jeudi 25 février 2021

Thibaud Flament (Toulouse) : « Depuis 2019, tout va très vite pour moi »

À lire

Tournoi des Six Nations : Dix ans après, les Bleus gagnent enfin en Irlande !

L'équipe de France s'impose à Dublin et met fin à dix années sans gagner en Irlande. Au delà de...

XV de France : une équipe prête pour le combat en Irlande

Un peu plus de 48 heures avant le deuxième match du Tournoi des Six Nations à Dublin contre l’Irlande...

Tournoi des Six Nations : des ambitions à confirmer en Italie pour la France

Onze ans après son dernière sacre dans le tournoi, le XV de France vise un retour vers les sommets....

A 23 ans, Thibaud Flament est le Français qui monte. Le 2ème ligne des Wasps qui a fait sa carrière en Angleterre va découvrir fin octobre le Top 14 avec Toulouse avec qui il s’est engagé trois ans.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours atypique ?
Je suis né à Paris, mais j’ai été élevé en Belgique à l’âge de 33 ans. Inspiré par mon père qui faisait du rugby, j’ai tapé dans mes premiers ballons à l’âge de 8 ans à Waterloo puis à 18 ans j’ai poursuivi des études universitaires en Angleterre à Loughborough. J’ai fait un stage d’une année en Argentine, à l’ambassade de France, je jouais aussi dans l’équipe de Newman. Lors de ma 4ème année qui était ma dernière année de licence en 2019 j’ai été repéré par les recruteurs des Wasps. Et à partir de là tout s’est enchainé rapidement.

Tout s’est enchaîné avec un coup de fil de Toulouse !
Oui, ça c’est fait hyper rapidement. J’ai toujours suivi le Top 14 et le Stade Toulousain en particulier. J’avais envie de revenir en France. J’ai toujours re- gardé mon père jouer.

“J’ai joué ouvreur, mais je suis un piètre buteur”

Avez-vous toujours occupé ce poste de 2ème ligne ?
Non, j’ai évolué en 10 jusqu’en moins de 18 ans. J’étais très grand, fin, j’étais plus à l’aise dans le pack qu’à l’ouverture.

Le Stade Toulousain a donc recruté aussi un buteur ?
Non, je ne m’y essaierais pas, je pénaliserais mon équipe (rires). Il y a des garçons bien plus adroits que moi dans cet exercice. Quand on ne pratique pas régulièrement, on perd vite les habitudes. J’ai joué ouvreur, mais je suis un piètre buteur.

Avez-vous des joueurs qui vous inspirent ?

J’adore regarder trois joueurs dans des styles différents : Mauro Itoje, Leone Nakarawa, Yannick Nyanga.

Quel regard portez-vous sur le Top 14 ?

C’est un championnat passionnant avec des clubs historiques comme Toulon, Montpellier, le Stade Français ou Toulouse bien sûr. Il y a du spectacle, du public, tout pour s’épanouir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

À lire aussi

velit, mi, in efficitur. mattis ut sem, Aliquam fringilla eget risus.