lundi 4 mars 2024

Aymeric Luc : « Je regarde désormais vers le haut avec Toulon »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Héros malheureux du barrage contre Biarritz en ratant son tir au but en prolongations, l’ailier de Bayonne Aymeric Luc (23 ans) s’est engagé pour trois ans avec le RC Toulon.

En passant de Bayonne à Toulon, avez-vous le sentiment de changer de dimension ?

Ça n’a rien à voir, ne serait-ce qu’au niveau des infrastructures, avec un centre d’entraînement flambant neuf et du matériel de haute qualité. La qualité des joueurs n’est pas non plus la même. C’est une autre dimension, avec des internationaux de toutes les nationalités, ce qui permet de progresser au quotidien.

Qu’avez-vous ressenti en portant pour la première fois le maillot du RCT après n’avoir connu que Bayonne depuis les benjamins ?

(sourire) Ça m’a fait bizarre de voir ce logo, mais je m’y suis vite fait. C’est une nouvelle aventure qui commence, une chance énorme de changer de dimension. Je n’y crois pas trop encore ! Je ne pensais pas jouer un jour et aussi vite dans un club comme Toulon.

Aymeric Luc comme Toulon revanchard

Pau, Toulouse et l’UBB étaient aussi sur vous. Pourquoi avoir opté, au final, pour Toulon ?

J’ai discuté avec Patrice Collazo. Le discours qu’il m’a tenu était très motivant. Le club est très revanchard après deux années compliquées. Il veut retrouver la Champions Cup.

Le RCT fait-il toujours rêver alors qu’il n’a plus gagné de titre depuis 2015 ?

C’est un club qui fait rêver, qui possède un gros palmarès, qui a même réussi le doublé championnat-Coupe d’Europe une année (en 2014, Ndlr), ce qui est rare. Ça donne très envie de jouer pour cette équipe ! Je jouais depuis deux ans le maintien. A Toulon, je vais pouvoir regarder vers le haut.

« Dans le sport de haut niveau, il faut vite basculer »  

Avez-vous digéré ce tir au but raté contre Biarritz qui a envoyé Bayonne en Pro D2 ?

Oui, il est digéré et il a d’ailleurs été vite digéré malgré l’ampleur du choc. Dans le sport de haut niveau, il faut vite basculer. J’ai tourné la page et je suis passé à autre chose. Je ne vais pas cacher que la semaine suivant ce match a été très compliquée, mais j’ai été soutenu par mes proches.

Etes-vous prêt à tirer de nouveau une pénalité ?

Oui, en revanche je ferais les choses autrement et je me préparerais. Je n’hésite d’ailleurs pas à frapper des pénalités en fin d’entraînement dans les 22, en face des poteaux. Ça me servira peut-être de nouveau un jour…

Vous sortez d’une saison à 10 essais. Visez-vous un peu plus haut cette saison ?

J’ai eu la chance d’en marquer 10, mais beaucoup sont la conséquence d’un beau mouvement collectif ou d’une belle passe. Le plus important,

c’est de réaliser une saison cohérente. Quand on arrive dans un club comme Toulon, il vaut mieux se concentrer sur autre chose que les stats ou les records.

Retrouvez la version longue de cet entretien, dans Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi