vendredi 19 août 2022

Tour de France 2022 — 17ème étape : Saint-Gaudens-Peyragudes (mercredi 20 juillet)

À lire

Après l’exigeante étape entre Carcassonne et Foix, les coureurs n’auront pas le temps de se reposer qu’il faudra repartir au combat dès le lendemain pour l’une des étapes phares de ce Tour. Entre Saint-Gaudens et Peyragudes, c’est un programme de choix avec le col d’Aspin, la Hourquette d’Ancizan, le col de Val Louron-Azet et la montée finale vers l’altiport de Peyragudes.

Ville départ pour la 14ème fois, Saint-Gaudens aime le Tour et la réciproque est vraie. Proche de Toulouse, elle est souvent utilisée comme rampe de lancement vers les sommets pyrénéens. Cette année, après quelques kilomètres de plaine, elle amènera les coureurs vers le Col d’Aspin, un col propice aux attaques.

La montée de 12 km à 6,5 % poussera les plus téméraires à tenter leur chance, notamment les équipes en manque de victoires et qui veulent terminer en beauté dans cette avant-dernière étape de montagne. Après l’Aspin, le peloton traversera la vallée de Payolle, souvent présente sur le Tour puis ils attaqueront la Hourquette d’Ancizan (8,2 km à 5,1%) par son ver sant le moins pentu, mais le plus irrégulier.

Il avait été utilisé sur le Tour 2019 et c’est Simon Yates qui était passé en tête. Après une descente vers Saint-Lary Soulan, le col de Val-Louron-Azet se dressera devant les rescapés de ce Tour. Il se trouve à 20 km de l’arrivée et ses 10,7 km d’ascension à 6,8% vont encore faire mal aux jambes de coureurs déjà extrêmement éprouvés.

La montée finale vers Peyragudes laisse peu de répit

Ils finiront par la montée vers Peyragudes à 1580 mètres d’altitude pour une arrivée au sommet magnifique pour les yeux, mais très dure pour les organismes car elle est régulière, il y a peu de répit, de possibilités de reprendre son souffle.

Si le classement général est serré, cette montée offrira une belle bataille pour l’une des dernières étapes montagneuses où les coureurs peuvent faire des différences significatives. Il ne serait pas étonnant de voir Tadej Pogacar placer une attaque, il aime les cols qui montent sans discontinuer, avec peu de faux plats.

Ce sera la troisième arrivée au sommet de Peyragudes. Les deux premiers vainqueurs ne sont pas des inconnus, sont de véritables grimpeurs, qui aiment partir de loin et aller au-delà de leurs souffrances : l’Espagnol Alejandro Valverde s’était imposé dans la station pyrénéenne en 2012 et Romain Bardet en 2017. Pour 2022, le vainqueur devrait avoir le même profil que ses deux prédécesseurs.

L’avis de Yoann Offredo

« C’est une des étapes les plus dures du Tour avec quatre difficultés concentrées en 80 km. C’est dur. La montée finale vers Peyragudes est belle, mais difficile avec 8 km à 8%. Cette étape pyrénéenne va être super intéressante à suivre pour les spectateurs et les téléspectateurs avec une pluie de rebondissements. Elle sera l’un des juges de paix pour le général, aucun coureur ne pourra se cacher. »

De Copenhague, ville de départ, le 1er juillet, à Paris, pour l’arrivée, le 24 juillet, Le Quotidien du Sport vous présente les 21 étapes du Tour de France.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi