lundi 3 octobre 2022

Tao Geoghegan Hart : « Je fais partie de la nouvelle génération »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Il a été l’une des belles surprises d’INEOS en 2020. A 25 ans,
Tao Geoghegan Hart a remporté la plus grande course de sa jeune carrière en dominant le Tour d’Italie. Mais le Britannique ne compte pas changer pour autant et il fera tout pour remettre les mêmes ingrédients pour de nouveau connaître le succès en 2021.

Tao, que retenez-vous de ces derniers mois de compétition et surtout de votre victoire sur le Giro ?

Tao Geoghegan Hart : J’ai vécu des moments forts et inattendus. C’est une sensation incroyable après trois semaines de compétition que de réussir à remporter une course comme le Giro. Pourtant, il y a eu tellement d’émotions, des moments de doutes et notamment quand Geraint Thomas a dû abandonner après sa chute.

Personne n’aurait alors pu prétendre ce que serait mon destin et mon rôle dans cette course. On a vécu trois semaines folles. J’ai pu me focaliser petit à petit sur ma course. Ça signifie beaucoup de ressentir une telle dose d’émotions avec une telle victoire dans ma carrière.

Quand avez-vous compris que c’était possible de remporter le Giro ?

Il n’y a pas eu un moment précis. Tout s’est fait petit à petit. On ne peut jamais prévoir ce que la course nous réserve. Ça s’est joué à peu de choses. Il y a eu un cumul de circonstances favorables. Surtout quand, après l’Etna, on a décidé de changer la stratégie de l’équipe. J’ai alors eu ma chance et j’ai essayé de la saisir.

C’était mon ambition et mon rêve. On a montré une force impressionnante. On a pu contrôler et faire la différence. Ce n’est pas anodin d’avoir pu réussir à décrocher sept victoires d’étapes. Ça prouve la force mentale de notre équipe. On est une vraie équipe. On sait que l’on peut compter les uns sur les autres.

« Avoir la satisfaction de répondre aux attentes de son équipe, ça n’a pas de prix »

De quoi êtes-vous le plus fier ?

Je suis fier de mon équipe. On a réussi quelque chose de fort. C’était une sensation unique de voir quand on prenait le contrôle de la course. Le matin, dans le bus, on se faisait le scénario de la journée et cela se passait comme on l’avait prédit. Ces mecs ont été

incroyables ! Je n’avais plus qu’à me concentrer sur les victoires d’étapes. J’avais le sourire toute la journée. J’étais vraiment heureux.

Qu’est-ce que ça fait d’être un vainqueur de grand Tour ?

C’est le rêve de chacun. En plus, le faire contre un coureur (Jai Hindley, Ndlr) que je connais depuis tellement d’années. C’est spécial. Avoir la satisfaction de répondre aux attentes de son équipe, ça n’a pas de prix. La plus belle récompense, c’est d’avoir des messages de félicitations d’autres coureurs, notamment de certains adversaires.

On s’entraîne pour cela quand on démarre une carrière. J’ai profité vraiment de ses moments intenses. Maintenant, il faudra prouver. Il y aura d’autres courses à faire et un nouveau Giro.

Mais c’était l’opportunité d’une vie. On ne choisit pas toujours son destin, mais il faut savoir le forcer quand il se présente à soi. C’est pour cela que je n’ai rien lâché. Le cyclisme est un sport tellement intense où l’on peut connaître un jour sans. Tout est aléatoire.

« J’ai toujours été focus sur ce que je savais faire »

Quels sont vos prochains rêves ?

C’est difficile à dire. Je pense que tout au long de ma carrière, je n’aurais jamais cru que je pourrais remporter un grand Tour. J’avais éventuellement rêvé d’être Top 5 voire Top 3. Même dans mes rêves les plus fous. Mais c’est différent maintenant. J’ai encore du mal à y croire. C’est incroyable.

J’ai envie d’être la même personne et le même coureur à l’avenir. Je vais tout faire pour ne pas changer et rester celui que je suis encore aujourd’hui. Il n’y a pas de raison de changer. Je serai toujours celui qui se lève le matin pour prendre son vélo et profiter de sa vie.

Je mesure encore aujourd’hui la chance que j’ai d’être coureur et de vivre de mon sport. Mon équipe est incroyable aussi. J’espère simplement offrir encore de belles courses et vivre de belles émotions à l’avenir.

Votre statut va-t-il changer dans l’équipe et peut-on parler d’une nouvelle ère chez INEOS avec notamment le départ de Froome ?

J’ai toujours été focus sur ce que je savais faire. Je ne sais pas si c’est la fin d’une ère dans l’équipe. C’est surtout une continuité, notamment pour le cyclisme britannique. Une décennie impressionnante qui a vu de grands coureurs remporter les plus belles courses. C’est un honneur d’en faire partie maintenant.

Espérez-vous revivre en 2021 les mêmes émotions que 2020 ?

C’est évident. J’avais juste l’ambition de donner le meilleur de moi-même et d’être heureux et épanoui dans ma vie. J’ai beaucoup appris ces dernières années. Les petites choses réalisées tout au long de ces saisons m’ont permis d’arriver à ce moment si spécial.

« Il y a des générations qui arrivent toujours pour succéder à une autre »

Avec Pogacar, victorieux sur le Tour de France, et vous sur le Giro, que pensezvous de cette nouvelle génération qui semble prendre le pouvoir ?

La roue tourne dans le vélo et forcément il y a des générations qui arrivent toujours pour succéder à une autre. C’est le jeu. Il y a des coureurs talentueux qui arrivent et qui seront présents dans les prochaines années. Ils ont appris à évoluer avec les nouvelles technologies. Je suis heureux d’en faire partie et d’être dans cette situation.

Axeon Cycling Team vous a permis de vous révéler au plus haut niveau. Comment expliquez-vous qu’il y ait autant de talents qui en sortent comme Almeida, Narvaez, Lawless ou Guerreiro ?

Axeon a été important pour ma progression personnelle. Elle m’a permis d’arriver où j’en suis. J’y ai passé plusieurs saisons. Ça m’a formé et permis de découvrir de grandes courses. Axel (Merckx) a réussi à faire une belle équipe. J’espère qu’elle continuera encore quelques années. C’est une chance pour un jeune coureur d’être dans une équipe comme Axeon.

Si vous deviez définir votre saison 2020 avant de basculer sur 2021 ?
Elle a été folle. Tout simplement.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi