jeudi 25 juillet 2024

À l’ASM, le changement, c’est maintenant !

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Les résultats frustrants de cette fin de saison démontrent encore que des améliorations sont à apporter au sein de la maison clerse de l’ASM pour retrouver un rang plus conforme à ses ambitions.

L’issue de la saison a été cruelle pour ClerOmnisports, le centre de formation entre les deux, mont. En demi-finales de Challenge Cup le et l’ASM Romagnat pour « qu’il y ait un seul et 4 mai, les Sharks ont battu d’un malheureux unique projet de jeu des jeunes aux pros. Qu’en point les Auvergnats (31-32). En Top 14 encore à un point près, les phases finales leur sont passées sous le nez.

Au final, un 8ème rang, un objectif en dessous des attentes même si l’ASM retrouvera la Champions Cup la saison prochaine. Lors de la conférence de presse de fin de saison, le président clermontois Jean-Claude Pats a résumé la situation avec lucidité :

« Si près, si loin. Un point, ce n’est rien et c’est beaucoup. Ce point manquant est sans doute le résultat aussi d’un certain nombre de choses. Maintenant, l’ambition reste toujours la même ; ramener le club au niveau qui doit être le sien le plus rapidement possible ».

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby dans votre mag

La 8ème place, l’échec de l’ASM

Comment ? En oeuvrant sur certains chantiers importants et nombreux : « Cela passe par la performance sportive, mais pas que, a prévenu le président. Un club qui ne dépend que de sa performance sportive générée à court terme est fragile. En parallèle, avec toutes les équipes du club, on s’est engagés dans de vastes chantiers pour redonner un équilibre financier à ce club qui n’existait plus l’année dernière. »

« Le club était techniquement en faillite. Cette année, nous serons encore en déficit. Il y a beaucoup de travail à fournir. Néanmoins, désormais tout ce qui est engagé donne des fruits. On est très optimistes quant à notre capacité à arriver à l’équilibre l’année prochaine. C’est une excellente nouvelle. C’est fondamental pour assurer la pérennité du club sur le moyen et le long terme. Il ne faut surtout pas opposer le sportif à l’économique. Les deux secteurs sont étroitement liés. »

L’autre point crucial est de construire ce fameux projet « One ASM ». Il va aligner et fédérer de manière encore plus forte toutes les forces vives existantes en Auvergne autour du rugby. Les clubs les plus performants ont déjà pris ce chemin depuis 4, 5, 6 ans ».

Si le constat est sans concession, le plan d’action s’annonce ambitieux. Pour ramener l’ASM vers les sommets et ce même si tout n’est pas à jeter, Pats s’en est d’ailleurs expliqué sur le site La Montagne.fr. Il évoque « un voyage au long cours » qu’il évalue à trois ans, s’articulant sur trois chantiers majeurs avec comme projet n°1 la fondation d’une cité du rugby à Clermont.

Mais ce projet de cité du rugby « One ASM », c’est quoi concrètement ? L’objectif est déjà de réunir toutes les forces vives avec la même philosophie, des pros de l’ASMCA, la section rugby de l’ASM termes d’éducation, on définisse des valeurs communes qu’on retrouve partout. On va construire un seul écosystème piloté par l’ASMCA. Nous allons créer un endroit qu’on a baptisé la cité du rugby dans laquelle l’ensemble des forces vives existantes à Clermont autour de celles du rugby se retrouvent ».

« Ramener le club au niveau qui doit être le sien le plus rapidement possible »

La thématique du modèle économique est également forcément un enjeu majeur pour ne plus dépendre des résultats sportifs et pour mieux absorber les aléas du terrain. Comme le précise le patron de l’ASM, « l’ASM doit être un club qui repose sur un modèle économique profitable, capable d’amortir les bas de cycles. On a aussi repris le contrôle de nos boutiques depuis cette saison et on s’en réjouit car on a constaté une très forte augmentation de notre chiffre d’affaires grâce à des produits plus attractifs qui plaisent à tout le monde ».

Autre élément crucial, le stade Michelin va devenir propriété pleine et entière de l’ASM d’ici à la fin de l’année : « Il y a déjà de l’événementiel, mais quand on se compare à quelques clubs très en pointe dans ce domaine, on sait qu’on a une marge de progression importante ». Et Pats de conclure avec philosophie :

« On ne fait que passer, la seule chose qui reste, c’est le club. On est tous au service du club. Tout ce qu’on fait doit être bon pour le club. On doit être solidaires et exemplaires ». La dernière fois que Clermont a été champion de France, c’était en 2017. Ce temps est déjà bien loin. Cependant, pour espérer retrouver de sa superbe, l’ASM va absolument devoir jouer la carte de la solidarité et faire cause commune. « One ASM » doit rendre à nouveau ces Jaunards uniques !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi