drapeau du handball féminin depuis de longues années, chez les hommes, dans la partie Nord-Est de la France, sur une ligne tracée de Dunkerque à Chambéry, c’est beaucoup plus difficile. Promu cette saison, Nancy est le seul représentant régional et son objectif principal est le maintien. Sélestat lui a connu l’élite pendant 22 ans, mais doit désormais se contenter d’un quotidien de Proligue.

L’ambition n’a pas pour autant disparu dans ce fief du handball et le président Christian Omeyer espère retrouver l’élite qu’il a quittée en 2017 :

« Nous travaillons pour y revenir un jour. Nous avons connu l’élite il y a cinq ans donc nous avons les infrastructures pour gérer une éventuelle montée. Mais c’est de plus en plus compliqué de monter, la concurrence est plus importante que par le passé, la qualité des équipes augmente. Pour les petites ou moyennes villes, il est très difficile d’exister. »

Aujourd’hui, Sélestat est un des candidats à l’accession, le club possède un budget d’1,6 million d’euros environ or, en élite, il faudrait au moins 3,5 millions d’euros car comme le précise le président :

« si on monte pour faire l’ascenseur, ce n’est pas la peine. Il faut y aller en ayant les moyens de s’y maintenir et d’y pérenniser le club. Tout autour du club, on sent un engouement, l’envie de construire quelque chose de solide car Sélestat a toujours été une ville de hand, ça n’a pas disparu. La dernière fois que l’on est monté en 2016, on a vécu une saison très difficile et on est redescendu directement. On ne veut pas revivre ça, monter dans ces conditions.

Nous sommes en discussion avec Colmar afin d’unir les forces des deux villes et avoir une puissance financière plus importante. Parfois, on avance mieux à plusieurs que seul. »

Un projet avec colmar pour avoir une puissance financière plus importante

Le manque de puissance financière n’est pas nouveau et normal pour une ville de 20 000 habitants qui doit faire face à des clubs évoluant dans de plus grandes métropoles.

Lorsque Sélestat était dans l’élite, il avait déjà l’un des plus petits budgets, mais il se maintenait aussi et surtout grâce à la puissance et la réussite de sa formation. Encore aujourd’hui et même peut-être plus depuis la descente le club doit d’appuyer sur la formation et l’explosion de jeunes peut compenser en partie le manque de moyens financiers.

Des joueurs comme Thierry Omeyer, Damien Waeghe ou Mickaël Robin et plus récemment les frères Lenne ont donné l’exemple, ils ont été formés au club avant de s’exiler et de réussir de magnifiques carrières. Le président ne veut pas que la formation soit oubliée :

« Depuis deux ans, nous avons enclenché un nouveau projet en faisant plus confiance aux jeunes en équipe première. La formation est notre ADN, elle a montré par le passé sa qualité, quelques joueurs ont percé dans l’élite après avoir débuté chez nous. On voulait mettre cette formation encore plus en avant.

Nous avons d’excellents formateurs qui réalisent un gros travail avec les jeunes, il ne faut pas oublier cela dans les clubs quel que soit le niveau. C’est aussi une grande fierté pour nous de voir des gamins du coin, passés par le club et qui jouent ensuite dans les meilleures équipes françaises ou européennes et qui deviennent même parfois internationaux. Au-delà du sport, on leur inculque les bonnes valeurs, le goût du travail et ils sont récompensés. »

Peut-être qu’un jour Sélestat aura les moyens de garder plus longtemps ses pépites qui sortent du centre de formation. Ce serait une bonne nouvelle pour le handball alsacien et plus globalement pour la région mais, dans l’immédiat, la priorité est de travailler pour valider un retour dans l’élite. Et si possible dès cette saison.

Sport Hand 011

Ne manquez-pas, Handball magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi