jeudi 25 juillet 2024

Transferts : avec Roberto De Zerbi, l’OM retrouve le sourire

À lire

Julien Huët
Julien Huët
Journaliste

Marseille a frappé très fort en s’attachant les services de Roberto De Zerbi, ce qui confirme le pouvoir d’attraction intact du club phocéen et de son duo Pablo Longoria-Medhi Benatia.

Quel autre club français que l’OM aurait pu attirer un entraîneur aussi coté sur le marché que l’Italien Roberto De Zerbi après une saison finie à une insipide 8ème place et marquée par des multiples crises et changements de coachs ?

Dernier technicien phocéen en date, Jean-Louis Gasset est parti à la retraite après avoir tenté de sauver les meubles et tout de même emmené le club en demi-finale de la Ligue Europa, perdue contre l’Atalanta Bergame. Après avoir songé à l’ancien Lillois Paulo Fonseca, qui a préféré l’AC Milan, puis au Portugais Sergio Conceiçao, avec lequel les discussions n’ont pas abouti, le tandem formé par Pablo Longoria et son conseiller Medhi Benatia a sondé les représentants de Roberto De Zerbi.

L’Italien venait alors de quitter Brighton, un club qu’il a réussi à mener jusqu’à la 6ème place de Premier League en 2023 puis en huitièmes de finale de la Ligue Europa la saison suivante, pour la première participation du club à une Coupe d’Europe. Il se rêvait alors sur le banc d’un cador européen. On a parlé de lui au Bayern Munich, à Liverpool ou encore à Manchester United.

Mais aucun de ces clubs n’a fait de lui l’élu et Marseille en a profité pour saisir l’opportunité. « C’était un rêve inaccessible à la base, mais une brèche s’est entrouverte », avait résumé mi-juin pour l’AFP une source proche du dossier.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du foot dans votre mag

L’OM attire toujours, même sans coupe d’Europe

En 2022 déjà, avant de choisir Igor Tudor pour remplacer Jorge Sampaoli, Longoria avait déjà pensé à De Zerbi. Mais les discussions avaient été rendues impossibles par le peu d’enthousiasme de l’époque du natif de Brescia pour le projet marseillais et ses trop grandes exigences. Les a-t-il revues à la baisse ? C’est peu probable : Roberto De Zerbi débarque dans le Sud de la France avec une armée d’adjoints (on parlait fin juin de 7 adjoints !), mais aussi un proche, Giovanni Rossi, comme directeur technique.

Autant dire que l’OM va miser très, très gros sur l’Italien et que le droit à l’erreur est interdit, sous peine de cataclysme financier. Très marqué par l’ambiance du Vélodrome qu’il avait adorée l’automne dernier en Ligue Europa lors d’OM-Brighton (2-2), De Zerbi arrivera-t-il à mettre en place sur la Canebière son fameux football offensif et très construit ? Tout le peuple marseillais y croit.

La promesse d’un projet sur 3 ans avec l’OM

L’enthousiasme a gagné toutes les strates du club, y compris dans le vestiaire. Ainsi, même un Jonathan Clauss annoncé partant certain avant la nomination de l’Italien avait semble-t-il changé son fusil d’épaule : « Je trouve son arrivée extrêmement positive parce qu’on connaît ses qualités d’entraîneur. Ça peut peser dans la balance, forcément, quand vous savez qu’un coach arrive avec des principes de jeu tels que les siens, ça peut être plaisant de jouer sous ses ordres », a déclaré le latéral droit lors d’une conférence de presse avec les Bleus pendant l’Euro 2024.

Avec De Zerbi, l’OM aura certainement de grandes ambitions. « Ce qu’on cherche maintenant, c’est de commencer un cycle, avait expliqué le président marseillais Pablo Longoria en fin de saison passée. De commencer avec la stabilité, de commencer avec quelque chose qui soit plus cohérent que ce qu’on a vu sur le terrain cette saison ».

Le public du Vélodrome, vraiment pas gâté par le niveau de jeu ces derniers mois, espère découvrir le football ambitieux et spectaculaire de celui qui s’est attiré les compliments des plus grands. Comme de Pep Guardiola qui avait déclaré il y a un an : « De Zerbi est l’un des managers les plus influents de ces 20 dernières années ». Les supporteurs marseillais ne demandent qu’à s’enflammer !

La statue de Bernard Tapie inaugurée avant le Classico contre le PSG

Décédé il y a trois ans, l’ancien emblématique président de l’OM aura bientôt sa statue sur le parvis du stade Vélodrome. Bernard Tapie avec la coupe aux grandes oreilles dans les bras, porté en triomphe par Deschamps, Barthez, Boli, Sauzée, Desailly et Di Meco, voilà à quoi ressemble la statue en bronze à l’effigie de l’ancien big boss de l’OM et réalisée par l’artiste Joël Vergne. Le projet a coûté 250 000 euros, il a abouti grâce à une cagnotte lancée par son fils Laurent.

Laurent Tapie a confié ici espérer que cette statue transcende les joueurs de l’OM : « Pour moi, c’est une des fonctions de cette statue est de dire, « on n’est pas n’importe quel club, on est l’Olympique de Marseille ».

Il n’y a aucun autre club en France qui peut avoir un tel monument. Et ça, avant chaque match, il faut que les supporteurs s’en souviennent, à chaque fois que les joueurs entrent sur la pelouse, il faut qu’ils s’en souviennent» . La statue sera officiellement inaugurée en marge d’OM-PSG le 27 octobre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi