jeudi 20 juin 2024

Les favoris pour la Coupe du monde : la Nouvelle-Zélande avant la France ?

France - Nouvelle-Zélande (21h15)

À lire

Qui succèdera à l’Afrique du Sud ? Vingt équipes sont sur la ligne de départ de cette 10ème Coupe du monde. Elles n’ont pas toutes les qualités pour aller au bout, mais certaines pourraient surprendre. Petit tour d’horizon, avec Benjamin Kayser, quart de finaliste en 2015 et consultant TF1, des favoris, outsiders et des potentielles surprises de ce Mondial.

Les favoris : la France, l’Irlande, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande

C’est un quatuor qui semble se dégager pour le titre mondial. La France et l’Irlande sont favorites depuis de longs mois car les deux sélections enchainent les grosses performances et quand elles se rencontrent les matches sont toujours disputés et spectaculaires. En difficulté ces derniers mois, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud arrivent en forme au meilleur moment. Même si les champions du monde ont une équipe vieillissante et quelques cadres en difficulté physique comme leur capitaine Siya Kolisi, ils sont toujours dangereux en Coupe du monde, cette compétition les transcende.

À lire aussi : Le guide la Coupe du Monde

L’avis de Benjamin Kayser : « Les Néo-Zélandais ne doivent jamais être pris de haut. Ils sont toujours au top quand la compétition arrive. Ils ont pris un squad très expérimenté, de plus en plus efficace au fil des semaines comme par hasard.

L’Irlande est tout simplement la meilleure nation du monde. C’est une équipe qui se connait parfaitement. Elle est complète et, pour moi, c’est l’équipe la plus efficace. L’Afrique du Sud est la plus physique et pour aller au bout le physique est primordial, les Sud-Africains sont toujours parfaitement préparés et ils s’envoient physiquement lors des matches. Ils sont techniques, surpuissants et ont une énorme croyance en leurs forces, c’est un énorme prétendant. »

Outsiders

L’Ecosse fait figure du plus grand outsider, le plus dangereux, celui qui semble le plus prêt également. L’Argentine est toujours aussi compliquée à jouer, les Français en savent quelque chose, les trois-quarts du Stade Toulousain Malia et Chocobares ont montré qu’ils étaient en forme en fin de saison.

Ils seront les leaders de la ligne d’attaque et l’Argentine s’appuie toujours sur un pack solide. Le Pays de Galles, l’Australie et l’Angleterre ne peuvent jamais être ignorés même s’ils sont en difficulté non seulement dans les résultats, mais aussi dans le jeu. Ils ont trop de bons joueurs pour être négligés. Ils ne font pas partie des favoris cette année, mais ils peuvent sortir le grand jeu le Jour J même s’ils ont beaucoup de carences dans leur jeu.

L’avis de Benjamin Kayser : « Les Anglais seront des outsiders sérieux. Ils ont des joueurs d’expérience, du talent même si leur jeu a du mal à se mettre en place. L’Ecosse peut poser des problèmes à toutes les équipes avec un jeu bien établi, un collectif solide, des certitudes.

L’Argentine fait toujours partie des outsiders, elle sort toujours des gros combattants, ils voudront copier leurs homologues du foot qui ont été champions du monde. Ils ont fait de bonnes performances face aux Blacks et aux Australiens, il faut faire attention à eux. Les Australiens et le Pays de Galles ont une poule relevée, ils devront proposer plus de jeu que ces dernières semaines. »

Surprises

A chaque compétition, il y a des surprises. S’il y en a cette année, elles devraient venir des Fidji ou de la Géorgie qui sont dans des poules où les favoris (Pays de Galles, Australie) sont décevants. Les deux équipes ont des caractéristiques opposées, les Fidji feront une nouvelle fois le spectacle et la Géorgie s’appuiera sur sa solidité, la sélection est en progression depuis quelques années, elle s’est rapprochée de l’Italie.

Cette dernière est aussi sur une bonne dynamique, elle pourrait surprendre, mais n’aura pas les moyens de viser une des deux premières places de sa poule face à la France et la Nouvelle-Zélande contrairement aux Fidji et à la Géorgie. Les Samoa et les Tonga peuvent également surprendre, mais les Tonga ont un groupe compliqué avec l’Afrique du Sud, l’Irlande et l’Ecosse. Avec l’Angleterre, le Japon, l’Argentine et le Chili, les Samoa ont un programme plus abordable.

L’avis de Benjamin Kayser : « Les Fidji et la Géorgie peuvent battre beaucoup d’équipes et peuvent créer l’incertitude dans leur poule. L’Italie revient à un bon niveau. Elle proposait un jeu triste, ce n’est plus du tout la même équipe aujourd’hui, ça envoie du jeu avec Capuozzo, les frères Cannone ou Michele Lamaro. L’Uruguay, cousin éloigné des Argentins, n’a jamais été facile à manœuvrer. »

« Latins, on se ressemble, ce sont des combattants, agressifs dans le bon sens du terme, besogneux, j’aime bien leur charnière. Les Samoa ont un groupe costaud avec des Australiens, des Blacks qui vont apporter leur expérience. Cette petite île du Pacifique devrait nous offrir du spectacle. Les Tonga sont les grands bénéficiaires de la règle qui permet de sélectionner des joueurs d’autres nations. Dans la zone Pacifique, ils ont fait de bons matches. »

Petits poucets

Le Portugal et le Chili (elle devient la troisième équipe sud-américaine à se qualifier pour la Coupe du monde) se sont qualifiés pour leur deuxième et première Coupe du monde. Les deux pays vont profiter de l’évènement pour progresser au contact des meilleures nations mondiales, quelques joueurs pourraient se révéler.

La Namibie va aussi en France dans l’optique de progresser, mais dans une poule avec la France, la Nouvelle-Zélande, l’Italie et même l’Uruguay, ce sera compliqué d’exister. Le Japon n’est plus l’équipe qu’elle était en 2019 chez elle. Elle avait battu l’Ecosse en poule, remportant tous ses matches et n’avait été éliminée que par l’Afrique du Sud en quarts de finale.

Le collectif a perdu en qualité et en intensité, son championnat a séduit quelques stars, mais il n’a pas autant progressé qu’on aurait pu le penser, les Japonais ont souffert du départ d’Eddie Jones et ils auront du mal à sortir de la poule.

L’avis de Benjamin Kayser : « La Namibie est en-dessous même de l’Uruguay dans la poule de la France. Elle a un effectif limité. Le rugby roumain est aussi dans une phase compliquée. Peu de joueurs sortent du lot ou sont dans les championnats majeurs. La Roumanie est en baisse. Pour le Portugal, c’est un immense bonheur d’être au Mondial. Il y a de sacrés combattants là-bas, j’ai joué avec l’un d’eux, Julien Bardy, ils ne se laisseront pas faire comme le Chili qui a aussi une belle équipe. Il y a beaucoup d’universitaires et de scolaires qui jouent là-bas, c’est un sport en progression avec entre 15 et 17 000 licenciés. Enfin le Japon est en perte de vitesse. Depuis 2015, ils étaient en pleine progression, ils ont fait un super Mondial en 2019 mais, cette année, ils sont limités et n’ont pas sorti de performances majeures. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi