vendredi 14 juin 2024

Wissam Ben Yedder fait de la résistance

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

Dans l’ombre des stars du PSG et d’ailleurs, l’ancien international de futsal Wissam Ben Yedder est le seul joueur du championnat à suivre cette saison encore le rythme de Mbappé tout en haut du classement des buteurs. Il fait même mieux.

Alain Casanova : « Un talent brut qui a beaucoup bossé »

« Pour Wissam, l’adaptation du haut niveau a été difficile. Il ne savait pas ce que sous entendait le métier de footballeur professionnel et il lui a fallu une bonne année avant d’en prendre conscience. Même plus. On a eu plusieurs fois des conflits autour de sa ponctualité…

Il arrivait souvent en retard. Mais, à partir du moment où il a pris le pli, il a été d’une grande exigence vis-à-vis de lui-même, d’une grande précision dans tout ce qu’il entreprenait pour aller vers la meilleure performance possible. A partir de là, on voit la carrière qu’il fait. A la base, il avait un talent pur, il y a ajouté le travail et le sérieux, une énorme détermination à réussir.

Il a su se remettre en question et assimiler tout ce qu’il lui faudrait faire pour être au niveau. A l’entraînement, j’ai rarement vu des joueurs aussi concentrés et motivés pour réaliser les gestes justes, progresser, s’améliorer. C’est un joueur remarquable qui ne lâche jamais rien sur un terrain.

Un battant avec des qualités de finisseur exceptionnelles qu’il démontre depuis longtemps au très haut niveau, avec nous à Toulouse, mais aussi en Ligue des Champions à Séville, à Monaco, et en équipe de France où la concurrence est tellement énorme que, forcément, il a moins de temps de jeu. Mais je sais qu’il n’abandonnera pas parce que ça fait partie de son ADN : ne rien lâcher. »  

Il l’a lancé au TFC

Stéphane Guivarc’h : « Il me fait penser à Delio Onnis »

« Wissam Ben Yedder n’est pas resté en tête du classement des buteurs par hasard. Quand on est dans une équipe comme Monaco, qui ne domine pas son sujet cette saison, et qu’on rivalise quand même avec un Mbappé qui profite autour de lui de beaucoup plus de talents pour le mettre dans les meilleures dispositions, c’est qu’on a de sacrées qualités de finisseur.

Ben Yedder est un vrai buteur, presque à l’ancienne car, même s’il aime participer au jeu, son domaine de prédilection reste la surface de réparation. Dans cette zone de vérité, il est redoutable. Il me fait penser à Delio Onnis, qui avait la même capacité à pousser le ballon au fond dans n’importe quelle position.

On sent qu’il est à l’aise techniquement et que sa formation dans le futsal lui offre aujourd’hui une large palette, des deux pieds, mais aussi de la tête, alors qu’il n’a pas un grand gabarit, parce qu’il sent très bien le jeu et saisit les bonnes trajectoires.

Sa capacité à conserver le ballon est aussi précieuse, pour faire rebondir le jeu et trouver d’autres espaces. Parce qu’il vient de loin, avec un parcours un peu atypique, il a su se forger un gros mental, et je pense que c’est une de ses forces.

Pour s’imposer à Toulouse, aller chercher un autre défi à Séville, y réussir à marquer tout le temps des buts importants, jusqu’en Ligue des Champions, et maintenant revenir à Monaco, porter le brassard de capitaine, et être international, c’est costaud !

De là à imaginer le voir titulaire avec les Bleus, il y a un pas que je ne lui vois pas franchir, avec la concurrence de Benzema et de Mbappé, mais s’il sait être patient, il a du temps de jeu à prendre en complément et en joker de luxe pour débloquer des situations.

Il peut notamment être intéressant dans le jeu court lorsque l’équipe domine et bute sur des défenses renforcées. Lui est capable de conserver le ballon dos au but, de se retourner rapidement, de trouver des décalages. C’est une option intéressante dans les petits espaces. »  

L’avant-centre des champions du monde 1998

Eric Roy : « Ben Yedder, pas le prototype de l’attaquant moderne »  

« En préparant le match européen de Monaco face à Braga que j’ai commenté, je me suis surpris à découvrir que Wissam allait encore une fois marquer plus d’une vingtaine de buts cette saison. Ce sentiment illustre d’après moi l’image sous cotée qu’il renvoie dans le grand public, mais aussi auprès des spécialistes.

Parce qu’il ne recherche pas la lumière, qu’il est d’un tempérament plutôt introverti, qu’il n’a pas dans son profil de joueur une qualité dominante et spectaculaire, comme la vitesse, la puissance, ou la technique pure, quelque chose qui pourrait marquer les esprits, Ben Yedder est certainement sous-estimé par rapport à ses statistiques qui, elles, sont exceptionnelles.

Il ne correspond pas au prototype de l’attaquant moderne, il n’est pas impressionnant, mais, au final, on s’aperçoit qu’il marque ou fait marquer, parce qu’il fait preuve de beaucoup de justesse dans ses choix, dans ses gestes techniques, avec une grande vivacité dans les premiers appuis pour faire des différences.

Ben Yedder est un joueur de surface comme pouvait l’être Delio Onnis, que mon père, ancien joueur de Monaco, m’amenait voir à Louis II quand j’étais gamin. Il a le même flair, en étant très fort quand l’équipe domine pour exister dans les petits espaces, au coeur des défenses regroupées.

Dans ce registre, il est quelque part le joker idéal en équipe de France où la concurrence est tellement forte qu’il n’a jamais eu la possibilité de s’y exprimer avec un autre statut. »

Consultant RMC, France Télévisions

Marc Libbra : « Ben Yedder a toujours été sous-estimé »

« Wissam fait partie de ces joueurs qui, comme beaucoup de joueurs brésiliens, a été formé au futsal pour y bâtir un profil de joueurs très intéressant qui, dans la durée, parvient à mettre une vingtaine de buts toutes les saisons. Au-delà de tout, c’est un redoutable buteur, capable de mettre des buts de folie et de faire jouer également ses partenaires.

Ceci-dit, je pense qu’il est aussi un des attaquants européens les plus sous-estimés. Je l’ai découvert à Toulouse à ses débuts où son parcours laissait pas mal de gens sceptiques. Et finalement ce scepticisme l’a accompagné toute sa carrière, encore aujourd’hui, et n’a pas été aidé par des circonstances qui lui ont été défavorables.

En équipe de France, il n’a que 16 sélections et deux petits buts ! Pour un buteur de son calibre, c’est une misère, qui s’explique en raison de la concurrence.

Il a d’abord eu Gignac, puis Giroud, puis Benzema, puis Mbappé devant lui… comme si ce n’était jamais son tour, toujours celui des autres. Sans anticiper sur ce qui se passera à l’avenir, avec la Coupe du monde, il a pour le moment un bilan très bon en club avec un bémol au niveau international où il n’est jamais parvenu à s’imposer dans la peau d’un numéro 1.

Son registre de jeu lui permet aussi d’être une sorte de joker de luxe, capable d’exister dans les petits espaces et de faire des différences balle aux pieds dans la surface, avec le même positionnement que Giroud, dans un registre forcément différent, mais toujours derrière les titulaires.

Il réalise néanmoins une grande carrière, mais pour qu’elle soit exceptionnelle il lui aurait fallu un coup de pouce du destin, être au bon endroit, au meilleur moment. Peut-être à l’horizon 2022… »  

Consultant L’Equipe TV

François Moubandje : « J’ai tout de suite senti qu’il avait quelque chose de spécial »

« La première fois que j’ai vu Wissam, à mon arrivée à Toulouse en 2013, je ne le connaissais pas, je ne savais pas notamment qu’il venait du futsal. J’ai tout de suite senti qu’il avait quelque chose de spécial qui lui venait de cette pratique.

Techniquement, il était impressionnant, et surtout hyper adroit devant les buts, capable de marquer dans n’importe quelle position. C’est sa grande force. Vous lui donnez un ballon dans la surface, vous êtes certain qu’il parviendra à frapper au but et à marquer une fois sur deux.

Le voir être appelé en équipe de France n’a pas été une surprise. Il était déjà avec les Espoirs, et même s’il avait eu des problèmes de discipline avec quelques joueurs, je savais qu’il avait des ressources pour rebondir et passer à autre chose.

Partout où il passe, il finit meilleur buteur de son club, à Toulouse, Séville, Monaco… ce n’est pas un hasard. Avant qu’il parte à Séville, lorsqu’il était au TFC, il avait eu des contacts avec le Barça, Je l’aurais bien vu là-bas, son jeu s’y prête bien.

Nous avons en commun d’avoir connu des moments difficiles à Toulouse, des périodes où on ne jouait pas beaucoup. On s’est soutenus moralement et, depuis, nous n’avons jamais perdu le contact. On s’est toujours bien entendus tous les deux. Il peut être fier de sa carrière, de la manière avec laquelle il la gère, de ce qu’il dégage, de l’homme qu’il est devenu.

C’est quelqu’un de sérieux, très pro, un gros bosseur qui intériorise pas mal de choses, mais qui a fait des progrès dans sa communication avec la presse. Je l’ai aussi un peu chambré parce qu’il a maintenant le brassard de capitaine. Il a mûri et a pris conscience qu’il avait un rôle à assumer auprès des jeunes pour transmettre ses valeurs.

Je sais qu’il prend ce nouveau rôle très à coeur. En fait, on se ressemble un peu tous les deux, avec des caractères renfermés, réservés, mais qui ne demandent qu’à s’ouvrir. Il faut qu’il se sente en confiance pour se livrer.

A 31 ans, comme il est arrivé assez tard dans le milieu, il est loin d’avoir tout donné. Son style de jeu atypique lui offre aussi la possibilité, je pense, de pouvoir être efficace pendant longtemps, jusqu’à 35-36 ans. Il va continuer à faire mal à pas mal de défenses ! »  

L’international suisse l’a côtoyé à Toulouse

L’info en plus

Racontée par Alain Casanova dans l’émission Vestiaires sur RMC Sports, l’anecdote témoigne des difficultés de Wissam au début de sa carrière à Toulouse : « Il est arrivé en retard lors de son premier entraînement avec les pros. A 8h, il était encore dans le lit de son hôtel. Je lui ai mis le compte dès le premier jour en lui disant qu’il ne fallait pas que ça se reproduise. Le lendemain, il n’était toujours pas au rendez-vous à 8h, encore en retard ! »  Heureusement, le troisième jour, Ben Yedder a étéplus ponctuel…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi