jeudi 29 juillet 2021

Tour de France : 16e étape (Pas de la Case – Saint-Gaudens) : une étape accidentée, dernière chance pour les baroudeurs

À lire

Tous les matins pendant le Tour de France, retrouvez la présentation de l’étape du jour, avec en prime l’analyse d’un expert.

Au lendemain du 4ème jour de repos du Tour en Andorre (après 1964, 1993 et 2016), le départ de l’étape se déroule au Pas de la Case. Seul passage routier entre la France et l’Andorre. Le Pas de la Case accueille un départ d’étape pour la première fois de son histoire. Il est le cinquième site de la Principauté à avoir un départ ou une arrivée du Tour. Le peloton prendra la direction de Saint-Gaudens, près de Toulouse pour une étape longue de 169 km.

Ce n’est pas sur cette étape qu’il y aura une nouvelle bataille pour le maillot jaune. Les candidats au général attendront les sommets pyrénéens pour livrer les dernières batailles et déstabiliser le leader.

Entre le Pas de la Case et Saint-Gaudens, le profil reste quand même accidenté. De quoi donner des idées aux baroudeurs d’autant plus que ce sera l’une des dernières étapes où ils pourront briller. Après, entre les Pyrénées et la traversée des Landes pour remonter vers Paris ce sera trop tard.

Les coureurs qui gèrent le mieux la journée de repos et les deux semaines de course seront devant dans les différentes tentatives d’échappées qui auront lieu.

Dernière chance pour les baroudeurs

Juste après le départ, les coureurs passeront la frontière française vers les Pyrénées-Orientales puis l’Ariège. La première difficulté arrive au 54ème km avec le Col de Port (1249 mètres et 11,4 km de montée à 7,1%).

Il y aura ensuite le Col de la Corre au 100ème km. Avant le Portet d’Aspet au 136ème km, un col qui reste marqué à jamais par la mort de Fabio Casartelli, le 18 juillet 1995 dans la descente. Une stèle en mémoire du coureur italien se trouve sur les lieux de l’accident.

Le Portet d’Aspet est en 2ème catégorie, mais il fait mal car il est irrégulier. Avant l’arrivée à Saint-Gaudens, il restera la côte de d’Aspret Sarrat à sept kilomètres de l’arrivée.

Le Tour connait bien Saint Gaudens. La ville haut-garonnaise, où Pavel Sivakov a grandi et fait ses débuts dans le cyclisme. Elle organise une arrivée pour la dixième fois avec des vainqueurs aussi variés que Gino Bartali (1950), Charly Gaul (1955), Nino Defilippis (1957), André Darrigade (1959), Robert Cazala (1962), Georges Pintens (1968), Luis Ocana (1970), Willy Teirlinck (1976) et Dimitri Konyshev (1999).

Un autre grand nom s’ajoutera à cette prestigieuse liste cette année et il abordera avec plus de confiance les grands cols des Pyrénées des prochains jours. Il sera probablement l’homme fort d’un groupe de baroudeurs, sorti d’une échappée nombreuse.

L’avis de Yoann Offredo

« La plupart des coureurs auront roulé pendant la journée de repos. Je ne pense pas que les coureurs auront du mal à se remettre en route. Ce n’est pas une étape piège après un jour off. On a connu des étapes post journée de repos plus compliquées. Quand la bagarre commence juste après le départ par exemple.

Là, ce ne sera pas le cas, je vois bien Thomas De Gendt faire quelque chose sur cette étape, il sera à l’aise sur ce tracé avec quelques cols connus du Tour au programme comme le Col du Portet d’Aspet (2ème catégorie) ou le Col de la Core, un 1ère catégorie. »

Andorre retrouve le Tour de France.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img