dimanche 2 octobre 2022

Soyaux-Angoulême : mission impossible ?

À lire

Après une saison aboutie en Nationale, Soyaux-Angoulême a réussi à remonter en Pro D2, un an après y être descendu. Grâce à leurs jeunes talents, les Charentais espèrent se maintenir dans un championnat relevé.

Le SA XV a rédigé un scénario digne d’une bande dessinée. Après une saison difficile en Pro D2 (dernier avec 8 victoires en 30 matches) et une descente en division inférieure, les Charentais ont évité le traumatisme en franchissant illico l’obstacle Nationale.

En récupérant son crayon, Soyaux-Angoulême a réécrit sa propre aventure en battant en demi-finale Valence-Romans, en matches aller-retour (13-20 ; 21-18), pour continuer à tirer ses traits en Pro D2.

La mine s’est cassée pour les Charentais, en perdant, en finale, contre Massy (38-10), les privant du titre, mais la montée était dans la poche, même si l’entraîneur du SA XV Vincent Etcheto reconnaît qu’il a manqué « tout simplement, de l’envie ! Les joueurs de Massy avaient la motivation de gagner ce match, en n’ayant jamais été champions. Sur le moment, on était vexés, car le match ne s’est pas déroulé comme prévu. Mais notre vraie finale s’est jouée contre Valence. Le but de notre saison était de monter en Pro D2. »

En préparant un nouveau chapitre dans un championnat plus élevé, Vincent Etcheto, qui a conservé son effectif à 90 %, explique comment il a préparé cette intersaison :

« Notre groupe devait être étoffé en quantité. On a essayé de rajouter de la qualité avec des joueurs supplémentaires. Au niveau du budget, on ne pouvait pas se permettre de payer des joueurs de Top 14. On a pris à la fois des joueurs d’expérience qui ont fait leurs preuves à un niveau supérieur et des jeunes motivés à exposer leur talent. On est 46 à l’entraînement, donc la plus-value est dans le recrutement qualitatif. Nos espoirs, champions de France, nous donnent de l’enthousiasme et de la qualité ».

« Je veux voir les spectateurs heureux »

Kévin Le Guen revient, pendant au moins deux ans, sur les terres de la Charente, après y avoir joué entre 2015 et 2019. Pour l’accompagner dans la quête du maintien, le SA XV a signé plusieurs joueurs, comme Rémi Brosset ou Yassine Jarmouni.

« Rémi Brosset, ayant joué au Biarritz Olympique, est un joueur d’expérience du Top 14. Yassine Jarmouni, qui a joué à Narbonne, à l’époque, en Pro D2 (2014-2018), est un très bon joueur avec beaucoup de qualités. Ian Kitwanga, un espoir, jouait à Bordeaux-Bègles avec le groupe pro, mais était peu utilisé. »

Cette saison, les Violet et Blanc devront maintenir leur territoire, en affrontant les Romains de la Pro D2, mais auront plusieurs tâches : « Le club doit se maintenir économiquement. Mon but est de produire des bons matches, avec du beau jeu, pour donner du plaisir à nos abonnés, mais aussi les fidéliser et en chercher de nouveaux. Je veux voir les spectateurs heureux. Le projet principal est de se maintenir, mais j’espère plus ».

La recrue de Soyaux-Angoulême : Botica, prénom Jacob

Après ses passages dans les clubs des Scarlets, Dragons ou d’Agen, le Néo-Zélandais rejoint la Charente. Venant de Rennes, Jacob Botica a signé un contrat de deux ans, soit jusqu’en 2024, avec le SA XV. Le demi d’ouverture est habile avec le ballon et aime, notamment, le jeu de mouvement. En Bretagne, il est devenu le 2ème meilleur réalisateur de la 4ème division, avec 309 points et une réussite au pied de plus de 85%. Un talent de famille puisque son frère, Ben, est le numéro 10 du Castres Olympique depuis deux saisons.

Kevin Thube

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi