jeudi 23 mai 2024

Carla Leite, la pépite du basket français : elle aussi, ne lui parlez pas d’âge…

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

A 20 ans, Carla Laeite, c’est l’une des pépites du basket français. Ses deux premières saisons en pro à Tarbes ont marqué les esprits. Elle découvrira l’Euroligue la saison prochaine avec Villeneuve d’Ascq et peut-être les JO dès cet été avant la WNBA (draftée en 9ème position par les Dallas Wings)… Entretien réalisé pour France Basket et Le Quotidien du Sport.

Quel regard portez-vous sur votre saison ?

Mon but était de confirmer ma première saison, ce qui est le cas, donc je suis plutôt satisfaite. Mon objectif était vraiment de partir de Tarbes en ayant laissé quelque chose, en permettant au TGB de jouer l’EuroCup la saison prochaine.

Quels sont désormais vos axes de progression ?

C’est surtout mon pourcentage aux tirs à 3 points qui n’est pas forcément très bon. Il faut que j’arrive à être plus juste dans ma prise de tirs. Je commence à travailler mon tir à mi-distance. C’est vraiment important et c’est une pièce maîtresse qui me manque en attaque.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du basket dans votre mag

« Il n’y a que Villeneuve d’Ascq qui m’intéressait »

La saison prochaine, vous jouerez à Villeneuve d’Ascq. Pourquoi ce choix ?

En France, c’était vraiment le club où je voulais jouer, celui qui m’attirait le plus. J’aime bien le jeu prôné par le coach Rachid Méziane. C’est incroyable ce qu’elles font

Comment expliquer que vous n’ayez pas percé à l’ASVEL ?

C’est un gros club avec beaucoup de moyens et beaucoup d’ambition. Il ne donne pas forcément une place aux jeunes. Je l’ai très bien compris. Même s’ils m’avaient proposé quelque chose, un contrat aspirant je crois, je savais très bien que si j’étais restée là-bas après mes trois années de centre de formation, je n’allais pas jouer ou du moins que quelques minutes par match et ce n’était pas ce qui m’intéressait. C’est pour ça que j’ai décidé de partir et d’aller à Tarbes.

Carla Leite adore la NBA féminine

Qui sont les joueuses ou les joueurs qui vous inspirent ?

Avant, je regardais beaucoup la NBA et j’aimais beaucoup Kyrie Irving. Maintenant, je regarde beaucoup plus le basket féminin et j’adore Kelsey Plum qui joue aux Aces à Las Vegas. J’adore son jeu et ce qu’elle est. En Euroligue, j’aime bien Kayla McBride (Fenerbahçe).

Parallèlement au basket poursuivez-vous des études ?

Je prends juste des cours d’Anglais deux fois par semaine parce que je ne suis pas très forte dans ce domaine et je veux vraiment progresser parce que c’est important pour ma carrière.

Qu’est-ce qui vous intéresse en dehors du basket ?

J’aime bien tout ce qui est travail manuel, genre les puzzles, les Lego. J’aime trop ! Sinon je regarde des films et des séries.

Vous parliez des JO. Espérez-vous en être ?

Aujourd’hui, c’est vraiment un objectif. Je pense que j’ai quelque chose à faire.

Sur votre saison, est-ce que ce serait une déception si vous n’étiez pas appelée ?

Bien sûr que j’aurais de la frustration et je serais déçue. Je suis la joueuse qui a le moins d’expérience à mon poste par rapport à Marine Fauthoux, Alix Duchet, Romane Bernies ou Leila Lacan. Peut-être que ça joue contre moi, mais j’espère néanmoins être appelée.

Votre jeune âge, 20 ans, et votre inexpérience n’est-ce pas un souci ?

Je n’aime pas trop quand on parle de mon âge et qu’on me dise que je ne peux pas faire ça parce que je suis jeune. C’est à moi de le prouver sur le terrain. Mon âge n’est pas un problème.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi