samedi 26 novembre 2022

Bastien Faupala (son agent) :  « Jaminet et Toulouse sont faits l’un pour l’autre »

À lire

Nouvelle coqueluche du rugby français, Melvyn Jaminet change de catégorie en passant de Perpignan à Toulouse. Mais son agent, Bastien Faupala, n’est pas inquiet.

Melvyn avait-il d’autres contacts que le Stade Toulousain ? Un retour au RCT, qui doit aujourd’hui se mordre les doigts de l’avoir laissé filer, était-il par exemple envisageable ?

On avait d’autres contacts. Beaucoup de clubs le voulaient, principalement ceux qui sont dans le top 6/7 de Top 14. Pour la deuxième partie de la question, non, un retour au Rugby Club Toulonnais n’a jamais été envisagé.

A-t-il vraiment fait le bon choix avec Toulouse où la concurrence est très importante ?

De toute façon, quand vous jouez et quand vous intégrez un gros club, il y a de la concurrence partout. A Bordeaux, il y a Romain Buros, au Racing ça aurait pu être Max Spring, à Montpellier Anthony Bouthier… Il y a de la concurrence partout. Le jeu proposé par Toulouse qui est fait d’un jeu très aéré, très travaillé et ouvert, correspond au jeu de Melvyn. Pour faire simple, Toulouse correspond au jeu de Melvyn et Melvyn correspond au jeu de Toulouse, ils sont complémentaires.

Ça ne peut que matcher ! Melvyn a un excellent jeu au pied, tout le monde le sait, mais c’est surtout un gros relanceur, avec une grosse pointe de vitesse et d’accélération. Il faut savoir qu’avant Melvyn était 10, il ne jouait pas arrière. Il a occupé ce poste quand il a rejoint les pros à Perpignan. Depuis petit, il a toujours joué 10.

Melvyn Jaminet sans stress

Après le maintien obtenu avec Perpignan, place à un nouveau défi avec de potentiels titres majeurs avec Toulouse. Comment se sentil ?

Melvyn n’est pas quelqu’un qui stresse, c’est un gros bosseur et un amoureux du rugby. Peu importe le challenge qui l’attend, je sais qu’il répondra présent. C’est un petit peu sa marque de fabrique, il a toujours répondu présent dans les moments importants. En fin de saison dernière, il était blessé, il est revenu pour les phases finales et il a répondu présent.

Tout va très vite, comment le vit-il, arrive-t-il à garder les pieds sur terre ?

Oui. Melvyn, je l’ai connu à 18 ans, quand personne ne le connaissait. Aujourd’hui, il en a 23. Il a changé, grandi, évolué évidemment. Mais il n’a pas pris la grosse tête. C’est vrai que sa notoriété a explosé trop vite, c’est du jamais vu dans l’histoire du rugby professionnel. Ça l’a un petit peu bousculé qu’on parle de lui très fréquemment, à la télé, dans la presse, etc. A Perpignan, il était entouré de Mathieu Acébès, de Piula Faasalele, des leaders naturels. Si demain, il y a des jeunes joueurs, et je ne parle pas que de Melvyn, qui prennent le melon, ils vont vite le recadrer. Moi je le dis à Melvyn quand c’est bien, quand ce n’est pas bien. Il est très bien entouré par sa famille aussi. Son grand frère à Nevers, son petit frère. Melvyn est quelqu’un de très équilibré.

« Un retour à Toulon n’a jamais été envisagé »

Peut-on dire qu’il est aujourd’hui, avec Antoine Dupont, le joueur français qui a le plus la cote ?

Moi je suis l’agent de Melvyn, mais il existe un nouveau métier, c’est celui d’agent d’image (celui qui gère l’image du joueur, notamment avec les marques). On a été approché par plusieurs agents d’image et on a décidé d’en choisir un qui nous convenait le mieux. On l’a rencontré et fait signer un contrat pour qu’il puisse gérer l’image de Melvyn. Il nous a dit qu’en France, il y a trois joueurs qui sortent du lot : Antoine Dupont, évidemment, Romain Ntamack et le dernier c’est Melvyn Jaminet. Donc oui, Melvyn, avec Antoine et Romain fait partie des têtes d’affiche du rugby français en ce moment.

Qui est-il en dehors du terrain ?

Melvyn aime bien la mode. Il aime les marques comme Hugo Boss, Calvin Klein, etc. Je ne dis pas qu’il veut faire mannequin, mais c’est quelqu’un qui fait attention à ses habits. Il aime beaucoup jouer à la console avec ses amis comme Louis Carbonel par exemple. Je crois qu’ils jouent à Fifa ensemble en ce moment.

Auriez-vous une anecdote sur Melvyn, quelque chose que l’on ne sait pas ?

Pour avoir fait beaucoup de voiture avec lui, parfois on met la musique et je peux vous dire qu’il chante énormément. Malheureusement, ce n’est pas tout le temps très juste (rires).

Propos recueillis par Théo Loffroy

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi