mardi 4 octobre 2022

Top 50 des joueurs de la saison 2021-2022 (31 à 40) : Gerson fait déjà rêver l’OM

À lire

Alors que le mois d’août approche avec la reprise de tous les grands championnats, Le Quotidien du Sport passe en revue les cinquante joueurs les plus attendus.

Mike Maignan – AC Milan

Le Guyanais se souviendra longtemps de cet été 2021 qu’il s’apprêtait de vivre avec les casquettes de champion de France, d’international lors de l’Euro et de néo-Milanais. En s’engageant avec le Milan AC jusqu’en 2026, l’ancien pensionnaire du centre de formation du PSG assumait son ambition : devenir le meilleur gardien français et succéder à Hugo Lloris dans les buts de l’équipe de France. Si personne ne doute qu’il a assez de talent pour assumer la succession et repousser la concurrence, personne ne sait encore quand elle interviendra. Avant ou après la Coupe du Monde 2022 ?

Mikel Oyarzabal – Rea Sociedad

Sous contrat jusqu’en 2024 dans son club de (presque) toujours, l’international espagnol comptait beaucoup sur l’Euro pour capitaliser sur sa grande régularité depuis quatre ans, au sein d’une équipe qu’il aura boostée jusqu’à une finale de Coupe d’Espagne et une qualification pour la prochaine Ligue Europa. Absent de la campagne européenne qui s’est conclue face à Manchester united en 16èmes de finale (C3), le buteur basque a énormément manqué à une équipe qui s’appuie sur le duo qu’il forme avec Isak, bien alimenté par le vétéran David Silva.

Yassine Bounou – FC Séville

Passé par l’Atlético Madrid, Saragosse et Gérone, le natif de Montréal, au Canada, international marocain, a été une des révélations de la saison en Liga derrière la troisième meilleure défense du pays, le FC Séville. Après avoir gagné la Ligue Europa en 2020, avoir découvert la Ligue des Champions en 2021, la CAN, au programme de 2022 pour un gardien révélé sur le tard, mais dont la marge de progression parait encore importante.

Et peut-être dans un domaine un peu particulier pour son poste; celui de buteur. Il est en effet le premier gardien de l’histoire du FC Séville à avoir marqué un but en Liga en mars dernier… un mois après avoir établi le nouveau record d’invincibilité du club (528 minutes).

Wissam Ben Yeder – AS Monaco

20 buts en championnat… il n’avait jamais fait mieux. Son duo avec Volland aura permis à Monaco de renouer avec la Ligue des Champions et à son meilleur buteur de rester dans le groupe France. Même si le retour de Benzema complique sa vie en Bleus, Ben Yedder a un jeu suffisamment atypique, bâti sur les bases du futsal, pour toujours espérer avoir sa chance. Son retour en Ligue des Champions, quatre ans après avoir inscrit 10 buts lors de la campagne 2017/2018 avec Séville, sera très attendu. Peut-être un tournant pour sa fin de carrière.

Burak Yilmaz – Lille

Après avoir fait le tour des clubs turcs (Antalyaspor, Besiktas, Manisaspor, Fenerbahçe, Eskisehirspor, Trabzonspor et Galatasaray), il a attendu ses 35 ans pour s’affranchir de son pays et être sacré roi de France. Ses 16 buts l’ont mis sur l’orbite d’un Euro et d’une seconde saison de L1 où, forcément, les défenseurs n’auront pas le même regard sur lui. Mais son expérience est une garantie de performance pour encadrer le LOSC en Ligue des Champions, gérer l’après-Galtier et prouver que ce titre n’était pas le fait du hasard.

Eden Hazard – Real Madrid

Depuis 2019 et son arrivée au Real qui lui promettait un destin hors norme, à la hauteur d’un talent exprimé avec Chelsea et la sélection, c’est comme si tout se liguait tout le temps contre le milieu belge. Ses blessures surtout ne lui ont jamais permis d’enchaîner les matches et d’espérer retrouver son meilleur niveau. Si une des multiples rumeurs qui la ramènent régulièrement vers Chelsea venait à se concrétiser cet été, ça ne l’exonèrerait pas de retrouver enfin ses capacités physiques. A trois ans de la fin de son contrat, l’ancien Dogue n’a de toute façon pas le choix. Car à ce rythme, même les Diables Rouges ne seraient plus une parenthèse enchantée. L’arrivée d’Ancelotti est peut-être sa dernière chance sur fond de résilience.

Aymeric Laporte – Manchester City

Son choix de tourner le dos à l’équipe de France correspond assez bien au parcours d’un joueur qui a fait toutes ses classes à Bilbao avant de signer à City en 2018. Jamais donc, l’ancien joueur de l’Aviron Bayonnais n’a porté le maillot d’une équipe française professionnelle… sinon celui des sélections de jeunes jusqu’en Espoirs. Il n’y a donc rien de scandaleux de le voir passer les Pyrénées une nouvelle fois d’autant que la concurrence avec la Roja à son poste semble moins forte qu’avec les Bleus pour un style de jeu plus proche des Citizens… avec qui il a déjà remporté trois Premier League, mais où son statut s’est fragilisé cette saison avec l’éclosion de Ruben Dias. Le moment de changer d’air ?

Gerson – Olympique de Marseille

La Roma et la Fiorentina n’ayant pas réussi à exploiter son potentiel, c’est à l’OM que le milieu brésilien revient tenter sa chance. Dans un registre de jeu très propre et technique, sa régularité (il n’est quasiment jamais blessé) est un atout de poids pour aborder une saison que l’OM de Sampaoli s’attend à traverser avec tout le poids des attentes de supporteurs frustrés par les derniers résultats. Sélectionné avec le Brésil olympique pour disputer les JO à Tokyo en août, le nouveau brésilien de l’OM ne devrait pas arriver (de Flamengo) avant septembre sur la Canebière. En forme olympique donc.

Geoginio Wijnaldum – Paris SG

Capitaine de la sélection néerlandaise, homme de base de Klopp à Liverpool depuis 2017, l’ancien joueur du PSV Eindhoven arrive au PSG pour stabiliser un entre-jeu encore trop dépendant des performances en dents de scie du trio Verratti-Paredes-Gueye. Son expérience du très haut niveau européen (deux finales et 47 matches de Ligue des Champions), sa régularité doivent apporter ce petit supplément d’âme, de rigueur et de réussite qui manque au PSG pour décrocher la coupe aux grandes oreilles.

Dayo Upamecano – FC Bayern de Munich

Le Bayern n’a pas hésité à casser sa tirelire (42 M€) pour l’acheter au RB Leipzig où il a pris une autre dimension pour devenir international en 2020. C’est désormais un tout autre défi qui attend l’ancien joueur de Valenciennes, au coeur d’un des effectifs les plus étoffés d’Europe. Aux côtés des champions du monde français, Pavard, Tolisso, Her-nandez ou Coman, Dayot a le talent pour poursuivre sa progression et vite faire oublier le départ de David Alaba.

Et aussi > de 41 à 50

Le foot magazine - top mercato

Ne manquez pas, Le Foot magazine avec toutes les stars de l’été, en vente ici ou chez votre marchand de journaux.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi