jeudi 23 mai 2024

Tour de France : Tadej Pogacar est-il imbattable ?

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Le Tour de France est en approche et les favoris se préparent. Sur le papier, l’affiche n’a jamais été aussi séduisante avec le dernier vainqueur Jonas Vingegaard (s’il est rétabli), Tadej Pogacar, Remco Evenepoel ou encore Primoz Roglic. Mais qui sera le mieux armé pour briller ? Eléments de réponses avec Thomas Voeckler.

En terminant loin des Champs-Elysées, du fait de l’organisation des Jeux Olympiques, le Tour de France 2024 s’est déjà doté d’un parcours d’exception pour une édition historique où tous les regards seront tournés vers Nice pour décider du vainqueur final.

Sur la ligne de départ, le casting sera également à la hauteur. Avec tout d’abord, le double vainqueur sortant, Jonas Vingegaard (Visma Lease a Bike), qui repart en conquête d’un troisième maillot jaune consécutif à condition qu’il soit rétabli de sa terrible chute au Tour du Pays basque. Ensuite, son challenger numéro 1, Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), vainqueur des Tours 2020 et 2021, mais présent sur le podium à chaque fois en quatre participations.

Sans oublier Primoz Roglic, triple vainqueur de la Vuelta (2019, 2020 et 2021) et du Giro (2023), désormais leader exclusif de sa nouvelle équipe, BORA-hansgrohe. Remco Evenepoel (Soudal Quick-Step) vivra lui son premier Tour de France à 24 ans avec l’ambition de jouer un rôle au général rêvant de remporter son deuxième grand Tour après la Vuelta en 2022.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans votre mag

Des favoris dans un état incertain

« On se réjouissait d’avoir Evenepoel, Roglic, Pogacar et Vingegaard avant le départ de ce Tour, explique le consultant de France Télévisions et sélectionneur français Thomas Voeckler. Aujourd’hui, il y a tout de même des interrogations notamment sur ce dernier. Ensuite Pogacar va faire le Giro avant le Tour. Roglic a changé d’équipe. Evenepoel est également tombé. Cela met de l’incertitude. Mais le menu était alléchant avant même ce départ. »

A quelques semaines du grand départ de Florence, en Italie, l’état de forme des favoris reste un mystère. La faute à une lourde chute au Tour du Pays basque qui a vu Vingegaard repartir sur un brancard avec un pneumothorax et des fractures de la clavicule et des côtes. Alors qu’Evenepoel se fracturait la clavicule et l’omoplate. Pour Roglic, ce fut moins grave, mais tout aussi traumatisant.

« Il ne faut surtout pas minimiser les blessures, analyse Voeckler. Que ce soit Evenepoel et Vingegaard. Même Roglic. Ok, il n’a rien eu de cassé, mais ça remue une chute. » Pour l’ancien maillot jaune, il est évident que cela peut avoir un impact sur sa préparation du Tour. Comme Pogacar, l’an passé. « On a oublié vite l’an passé les raisons qui ont fait que Pogacar est battu sur le Tour. On a oublié sa fracture du scaphoïde qui n’est pas rien. En termes de perturbation au niveau de sa préparation, c’est incroyable ce qu’il a réalisé l’an dernier en s’étant fracturé le scaphoïde à Liège. »

« Pogacar va faire le tour d’Italie, mais son objectif reste le Tour de France »

Au regard du début de saison, c’est Tadej Pogacar qui semble avoir les cartes en mains pour s’offrir un destin en jaune en juillet selon Thomas Voeckler. «Les cartes sont rebattues en faveur de Pogacar. Il est clair qu’il s’avance en favori maintenant. Quoi qu’il advienne. Pogacar, lui, a allégé son calendrier du début de saison. Il n’a pas fait les Flandriennes. Pour moi, c’est le coureur capable de tirer avantage de cette situation. » Et le fait de le voir doubler Giro-Tour ne devrait pas le perturber.

« Pogacar a toujours annoncé sa volonté de faire le Tour d’Italie, mais son objectif reste le Tour de France. Et vu comment il est au-dessus du lot, il peut gagner le Giro sans être à 100 %. C’est incroyable, mais c’est le cas. Je crois au doublé de Pogacar cette année. C’est possible pour lui d’enchaîner Giro et Tour. » Pogacar sera pour cela épauler par des coureurs de premier plan, capables d’être leaders dans d’autres formations comme Adam Yates, João Almeida ou encore Juan Ayuso.

UAE Team Emirates grand favori ?

« C’est un plus, valide Voeckler. Ces coureurs savent pourquoi ils sont là. Ils font une croix sur leurs ambitions personnelles. En cas de pépins, ils servent de leader bis pour aller chercher le meilleur résultat possible. Ils doivent servir le leader. Le reste, c’est le l’intox. On verra si Pogacar est peut-être fatigué du Giro. A ce moment-là, Yates et Ayuso se montreront un peu plus. Mais le leader reste Pogacar. »

Vingegaard sera également bien entouré avec Sepp Kuss, Steven Kruijswijk ou encore Matteo Jorgenson, le vainqueur de Paris-Nice. Primoz Roglic n’aura pas à rougir avec pour lieutenants Daniel Felipe Martinez, Aleksandr Vlasov ou encore Jai Hindley qui vient de prolonger. Remco Evenepoel pourra lui compter sur Mikel Landa, Mattia Cattaneo et Ilan van Wilder. Des armadas impressionnantes qui devraient empêcher d’autres leaders de sortir du lot comme Carlos Rodriguez et Geraint Thomas (INEOS Grenadiers), Enric Mas (Movistar), Tao Geoghegan Hart (Lidl-Trek), Richard Carapaz (EF Education-EasyPost), Simon Yates (Team Jayco AlUla) ou encore Felix Gall (Decathlon-AG2R La Mondiale).

Gaudu toujours loin du podium ?

« Il y avait un duel ces deux dernières années. L’équipe de Pogacar s’est encore renforcée. Je me demande même si UAE Team Emirates n’est pas plus impressionnante que la formation Visma Lease a Bike. Van Aert n’était pas prévu à la base sur le Tour, mais sur le Giro. Il y aura peut-être un changement de plan avec son forfait pour être prêt en juillet. Surtout que Vingegaard est tombé. Sans cette chute, il n’aurait pas été à ses côtés. On ne s’orientait pas sur un duel et il y avait plus d’incertitude. C’était ça le plus enthousiasmant. »

Quid des Français ? Que peut-on attendre de Guillaume Martin (Cofidis), David Gaudu (Groupama-FDJ), Romain Bardet (Team dsm-firmenich PostNL) voire Kévin Vauquelin (Arkéa-B&B Hotels). Le sélectionneur de l’équipe de France est assez lucide.

« On va observer. Nous ne jouerons pas la victoire sur le Tour. On va voir qui va être confirmé au départ, mais des coureurs comme David Gaudu sont à suivre. Il n’a pas perdu ses qualités. C’est la concurrence qui a augmenté. On verra ses ambitions au départ. Il y a moins de pression. Martinez ne sera pas prévu sur le Tour de France. Ce sera Romain Grégoire qui devrait faire de gros trucs sans viser le général. On verra Kévin Vauquelin qui n’a pas encore atteint tout son potentiel. Romain Bardet aura eu le Giro dans les jambes. Il devrait être débridé et sera présent pour se faire plaisir, sans pression. Quand on voit son niveau à Liège, on n’est pas surpris. C’est un gros travailleur. Il peut nous faire de belles choses. Mais il sera difficile de les voir jouer les premiers rôles. » Surtout si les 4 Fantastiques décident de verrouiller la course…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi