jeudi 29 juillet 2021

Tour de France : 15e étape (Céret – Andorre la Vieille) : Quintana pour une victoire d’étape ?

À lire

Tous les matins pendant le Tour de France, retrouvez la présentation de l’étape du jour, avec en prime l’analyse d’un expert.

Les coureurs ont un dernier effort à faire entre Céret et Andorre-la-Vieille avant de goûter à une journée de repos méritée et avant d’affronter les cols pyrénéens. On arrive à la fin de la 2ème semaine, les corps sont fatigués. Le départ de Céret est inédit et le Tour revient dans les Pyrénées-Orientales pour la première fois depuis 2009 et la victoire de Thomas Voeckler à Perpignan.

Cette année, ce parcours dans les Pyrénées-Orientales devrait sacrer un bon grimpeur, pas forcément un pur grimpeur, les 191 km étant accidentés avec des passages par Prades, Font-Romeu, le col du Puymorens, le Port d’Envalira et Beixalis. Avec cette 15ème étape, le Tour entre dans les Pyrénées, mais il n’y a pas de col hors catégorie.

Elle pourrait permettre à des coureurs d’asseoir leurs positions après les Alpes ou de tenter des coups pour ceux qui ne sont pas à l’aise en très haute montagne, mais qui passent bien la moyenne montagne.

La première grande difficulté se situe au 87ème km avec le Mont-Louis (1560 mètres d’altitude), 8,4 km de montée à 5,7%. Il pourrait être abordé en tête par un groupe de baroudeurs échappés dans la plaine. Après le col, ils auront un petit répit de 47 km avant le Col du Puymorens en passant par Font-Romeu, célèbre station qui accueille régulièrement les sportifs français pour leur préparation physique.

De la montagne, mais pas de hors catégorie en Andorre

Le Puymorens (1915 mètres, 5,9 km à 4,6% de moyenne) col de 1ère catégorie, il n’est pas le plus haut sommet de l’étape, mais c’est un col exigeant. Il pourrait lancer les hostilités entre les meilleurs avant l’entrée en Andorre et l’enchainement du Port d’Envalira, du Col de Beixalis et la montée vers Andorre-la Vieille.

Avec le passage du Port d’Envalira, les coureurs monteront jusqu’à 2408 mètres, c’est un col long (10,7 km à 6,2% de moyenne) de première catégorie. Le col de Beixalis est plus court (6,4 km), mais plus pentu avec ses 8,5% de moyenne. Le sommet se trouve à 15 km de l’arrivée à Andorre-la-Vieille.

La capitale andorrane a connu trois départs d’étapes, mais une seule arrivée et ça commence à dater puisque c’était en 1964 avec la victoire de Julio Jimenez. Vainqueur de cinq étapes du Tour, trois fois meilleur grimpeur, il s’était imposé en solitaire avec plus de 9 minutes d’avance.

Cette année, il n’y aura certainement pas de tels écarts, mais elle peut correspondre, par exemple, à un grimpeur qui obtient un bon de sortie car il n’est plus dangereux au général. Nairo Quintana fait logiquement partie des favoris, et son retard acquis au cours des différentes étapes devrait lui accorder un bon de sortie.

L’avis de Yoann Offredo

« C’est une étape montagneuse, mais l’arrivée n’est pas en montée, elle est sur le plat à Andorre-la-Vieille. Je ne pense pas que ce sera un pur grimpeur qui s’imposera, mais plus un gars comme Pierre Latour qui est excellent en montagne. Le Port d’Envalira est un col long de plus de 10 km (10,7 km à 6,2% de moyenne) il lui conviendra. »

Pierre Latour, dernier vainqueur d’étape, à retrouver dans le Sport spécial TDF.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img