vendredi 19 août 2022

Tour de France : qui va faire les frais de la première semaine ?

À lire

Depuis plusieurs années, nombreux sont les favoris à perdre tout espoir de remporter le Tour dans les premiers jours de course. Certains perdent de précieuses secondes à cause de soucis mécaniques, de bordures ou de chutes, comme l’an dernier où, après sa chute sur la 3ème étape, Primoz Roglic a été contraint d’abandonner avant même les premières bagarres. Un scénario qui pourrait probablement se reproduire avec une première semaine sous haute tension.

Pour se mettre en jambes, les coureurs débuteront par un prologue inaugural de 13 km dans les rues de Copenhague. Un circuit citadin assez technique avec des virages qui devrait permettre aux spécialistes de faire des différences. Le parcours va certainement désavantager des candidats au maillot jaune moins à l’aise sur l’exercice de l’effort solitaire, mais en 13 km les écarts ne seront pas mirobolants à moins d’un souci mécanique ou d’une chute.

La 2ème étape entre Roskilde et Nyborg longue de 199 km sera au vu du profil bien plus agitée. Le peloton va rouler sur le littoral venteux danois et traverser le Grand Belt ; un pont suspendu. Le jour J, si des rafales s’invitent sur la course comme c’est le cas régulièrement dans la région, les coéquipiers des différents leaders devront se mettre au diapason pour éviter tout risque de bordure.

Chaque formation devra alors donner le maximum pour rester dans les roues et bien manœuvrer pour éviter de perdre trop de temps. La troisième et dernière étape danoise avant le voyage vers le nord de la France entre Vejle et Sønderborg ne devrait pas elle créer de surprises.

« Il peut se passer beaucoup de choses » (Julian Alaphilippe)

Bien que le tracé du parcours ne s’écarte jamais des côtes danoises, le vent est généralement beaucoup moins fort dans cette zone. Les sprinteurs devraient donc dicter leur loi. Mais attenttion à ces étapes de transition qui peuvent s’avérer nerveuses dans le final et provoquer de lourdes chutes avant de rejoindre la France et Dunkerque pour l’étape menant à Calais. Tout au long des 172 km, des bosses viendront alimenter le parcours.

Certains sprinteurs devraient se retrouver en difficulté. Si le vent s’invite à la fête, l’étape peut alors prendre une tout autre tournure. Le lendemain, c’est le premier grand rendez-vous de ce Tour de France avec un parcours jalonné de secteurs pavés entre Lille et Arenberg.

19,4 km de pavés au menu répartis en 11 secteurs, de quoi faire des dégâts et provoquer du mouvement sur la journée. Le jour d’après sera sûrement promis au puncheur avec l’arrivée à Longwy. Une pente de 12% à 6 km de la ligne… Ouest-France est revenu sur cette première semaine de course intense :

“C’est un très beau tracé, avec une première semaine qui s’annonce palpitante avec différents terrains d’expression. Un chrono, des bordures, une étape de pavés, des arrivées pour puncheurs… Cela va vraiment être une première semaine avec du mouvement dans tous les cas, où il peut se passer beaucoup de choses », résumait Julian Alaphilippe avant de déclarer forfait. Un avis partagé par plusieurs stars du peloton qui ont hâte de s’élancer.

Pogacar salut un parcours complet

“C’est un parcours complet, surtout les premiers jours. Les étapes venteuses sont toujours délicates. On a de tout : des sprints, de la montagne, du chrono, mais aussi des bordures en prévision. Je vais devoir faire beaucoup de reconnaissances pour les appréhender au mieux, c’est assez excitant. Il y aura beaucoup de tension, notamment dans les étapes de bordures, quand des écarts se créent à 80 km/h… Ça peut devenir très tendu !” analyse Tadej Pogacar double vainqueur sortant.

Mais tout cela ne reste que spéculation et les vérités d’aujourd’hui ne seront peut-être pas celles de demain. Une chose est sûre, avec le parcours explosif mis en place en première semaine, les organisateurs ont mis l’accent sur le spectacle. Aux coureurs de faire la course.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi