lundi 27 mai 2024

Basket : à Nancy, le basket a supplanté le football

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le président du Club des Supporteurs du SLUC Nancy Basket fondé le 1er octobre 1992 Jean-Pierre Stouvenel espère que le club, premier en termes d’affluence à mi-saison (5763 spectateurs, taux de remplissage de 96%) restera dans l’élite.

Pouvez-vous nous présenter votre club de supporteurs ?

Nous sommes actuellement une centaine d’adhérents après être descendus à une quarantaine. Dans la meilleure période du club, on a été environ 300. C’était l’un des plus gros clubs de supporteurs en France. J’ai repris la présidence il y a trois ans et demi. Cela n’a pas été simple. Avec la descente en Pro B, pendant cinq saisons il y a eu une dégringolade au niveau des adhérents. On n’a donc pas été mécontents de remonter en Betclic Elite.

Quels sont vos rapports avec le club ?

En comparaison avec d’autres sports, on a un relationnel assez proche avec les joueurs. Ils ne se prennent pas pour des stars. On a déjà fait des restaurants avec eux.

Etes-vous inquiet pour la fin de saison ?

Vu le jeu proposé, j’espère qu’on va s’en sortir.

Qui est le chouchou des supporteurs ?

Il y en a plusieurs. Stéphane (Gombauld, Ndlr) notamment. Il est sobre et impressionnant. Il nous surprend. Contre Boulogne-Levallois et le phénomène Victor (Wembanyama, Ndlr), il a crevé l’écran (co-meilleur marqueur de la rencontre avec 25 points, Ndlr). Et ce même si on a perdu (93-87, Ndlr).

« A Nancy, le basket a supplanté le foot ! »

A Nancy, malgré les difficultés, l’équipe de basket a-t-elle supplanté celle de football ?

En l’état clairement ! En fonction de celui de l’ASNL (l’équipe de football évolue en National, Ndlr), le public du SLUC en tire une part de bénéfice. On a remarqué aussi que des gens qui étaient partis du basket sont revenus quand on est remontés. Pourvu qu’on reste en Betclic !

Nancy est une place forte. Il y a du potentiel. Sur certains matches, on tourne à plus de 6000 personnes. Après, c’est au bon vouloir de la Métropole pour une autre salle (sourire). Pour qu’un jour on ait une meilleure salle encore que l’équipe mérite, il faudrait qu’on se maintienne. A un moment, il y avait un projet du côté de Tomblaine, mais je ne sais pas ce qu’il en est. Pour l’instant, on partage la salle avec le handball et tout ce que cela impose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi