jeudi 23 mars 2023

Warren Barguil (Arkéa-Samsic) : « Marquer des points pour monter en World Tour »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le Morbihannais Warren Barguil ne cache pas que son équipe, qui joue la montée en World Tour, ne devra pas se manquer lors de cette 109ème édition du Tour de France.

Quel est votre ressenti concernant vos premiers mois de course en 2022 ?

C’est un bon début de saison pour moi ainsi que pour l’équipe. J’en suis satisfait. Vous avez pas mal changé vos habitudes en termes de programmation de courses cette année. Pourquoi ? Car il faut du changement (sourire). Il fallait bouger le curseur et voir autre chose. En concertation avec l’équipe, on a beaucoup discuté. Tout le monde s’accordait vraiment à dire qu’il fallait que je modifie ma programmation afin d’impulser un nouvel élan.

Avez-vous senti une différence ?

Je suis comme un petit jeunot. Découvrir de nouvelles courses, de nouveaux paysages, de nouvelles régions de pays, est toujours plaisant. Cela a changé pas mal de choses. C’était top. J’ai beaucoup couru aussi contrairement aux années précédentes.

Vos objectifs arrivent habituellement plus tard dans la saison. Quels sont-ils précisément cette année ?

Déjà d’être performant sur le Tour de France. Pour moi et l’équipe. Après le Tour de France, je me sens habituellement assez bien aussi. Il va y avoir la Classique à Saint-Sébastien, Plouay à côté de la maison, l’Artic Race of Norway. Donc d’autres courses importantes avec le Tour bien évidemment.

Warren Barguil heureux de ses victoires d’étape

Justement, sur le Tour de France, quelle est votre ambition personnelle ?

Je vais chasser les victoires d’étapes. Concernant le classement général, il sera axé autour de Nairo Quintana.

Comment trouvez-vous le tracé du Tour de France cette année ?

Il va y avoir l’étape pavée (5ème étape entre Lille-Métropole et Arenberg Porte du Hainaut, 6 juillet, Ndlr), qui va changer. Le passage par le Danemark devrait donner lieu à une belle étape à bordures (2ème étape entre Roskilde et Nyborg, le 2 juillet, Ndlr). Ce sera notamment un changement notoire par rapport à l’édition de l’an passé.

A 30 ans, votre palmarès actuel correspond-il à ce que vous attendiez de votre carrière ?

(Embarrassé) Oui en fonction de ce que j’attendais de moi. Mais je n’aurais jamais imaginé que j’allais gagner des étapes sur des grands Tours (2 sur le Tour de France, 2 sur la Vuelta, Ndlr). Je ne me voyais pas non plus devenir champion de France un jour (en 2019, Ndlr). C’est un palmarès rêvé. J’espère encore toutefois y ajouter quelques lignes. Ce serait notamment super de gagner une étape sur le Giro pour compléter mes victoires sur tous les grands tours.

Pourquoi n’avoir pas essayé cette année ?

Un choix de toute l’équipe a été fait. Je le respecte totalement pour accéder à la montée en division supérieure. L’équipe a préféré ne pas courir après toutes les courses et plutôt se concentrer sur le Tour de France et la Vuelta. C’est déjà un riche programme ! J’espère que ce choix s’avérera payant en fin d’année.

« La blessure de Nacer (Bouhanni) est un gros coup dur »

Serez-vous coureur chez Arkéa Samsic la saison prochaine ?

Oui, oui normalement j’y suis. Je suis sous contrat avec l’équipe encore pendant un an.

Continuer dans cette équipe est-il uniquement conditionné par le fait qu’elle évolue en World Tour en 2023 ?

Oui et non (sourire). Mais je ne me place pas dans cette optique, à savoir que l’équipe ne parvienne pas à atteindre son objectif. Je veux surtout garder à l’esprit qu’on va réussir cela tous ensemble. On est sur une bonne dynamique. On ne doit pas faiblir. Malheureusement, on a pas mal de blessés. En plus, ce sont des coureurs qui inscrivaient beaucoup de points. J’espère que cela va aller mieux rapidement.

Pour finir, pourquoi ce Tour de France est si important pour votre équipe ?

Il l’est pour plusieurs raisons. A terme, on vise cette accession en division supérieure. Bien courir sur le Tour de France est également primordial pour nos sponsors. Malheureusement, je crains que Nacer (Bouhanni) ne soit suffisamment remis de sa blessure pour le départ du Tour (lourde chute sur le Tour de Turquie, Ndlr). C’est un gros coup dur pour l’équipe.

Le passé a démontré qu’il pouvait être fort. Il n’a vraiment pas eu de chance sur ce coup-là. Les attentions risquent d’être centrées sur Nairo et moi. Car malheureusement, on a perdu aussi Elie (Gesbert, Ndlr), blessé (fracture de la hanche sur Liège-Bastogne-Liège, Ndlr). Il aurait pu jouer également un rôle en montagne.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi