samedi 28 janvier 2023

Dupont, Alldritt, Jelonch… Comment Auch a façonné les stars

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Dupont, Alldritt, Jelonch et Bourgarit sont devenus des références mondiales. Ils sont tous passés par le club d’Auch qui a fait ce qu’ils sont aujourd’hui.

Julien Sarraute, avant de prendre en charge l’équipe de Colomiers, a notamment été directeur du centre de formation du FC Auch à partir de 2007, et ce pendant une dizaine d’années. Il a donc vu passer et mûrir la bande des quatre : Dupont, Alldritt, Jelonch et Bourgarit :

« Je les ai vus passer jusqu’à leur éclosion. Chacun avec des profils différents. Antoine Dupont, lui, a fait toutes les filières. Très jeune, il avait déjà beaucoup de maturité. C’était un peu la même chose pour Anthony Jelonch. Greg Alldritt et Pierre Bourgarit ont eu un peu plus de boulot. Ils ont connu la Fédérale 1, même les espoirs de Fédérale 1 car ils ont été champions de France dans cette catégorie avec Auch. Tous les deux sont ensuite vite partis à La Rochelle (en 2017, Ndlr). Pierre était passé en un an de l’équipe espoir de Fédérale 1 à un match de Coupe d’Europe contre le Leinster ».

« Mais pour moi la métamorphose la plus importante a été celle de Greg Alldritt. Il avait déjà de grosses qualités de leadership, beaucoup de maturité dans son rugby, mais il a consenti à un énorme travail physique. Aujourd’hui, il est capable de taper très fort pendant 80 minutes. Il a fourni beaucoup de travail dans ce secteur pour avoir cette intensité dans le jeu. Il est performant avec ses qualités et son intensité ».

Dupont, au révélateur d’Auch

Pour l’entraîneur de 43 ans natif de Toulouse, ces joueurs étaient (et sont) surtout dotés d’une volonté colossale : « J’ai surtout retenu d’eux leur investissement au quotidien sur leur entraînement, leur passion du rugby et l’essence même du sport. Ces quatre joueurs-là n’ont jamais manqué une séance de travail. Pierre Bourgarit a pourtant eu à travailler sur des chantiers de travaux publics. Le soir, malgré une dure journée, il était présent. Anthony Jelonch présente une grande force de caractère. Il est très ancré dans son territoire, dans son terroir, avec des attaches familiales fortes ».

« Son authenticité est marquante. La famille de Greg l’a beaucoup soutenu aussi. Ces joueurs sont tous attachants. Au-delà de leur projet personnel, ils ont su se mettre au service de l’équipe et des copains. Leur comportement les a sociabilisés et cela s’est ressenti sur leurs résultats. Ils ont notamment su travailler sur un écosystème au-delà du match et de l’entraînement. Ils ont aussi établi un lien étroit entre eux et les familles ».

Un travail de formation qui bénéficie au XV de France

« Ce côté affectif et social a été primordial. Pourtant, le parcours n’a pas toujours été simple pour tout le monde. Même si Antoine au parcours atypique est considéré parmi les meilleurs joueurs du monde. Pour les trois autres, le travail au sens noble du terme, ils savent parfaitement ce que cela signifie. Travailler dur au quotidien sans se chercher d’excuse… Ils ont en eux ce caractère fort. Ils sont très structurés et déterminés ».

Néanmoins en quoi l’environnement à Auch a permis à ces immenses rugbymen de devenir ce qu’ils sont ?

« Le centre de formation d’Auch a été la partie immergée de l’iceberg, la partie la plus visible. Il faut mettre surtout en avant le travail de tout un département et celui des clubs locaux. Greg a été à Condom jusqu’à ses 10 ans. Pierre Bourgarit a été formé à Gimont, Anthony à Vic avec un père très présent dans ce club. Bref, ils ont des attaches très fortes avec leur club respectif. Je mets donc en avant leur territoire propice à l’éclosion ajouté à une identité et une culture, fortes ».

« Là-bas, on a fait avec peu beaucoup de choses. Cela a été une grande force dans leur aventure respective. Rien n’a été facile pour eux. Rien ne leur a été donné. Ils sont allés se chercher les choses. Ce passage gersois, cet ancrage dans le territoire, ce maillage entre les différents clubs, a été essentiel. J’ai été marqué aussi par les éducateurs qui ont eu cette culture du rugby gersois. Cela a été salvateur pour eux ».

« Ce passage gersois, cet ancrage dans le territoire, ce maillage entre les différents clubs, a été essentiel pour eux »

Parmi ces grands fondateurs de leur réussite, il y a eu un certain Kévin Ribreau (voir interview). Mais pas que :

« Kévin a été ce point d’attache au niveau du comité départemental. Il a été ce cadre technique du comité et du département. Il les a vus évoluer très jeunes. Le département avait développé aussi un centre d’expertise par lequel ils sont passés en complément du centre de formation d’Auch. Ce centre d’expertise départemental leur a permis de développer des compétences. Les quatre ont ensuite vite intégré la structure du centre de formation ».

« Kevin a donc été une continuité, mais comme beaucoup d’autres éducateurs comme Grégory Menkarska, Patrick Davasse qui les a eus en cadets à Auch, moi-même et bien d’autres éducateurs. Tous ces éducateurs leur ont inculqué ces valeurs dures de terroir, ce rugby passionné, cette capacité à se dépasser. Ce maillage global a fait qu’ils en sont arrivés là ».

Un magnifique et enrichissant passé à Auch pour ces champions que le monde nous envie !

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi