vendredi 7 octobre 2022

Toulouse Fenix veut retrouver l’Europe

À lire

La saison 2021/2022 sʼest soldée par une 7ème place pour des Toulousains épuisés par le rythme des compétitions européennes et dʼun championnat très relevé. Cʼest donc une équipe privée dʼEurope pour la première fois depuis deux ans qui se présentera au Palais des Sports toulousain début septembre.

Un beau parcours européen et une fin de saison décevante, voilà de quoi résumer la saison passée du côté de Toulouse. L’entraîneur Danijel Andjelkovic revient sur la saison.

« La saison passée, nous étions européens, le nombre de matches était très conséquent, on a joué 51 matches, 14 d’entre eux en Europe avec seulement 3 défaites. L’objectif, au début de saison, était de finir dans le top 6, en championnat, afin de se qualifier pour l’Europe. Seulement, au cours de la saison, on a appris qu’il n’y aurait que cinq clubs français qualifiés, mais on a toujours gardé l’espoir après une bonne première partie de saison. »

« Mais le nombre de matches a commencé à se ressentir sur l’état de forme physique des joueurs un mois et demi avant la fin du championnat. Les joueurs étaient autant fatigués sur le plan mental que sur le plan physique. Il n’y a pas grand-chose à dire sur l’aspect offensif de notre jeu et nos recrues ont fait une très bonne saison, notamment Erik Balenciaga. Le résultat ne nous satisfait pas, c’est sûr, mais sur la qualité de jeu, on est super contents de ce que l’on a pu faire » déclare Andjelkovic.

« La 6ème place reste un objectif »

Les objectifs restent les mêmes, mais cette fois-ci le Fenix et son entraîneur misent sur la continuité. « Par rapport à l’année dernière, nous avons divisé par deux notre nombre d’arrivées. Nos recrues ont toutes une expérience européenne. C’était une volonté de recruter des gars qui restent dans notre projet de jeu, de revenir en Europe, si possible l’année prochaine et Les objectifs restent les mêmes, mais cette fois-ci le Fenix et son entraîneur misent sur la continuité.

« Par rapport à l’année dernière, nous avons divisé par deux notre nombre d’arrivées. Nos recrues ont toutes une expérience européenne. C’était une volonté de recruter des gars qui restent dans notre projet de jeu, de revenir en Europe, si possible l’année prochaine et pour ça, on a recruté des handballeurs expérimentés. L’intégration des nouveaux sera donc plus rapide car ils ne sont pas beaucoup. Le seul danger par rapport à ça, c’est que les titulaires actuels tiennent pour acquis leur statut au sein de l’effectif avec le peu d’arrivées. Il faut toujours vouloir plus, si on veut espérer progresser, c’est quelque chose que je tiens à rappeler à mes joueurs ».

Toulouse mise sur des joueurs d’expérience européenne

Danijel Andjelkovic reste pragmatique quant aux objectifs. « Au regard de l’effectif, je pense vraiment qu’on peut avoir le même objectif que l’année dernière, c’est-à-dire de fi nir à la 6ème place. Il y a cinq équipes devant nous qui ont un niveau au-dessus et qui seront diffi ciles à aller embêter. Maintenant, tout est possible, mais une 6ème place serait déjà un très bon résultat. Mais mon principal objectif est surtout de développer un beau Instagram Fenix Toulouse Handball handball qui plaise au public et à mes joueurs. »

La philosophie d’Andjelkovic s’explique par l’articulation de son effectif. « La force du Fenix Toulouse Handball, c’est son équipe, ce que je veux dire par là, c’est qu’il n’y a pas de supers stars dans l’équipe, on n’a pas de joueurs qui peuvent gagner tout seul un match. Mais ce manque d’individualités est un choix obligatoire dû à nos moyens financiers. Chacun de mes joueurs donne tout pour l’équipe et le jeu collectif. J’aime dire que notre équipe est familiale, on fait attention aux autres, ce qui donne une super ambiance dans le groupe et mes joueurs sont donc tous très soudés les uns entre les autres. »

Le tacticien toulousain fait donc de belles promesses dans le jeu, pour la saison qui vient, avec un effectif sensiblement renforcé et des Toulousains tous unis derrière l’objectif de raccrocher une potentielle place en Europe.

La recrue : Bonnefond, tonnerre de Brest !

L’arrière gauche de 29 ans Baptiste Bonnefond rejoint Toulouse après avoir joué au Meshkov Brest. Son physique et son expérience font de lui une très bonne recrue. Après avoir été autorisé à finir la saison à l’USAM, en tant que joker médical, pendant le conflit en Ukraine, l’arrière gauche a finalement rejoint Toulouse pour la saison 2022/2023.

Le joueur est bien connu du championnat. Formé au MHB puis passé par Aix, c’est en 2021 qu’il s’exile en Biélorussie, au Meshkov Brest. Son passage à Montpellier et dans le club biélorusse lui ont permis de découvrir le niveau européen. Outre son expérience, Baptiste Bonnefond possède un physique toujours impressionnant (1m93 pour 97 kg) ainsi qu’une explosivité remarquable qui font de lui un joueur efficace des deux côtés du terrain.

Fañch Tessier-Merhand

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi