jeudi 29 septembre 2022

David Michineau : « Jouer en NBA, c’est mon rêve »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Drafté en 39ème position en 2016, le meneur de Boulogne-Levallois David Michineau sait qu’il doit être plus performant à 3 points pour encore croire, à 26 ans, à son rêve NBA.

Qu’est-ce que le nouveau coach des Metropolitans Jurij Zdovc vous apporte dans votre jeu alors qu’il a joué au même poste ?

Collectivement, ça se passe bien, mais individuellement c’est compliqué car il me demande beaucoup, de commencer à développer certains tirs extérieurs à mi-distance que je ne prenais pas forcément avant. Il me fait comprendre que ce sont des tirs qui sont importants si je veux passer un cap et aller au plus haut niveau. Il faut aussi que je m’améliore dans la lecture du jeu. C’est compliqué, mais je pense qu’il va beaucoup m’apporter.

Qu’est-ce qui fait que vous êtes meilleur que d’autres ?

Je dirai l’agressivité défensive. Avec elle, je peux changer un match, mettre du rythme, en attaque et en défense. Je joue avec beaucoup de rythme, je pousse la balle et je pense que ce sont mes atouts.

« Jurij Zdovc me demande beaucoup »

Vous avez été drafté en 2016, où en êtes-vous par rapport à la NBA et qu’est-ce que ça fait de voir Killian Hayes avoir été drafté 7ème ?

Les Clippers ont toujours mes droits. Après, je ne suis pas vraiment concentré sur ça en ce moment même si cet objectif reste dans ma tête. Je continue à travailler dans le club où je suis, pour progresser et pour atteindre un jour ce niveau. Pour Killian, je suis vraiment content pour lui. J’étais ému, car j’ai joué avec lui à Cholet et j’ai vu comment il travaillait.

J’étais persuadé que ça allait arriver un jour. Pour Théo (Maledon), je le connais un peu moins, mais c’est un Guadeloupéen donc je suis content et ça fait vraiment plaisir. Et même s’ils sont plus jeunes, c’est toujours motivant et ça donne envie de travailler pour atteindre cet objectif.

Retrouvez cet entretien et beaucoup d’autres dans le magazine France Basket, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

Qu’est-ce qu’il vous manque ?

Je dois développer mon shoot. Ça fait longtemps que c’est un point faible. Après, l’occasion se représentera ou pas. Mais, ce qui est important, c’est de continuer à travailler, de prendre du plaisir et de prendre les choses les unes après les autres.

Quel regard portez-vous sur votre parcours depuis le New Star de Pointe-à-Pitre ?

Je n’aurais jamais pensé en arriver là. J’étais juste passionné, je jouais tout le temps et être en équipe de France aujourd’hui sont des objectifs qui sont venus bien après. C’est un super parcours et j’espère inspirer d’autres jeunes du New Star à faire encore mieux.

David Michineau reste à Boulogne malgré un intérêt de l’ASVEL

Pensez-vous avoir fait le bon choix en restant à Boulogne avec qui vous avez prolongé trois ans alors que vous auriez pu jouer l’Euroligue avec l’ASVEL ?

Je pense avoir fait le bon choix car il y a ici un gros projet. Tout ne s’est pas passé normalement avec la Covid donc ce n’était pas un choix facile, surtout que j’ignorai le nom du coach au moment de ma prolongation, mais je pense avoir fait le bon choix. J’ai confiance au projet et je pense que je peux continuer à grandir et pourquoi pas espérer l’Euroligue avec ce club.

Sans la Covid, auriez-vous signé à l’ASVEL

Je ne sais pas. Honnêtement, je ne peux pas répondre.

Si demain vous avez une proposition en Euroligue et une autre en NBA, laquelle choisissez-vous ?

C’est une question difficile. Est-ce que je vais jouer ou être sur le banc en NBA ça dépend. Mais j’ai quand même envie de dire la NBA, car c’est une expérience, c’est le rêve, mais je pense que je ne resterai pas longtemps car je suis quelqu’un qui aime jouer. Je préfère avoir du temps de jeu, continué à progresser, m’épanouir plutôt qu’être sur le banc, même en NBA. Mais mon premier choix se porte sur la NBA, car c’est mon rêve depuis tout petit.

Aujourd’hui, pour jouer en NBA, faut-il vraiment avoir un shoot à 3 points ?

C’est important, surtout pour un meneur. Je le vois, surtout dans certains systèmes où la défense passe en-dessous et te force à prendre le tir. Pour un meneur qui est censé être créateur, il faut savoir prendre ces tirs-là.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi