samedi 2 mars 2024

Blair Kinghorn (Stade Toulousain), l’Ecossais qui défie les pronostics

À lire

Remplaçant de Melvyn Jaminet parti à Toulon, Blair Kinghorn a été propulsé titulaire à l’arrière dès son arrivée. Et l’international écossais ne déçoit pas.

Blair Kinghorn a le don de surprendre et pas seulement ses adversaires sur le terrain. Annoncé avec insistance au RC Toulon, l’international écossais a atterri… à Toulouse le lundi et a marqué un doublé le samedi suivant face à Cardiff en Coupe d’Europe. Le transfert a été express puisqu’il s’est bouclé en quinze jours, l’adaptation l’a été tout autant pour ce joueur de 26 ans qui n’avait connu jusque-là qu’un seul club, Edimbourg.

Steven Donn, spécialiste du rugby écossais au Daily Mail, a lui aussi été surpris par ce transfert : « Blair Kinghorn a les qualités pour jouer à ce niveau, dans ce club avec une grosse pression, mais j’ai quand même été surpris qu’il rejoigne un club aussi prestigieux. Il a mis du temps avant de devenir titulaire en sélection et le risque c’est qu’il ait moins de temps de jeu dans une équipe de Toulouse avec autant d’excellents joueurs. »

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du rugby dans votre mag

Le sélectionneur écossais voit en lui le successeur d’Hogg

Joueur polyvalent qui a déjà évolué à l’aile, à l’arrière ou à l’ouverture, son style de jeu est complètement différent de celui de Jaminet et correspond parfaitement aux standards toulousains :

« Il est très puissant, c’est un arrière qui aime relancer, jouer à la main. Au début de sa carrière, il était souvent ailier. Il marque des essais et a profité de ses entraînements avec Finn Russell en sélection pour travailler son jeu de passes, un jeu à l’instinct. Russell a aussi pu lui montrer comment on jouait en France. Pour le bien de l’Ecosse, j’espère qu’il sera utilisé en 15 avec Toulouse car le sélectionneur Gregor Townsend veut l’installer à ce poste et en faire le successeur de Stuart Hogg » explique encore Steven Donn avant d’ajouter :

 « Il est difficile de dire aujourd’hui quel est son meilleur poste. Quand Finn Russell était absent, le sélectionneur a testé Kinghorn en 10, ça n’a pas été un grand succès. Il aurait peut-être fallu qu’il y joue plus longtemps pour prendre ses marques, mais Russell est revenu et aujourd’hui c’est Ben Healy qui est son remplaçant. Je pense que c’est en 15 qu’il est meilleur, il aime attaquer de loin comme Capuozzo, mais il est peut-être un peu moins rapide. Il n’est pas buteur comme peut l’être Ramos. »

Entre le départ de Melvyn Jaminet et la longue blessure de Romain Ntamack, les dirigeants toulousains cherchaient un joueur capable de couvrir les postes de 10 et de 15. Mais le repositionnement de Thomas Ramos à l’ouverture est un succès et Kinghorn va certainement jouer le plus souvent à l’arrière pour le plus grand bonheur des Ecossais et de leur sélectionneur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi