lundi 4 mars 2024

Le Tour de France 2024 parti pour rentrer dans l’histoire !

À lire

Le Tour de France 2024 fait saliver les plus grands coureurs de la planète. Placé juste avant les J.O, la plus grande compétition de cyclisme sonne comme une répétition générale.

Christian Prudhomme (patron du Tour de France)

« Un Tour est toujours difficile. Il faut aussi regarder le comportement des coureurs. J’ai plutôt eu le sentiment que la première heure des étapes, jusqu’à la fin du Tour de France, c’est attaque de tous les côtés. Le parcours peut être difficile. Il l’est. C’est le Tour de France, la plus grande course du monde. Ça dépend ce qu’en font les coureurs. S’ils attaquent dès la première heure, il faudra avoir des ressources. »

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans votre mag

Bryan Coquard (Cofidis)

« Ce Tour de France sera beau puisqu’il y en a pour tous les goûts. Le niveau s’annonce très relevé et les étapes difficiles se succèdent jusqu’au bout, à l’image de ces deux dernières journées très difficiles. Mais il y a pas mal d’opportunités pour les sprinteurs, ce qui pourrait me convenir. »

À LIRE AUSSI : l’interview de Bryan Coquard

Alexander Kristoff (Uno-X Pro Cycling Team)

« On n’aura pas beaucoup de possibilités pour les sprinteurs en fin de Tour. Je pense qu’il faudra prendre sa chance sur les premières semaines. En 2023, je n’ai pas gagné sur le Tour. Ce sera de plus en plus difficile. Les années sont présentes même si je continue d’aller vite. Mais je sais que j’aurai des opportunités à saisir. Je suis confiant. Je vais tout faire pour être en forme. »

Felix Gall (Decathlon AG2R La Mondiale)

« La dernière semaine sera encore très difficile. C’est un super parcours qui peut me convenir avec beaucoup de montagne. En 2023, c’était déjà le cas. Après mon expérience sur le dernier Tour, je pense que j’aurai encore cet objectif cette saison. »

Aurélien Paret-Peintre (Decathlon AG2R La Mondiale)

« C’est un Tour assez inédit. L’Italie m’inspire pas trop mal ces derniers temps. Il y aura de la ferveur. Il y aura des routes que l’on connaît moins. L’arrivée à Nice sera intéressante. Les chemins blancs font partie de nos courses. Ça fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Les mecs des Classiques vont se disputer la gagne. Il y aura du spectacle. »

Richard Plugge (manager général du Team Visma Lease a Bike)

« C’est un parcours incroyablement difficile dès le premier mètre. Je pense que c’est un peu inutile d’inclure du gravier. Cela augmente les risques de malchance. Nous voulons que la lutte soit aussi juste que possible. Une course comme celle-ci, à mon avis, n’y contribue pas. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi