jeudi 23 mai 2024

Vlahovic le miroir de Zlatan Ibrahimovic

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Après avoir cédé aux charmes de Higuain puis de CR7, la Juve a remis ça cet hiver en recrutant à prix d’or le prometteur buteur serbe, Vlahovic arraché à la Fiorentina pour plus de 80 M€.

L’augmentation de capital effectuée par le club piémontais l’été dernier aura donc servi aussi à ça. Des 400 M€ injectés par les actionnaires de la Juve pour « maintenir la compétitivité sportive et l’accroissement de la visibilité de la marque Juventus », 150 auront rapidement été alloués au renforcement de sa force de frappe offensive car aux 80 M€ d’indemnité de transferts s’ajoutent 15 M€ de commissions aux intermédiaires, ainsi que ses quatre années et demi de contrat avec un salaire de 7 M€ par an.

L’effort est gigantesque, il démontre une forte volonté de la Juve de revenir dans le match après deux éliminations peu glorieuses en huitièmes de finale de la Ligue des Champions par Lyon et le FC Porto, son dernier fait de gloire remontant à la finale perdue de 2017 face au Real (1-4).

Devancés par les deux Milan et Bergame la saison passée en Serie A, les Bianconeri étaient largués au début de l’année par les deux mêmes, Naples remplaçant l’Atalanta sur un podium que les coéquipiers de Rabiot auront du mal à aller chercher.

La Juve sacrifie Dybala

Exit Dybala ou Morata, tous les deux plus ou moins sur le départ et qui ne sont pas parvenus à faire oublier le départ de Ronaldo, le rigoriste Allegri va devoir bâtir un système pour alimenter un joueur qui, du haut de son mètre quatre-vingt dix, vient d’inscrire 38 buts en deux exercices (58 matches de championnat) avec la Viola et en avait déjà planté 20 de plus cette saison à cheval entre ses deux clubs.

Ses 22 ans ne disent pas grandchose de l’expérience qu’il a déjà. Passé pro à 15 ans au Partizan de Belgrade (il détient le record de précocité pour un joueur du club en D1, à 16 ans), il n’avait que 17 ans quand la Fiorentina l’a acheté pour un peu plus de 1M€ et 18ansquand il a découvert la Serie A en 2018.

Depuis, sa trajectoire ne cesse de grimper au firmament des grands attaquants du Calcio dont il est devenu un membre à part entière le 19 décembre 2021 quand, en atteignant la barre des 33 buts en 42 matches sur l’année 2021, il égalait le record de Cristiano Ronaldo (qui lui avait aussi mis 33 buts en 2020, mais en 29 matches !), le seul avant lui à avoir atteint ce score depuis 1960 !

Face à ces stats, c’est peu de dire que la Juventus attend beaucoup de lui dans sa volonté de suivre le rythme effréné des meilleurs clubs anglais, du PSG, du Bayern, du Real ou du Barça.

« Il va faire mal ! »  

Son but à Villarreal pour le premier match de Ligue des Champions de sa jeune carrière, dès la première minute de jeu (1-1), à la réception d’un long ballon en profondeur, qu’il contrôle de la poitrine entre deux défenseurs avant un tir croisé de toute beauté témoigne d’un bagage technique et physique digne des plus grands… qui n’est pas sans rappeler un autre ancien Bianconeri, David Trezeguet.

« Il est à la fois puissant et très habile avec le ballon dans les pieds, nous dit l’ancien Interiste, Benoit Cauet. Ce qu’il a déjà fait avec la Fiorentina à son âge est le gage qu’il a une marge de progression énorme qui peut l’amener très haut. Si la Juve parvient à l’alimenter, il va faire mal parce que dès qu’il a un ballon dans la surface, il est dangereux, dans n’importe quelle position, de volée, en pivot, de la tête… Il a tout l’arsenal du buteur moderne. Et en plus, je crois savoir qu’il a un gros mental, qu’il ne doute pas. »

Vlahovic, un profil puissant, rapide et technique 

Arrivé au sport par le basket, ses déplacements dans la zone de vérité, ses capacités à se retourner rapidement, à se situer toujours parfaitement pour se mettre en position de frappe, renvoient au travail d’un pivot sous les paniers. Sûr de lui et de son talent, il puise aussi sa force dans une grande confiance qu’il alimente en se comparant souvent à un certain Ibrahimovic.

« Je suis le Zlatan de Belgrade, je vais jouer pour les meilleures équipes du monde »  ne cessait-il de répéter à ses formateurs du Partizan. Il y a quelques années, pour l’encourager, son aîné d’origine serbe également lui avait dédicacé un maillot à son nom… qu’il garde précieusement depuis.

Couvé par Ribéry à la Fiorentina, qui disait de son jeune coéquipier au moment de rejoindre la Salernitana :

« Il était comme un petit frère, avec une bonne mentalité. Quand il a traversé des moments difficiles, nous avons beaucoup parlé tous les deux sur la façon de travailler, de se comporter. Je suis content de sa réussite parce que c’est quelqu’un de bien. »  

Quelqu’un qu’on retrouvera aussi au Qatar en fin d’année, car Dusan a aussi déjà marqué son temps dans la qualification de la Serbie grâce une victoire historique qui avait des allures de passage de témoin sur les terres de Cristiano Ronaldo, au Portugal…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi