samedi 2 décembre 2023

XV de France : pourquoi Laurent Cabannes n’était pas un joueur comme les autres

À lire

Laurent Cabannes était un joueur imprévisible et un garçon à fleur de peau. Malgré son côté décalé, il s’intégrait bien dans chacune de ses équipes et il a mené à bien une belle carrière avec des titres à la clé.

La carrière de Laurent Cabannes (49 sélections) résume assez bien le caractère du garçon. Le 3 n’aimait pas la routine, regrettait lors des déplacements de ne pas pouvoir visiter les villes et aimait découvrir de nouvelles cultures. En jouant en Angleterre et en Afrique du Sud en plus de la France, il a pu assouvir sa soif de découvertes.

À LIRE AUSSI : votre mag spécial Coupe du Monde de rugby 2023

Sur le terrain, ce joueur formé à la Section Paloise était imprévisible, un régal pour les supporteurs, un cauchemar pour les adversaires. Il prenait des libertés et il n’était pas rare de le voir débouler plein axe après avoir récupéré le ballon derrière la mêlée.

En 1986, Robert Paparemborde l’amène avec lui au Racing. Il était à la recherche d’un nouveau challenge, il y restera dix ans. Une éternité pour un garçon épris de liberté. Au Racing, c’est l’époque du showbiz, il trouve au club des coéquipiers aussi imprévisibles que lui.

En deux saisons, Laurent Cabannes est adopté par les Anglais

Sa progression est ralentie par un accident de voiture mais, à force de courage et de ténacité, il surmonte cette épreuve et apparaît dans le groupe alors qu’il aurait pu ne jamais revenir. Il devient champion de France avec le Racing en 1990, le showbiz a triomphé. Vainqueur du Tournoi des Six Nations en 1993, troisième de la Coupe du Monde 1995, il en profite pour signer quelques semaines avec la Western Province.

Il dispute la Curry Cup, revient transformé de son séjour en Afrique du Sud puis revient en France provisoirement puisqu’il signe aux Harlequins. En deux saisons, il est adopté par les Anglais qui ne l’appréciaient pas trop quand il jouait contre eux.

Mais en Angleterre on aime les joueurs qui se battent, qui donnent tout sur un terrain sans calculer. Ils aiment aussi son jeu désordonné, son activité incessante. En 1999, après une dernière pige à Richmond, il prend sa retraite et se détache du rugby. Il prend enfin sa liberté, une liberté après laquelle il a longtemps couru.

Le chiffre : 1

Dans les années 80-90, les joueurs français s’exportaient plus qu’aujourd’hui. S’ils choisissaient majoritairement de rejoindre les Sharks, Laurent Cabannes lui avait opté pour la Western Province après le Mondial 1995. Il est le seul avec Fabien Galthié à avoir rejoint la Western Province et a été le premier joueur à porter le maillot bleu alors qu’il évoluait à l’étranger.

Le saviez-vous ?

Laurent Cabannes a évité un drame qui aurait pu mettre un terme à sa carrière. En 1988, le lendemain de Noël, il est passager d’une voiture qui percute un arbre. Il s’en sort avec des fractures et mettra dix-huit mois avant de pouvoir courir de nouveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi