mercredi 17 juillet 2024

Tom Digbeu (Alliance Sport Alsace) : itinéraire surprenant d’un espoir destiné à la NBA

À lire

A 21 ans, Tom Digbeu aimerait marcher sur les traces de son père Alain auteur d’une belle carrière. Formé au Barça, membre du programme NBL Next Stars la saison passée, le fiston, drafté en G-League cette saison (en 28ème position par le Motor City Cruise, la franchise affiliée aux Pistons), a surpris en atterrissant fin novembre en Pro B, à l’Alliance Sport Alsace, mais il rêve toujours de NBA.

Tom Digbeu est un joueur qui a été programmé très vite pour le haut niveau. Formé à Barcelone, sa ville de naissance, le fils d’Alain (50ème choix de la draft en 1997 par Atlanta) était destiné à intégrer le Barça ou une équipe espagnole pour acquérir de l’expérience. 

Mais, au lieu de rester en Espagne, il a changé de cap, il a beaucoup voyagé puisqu’il a évolué à Prienai en Lituanie, à Brisbane en Australie et en G-League à Motor City Cruise aux Etats-Unis.

Drafté en G-League en 2022

Un parcours qui devait le mener à la draft NBA. Il a mis tous les atouts de son côté pour se faire remarquer en intégrant le programme NBL Next Stars qui permet aux jeunes prospects de jouer dans la ligue professionnelle australienne et d’être plus facilement repéré par des scouts.

En 2022, il a été drafté en G-League par la franchise dépendant des Pistons, le Motor City Cruise. Mais l’aventure américaine a tourné court car il jouait peu. Il n’a pas pour autant abandonné ses rêves de jouer en NBA et pense que son riche parcours peut l’aider à franchir des paliers et réaliser ses plus grands rêves : « Jouer à l’étranger m’a beaucoup apporté sur le plan humain. J’ai grandi peut-être plus vite que les garçons de mon âge et j’ai mûri. Il n’y a pas de parcours défini, chaque joueur a le sien, linéaire ou pas. La NBA a toujours été un objectif pour moi, je tenterai d’y jouer autant qu’il le faudra » a-t-il déclaré à nos confrères de BeBasket.fr.

Considéré comme l’un des meilleurs joueurs de la génération 2001, sa carrière n’est, pour l’instant, pas à la hauteur des attentes. Ses choix de clubs n’étaient pas forcément mauvais, mais les blessures l’ont souvent freiné dans sa progression.

Tom Digbeu rêve toujours de la NBA

Ailier qui possède de grosses qualités de percussion et qui se projette bien vers le cercle, il avait réalisé en 2018/2019 des statistiques très intéressantes lors du tournoi d’Euroligue Junior avec 14,8 points, 5,8 rebonds et 4 passes, mais il a donc eu du mal à confirmer notamment à cause de ses problèmes physiques, mais aussi d’un certain dilettantisme selon son père : “Il fallait qu’il soit plus dur avec lui-même également, qu’il devienne professionnel. Il a énormément progressé sur le plan mental” s’est félicité ce dernier dans BeBasket.fr. Pour l’instant, ses rêves de NBA sont remis à plus tard et il a décidé de descendre d’un échelon en s’engageant avec l’Alliance Sport Alsace.

Une arrivée surprise en Pro B !

Son arrivée en Alsace au cœur de l’automne a été une surprise, les observateurs ne pensaient pas voir Tom Digbeu porter le maillot d’un club de Pro B en difficulté. « Il a fait des efforts pour s’intégrer dans l’équipe. Il a fait de bons débuts, il marque beaucoup, il fait vivre le ballon. Il est venu pour se développer car il est encore jeune et on voit à son jeu, son implication qu’il est motivé alors qu’il a joué à un meilleur niveau. Il arrive dans un collectif qui a perdu quelques joueurs titulaires sur blessure et il apporte le plus que les dirigeants attendaient quand ils l’ont pris. Mais il faut voir sur la durée » souligne la journaliste des DNA Guylaine Gavroy.

Un retour en arrière qui n’est pas une régression pour Tom Digbeu qui déclarait à nos confrères de BeBasket.fr : « Disons que c’est un retour en arrière pour mieux me relancer, mais je n’ai pas pris de retard par rapport à mes objectifs. Jouer dans un club qui vous fait confiance vous fait bien progresser.» 

Cette arrivée a modifié un peu le quotidien du club, le service communication, qui n’a pas répondu favorablement à nos demandes d’interviews, reconnaissant qu’il n’avait jamais eu un joueur de ce niveau à gérer.

Sur le terrain, le mariage entre le club et le joueur est concluant (16 points, 5,4 rebonds et 3,3 passes de moyenne). Si l’Alliance Sport Alsace parvient à se maintenir, elle le devra grandement à son ailier.

Ce dernier est également bien conscient que ce n’est qu’en faisant des grosses performances qu’il se fera remarquer et qu’il se verra peut-être offrir une chance de jouer à un niveau supérieur et de viser ensuite de nouveau une franchise NBA. Le chemin parait long, mais pas impossible à traverser pour un joueur qui est encore très jeune puisqu’il n’a que 21 ans.

Photo : Alliance Sport Alsace

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi