mardi 4 octobre 2022

Tour de France : ces records sont en danger

À lire

Il y a le plus jeune, le plus vieux, le plus rapide, ceux qui ont gagné beaucoup d’étapes, ou sont souvent montés sur le podium à Paris, ceux qui, depuis le temps, font partie des meubles. Il y a tous ceux-là et d’autres encore qui poussent tous les ans les limites des records toujours un petit peu plus loin…

Merckx dans le viseur de Pogacar…

S’il est encore loin du record de victoires (5) que le Cannibale détient à égalité avec Anquetil, Hinault et Indurain, Pogacar peut espérer faire au moins aussi bien que le Belge, seul coureur à avoir gagné les trois principaux maillots; jaune, à pois et vert, du Tour sur la même année, en 1969. Jusqu’à présent, le Slovène a réussi à en avoir deux (jaune et à pois) en 2020 et 2021, sixième de l’histoire avec Bartali, Coppi, Bahamontés, Merckx et Froome.

Précocité : plus de 22 ans s’abstenir

En 1965, lorsque Felice Gimondi triomphait à 22 ans, 9 mois et 15 jours, personne n’imaginait attendre un demi-siècle pour battre ce record de précocité (qui appartient toujours à Henri Cornet, 19 ans et 352 jours en 1904). En deux éditions, Egan Bernal (22 ans, 6 mois et 15 jours) et surtout Tadej Pogacar (21 ans, 11 mois et 31 jours) le portaient pourtant à un niveau qui, pour être battu, nécessitera l’éclosion d’un nouveau phénomène.

Podiums : « Poupou » évidemment

Avec huit présences sur le podium (3 fois deuxième, 5 fois troisième), Raymond Poulidor domine le classement des coureurs étant le plus souvent monté sur le podium à Paris. Il devance Joop Zoetemelk et Bernard Hinault (7). Parmi les coureurs actuels, seul Christopher Froome (6) peut encore espérer s’inviter parmi ces trois géants.

Ecarts : dans la minute !

A douze reprises, le vainqueur a terminé avec moins d’une minute d’avance sur son dauphin, la palme de l’écart le plus serré revenant évidemment à l’édition 1989 lorsque Greg LeMond souffla pour 8 petites secondes la victoire à Laurent Fignon dans la dernière étape. Si, en 2020, Roglic échoua à 59 secondes de Pogacar, le Slovène a pris ses distances l’an passé avec plus de cinq minutes d’avance sur Vingegaard. Cette année, la lutte devrait être plus indécise.

Maillot à pois : Virenque, la montagne ça le gagne

A défaut d’avoir gagné le Tour, c’est en altitude que Richard Virenque avait su gagner le coeur des Français pour 7 maillots de meilleur grimpeur, record à battre, entre 1994 et 2004. Il fallait bien ça pour faire mieux que le légendaire Federico Bahamontes et Lucien Van Impe (6 maillots à pois), lesquels ont réussi, eux, à gagner le général.

Maillot vert : Sagan et ça repart

C’est chez TotalEnergies que le recordman des victoires du classement par points se propose cette année de pousser le bouchon encore un petit peu plus loin. Déjà vainqueur à 7 reprises, le maillot vert de 2012 à 2016 et de 2018 à 2019 écrase une concurrence qui se limite aujourd’hui à Mark Cavendish (2011 et 2021). Zabel (6) et Kelly (4) complètent ce podium de sprinteurs de légende.

Etapes : éternel Cavendish

C’est peut-être pour cette année, ou jamais. Après avoir effectué un retour fracassant l’année dernière, vainqueur du maillot vert à 35 ans, Mark Cavendish a rejoint Eddy Merckx au sommet des vainqueurs d’étapes, à égalité avec 34 victoires. Une seule petite supplémentaire et il tuera le match pour très longtemps. Avec 12 victoires, Peter Sagan est en effet le seul coureur encore en activité à avoir levé les bras plus de dix fois.

Participation : Chavanel a fait le trou

Il en a commencé 18 (personne n’a jamais fait mieux), terminé 16 (record partagé avec Zoetemelk), Sylvain Chavanel devrait rester encore très longtemps le coureur le plus souvent convoqué à la grande fête du mois de juillet. A une édition de George Hincapie, Stuart O’Grady et Jesn Voigt, Chavanel est loin devant les 14 participations d’Ernesto Valverde et les 13 de Mark Cavendish.

Coup d’essai… coup de maître

Douze coureurs n’ont pas trainé pour prendre la mesure de la Grande Boucle en la remportant dès leur première participation. Nonobstant les pionniers des années d’avant-guerre (Garin, Cornet et Trousselier en 1903, 1904 et 1905), Robic en 1047, Coppi en 1949, Koblet en 1951, Anquetil en 1957, Gimondi en 1965, Merckx en 1969, Hinault en 1978, Fignon en 1983 attendaient Pogacar en 2020.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi